Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Chronique du délitement : encore un policier assassiné

Chronique du délitement : encore un policier assassiné

A Avignon (84), un policier, père de deux enfants de 5 et 7 ans, a été tué par balles par un vendeur de stupéfiant, qui a pris la fuite. Le crime a été commis au niveau d’une petite place, en plein cœur de la cité des papes, un lieu connu pour abriter un petit point de deal où gravitent revendeurs, guetteurs et consommateurs.

La journée avait commencé avec les souvenir impériaux d’une France qui conquérait l’Europe, et elle s’est terminée avec la réalité d’une France qui n’arrive plus à mettre au pas des petits dealers…

Partager cet article

11 commentaires

  1. Ben voilà. Le ministre va “condamner fermement”, comme d’habitude. Mais il s’en fout qu’un policier soit tué, ce qui lui importe, au ministre, c’est “pas d’émeutes en banlieue”.
    Tant qu’un ministre de l’Intérieur n’aura pas donné à la police, avec le soutien du peuple et en envoyant se faire voir les médias, la consigne de se servir de ses armes de service, on n’en sortira pas.
    Il faut effacer le “syndrome Malik Oussekine”. Une émeute, ça se réprime. Mais il faudrait pour cela du personnel politique qui ait des testicules, et cette espèce-là n’a plus été au pouvoir depuis des décennies.

  2. Quand la police arrive sur un “point de deal” (qui a inventé cette expression?) elle doit le faire l’arme au poing de façon à ne pas être surprise. Nous nous foutons complètement qu’un trafiquant ou un drogué fasse les frais d’une “bavure” si cela peut sauver la vie de nos policiers.
    Drogués comme trafiquants doivent savoir qu’ils risquent leur vie en faisant leurs petites affaires. Qu’ils assument ce risque.

  3. Incroyable! je viens de voir sur CNEWS la vidéo d’une voiture de police assaillie par des “jeunes”, sans aucune réaction des policiers que la fuite!
    Il y en a marre. Dans un cas comme celui-là, les policiers doivent se défendre !

  4. Tout se passe comme si Macron, de moins en moins confiant en ses chances de réélection en 2022, avait décidé de laisser pourrir la situation pour, le moment venu, s’arroger les pleins pouvoirs en dégainant l’art. 16 et en déclarant au Peuple : “C’est moi ou le chaos !”
    Mais ce coup-là, on nous l’a déjà fait, et il n’a pas l’étoffe pour nous le resservir…

  5. Ce n’est pas moi ou le chaos, le chaos c’est lui depuis qu’il est arrivé et il est grand temps que la peur change de camp et que lorsqu’un policier pour se défendre se serve de son arme il doit être décoré surtout s’il dégage une de ces crapules et puis il y en aura de dégagés et mieux la France se portera mais avec dard malin sans c…. ce n’est pas demain que ça changera

  6. L’ignominie règne aussi bien à l’exécutif qu’au parlement, et dans les tribunaux.
    Sans religion depuis un siècle et plus, les politiciens, juges, hauts fonctionnaires ont perdu le repère de la recherche du bien de tous. L’avenir est abandonné aux barbares et aux athées, ce qui est essentiel pour ces zombies, c’est leur petite carrière à court terme. Ils ne croient plus à rien, et les français anesthésiés par l’irréligion et les médias pourrisseurs tenus par la finance , sont vautrés.

  7. Gaudete et Bainville, vous avez parfaitement raison !

  8. Vous vous trompez tous de danger.
    Le péril, c’est l’extrême droite.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]