Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Culture de mort : Idéologie du genre

Chronique des cinglés

Chronique des cinglés

La cour d’appel de Montpellier devait rendre mercredi 24 octobre un arrêt sur un cas bien particulier. Mais elle a reporté sa décision au 14 novembre.

Premier délire, en 2011 : Bernard, époux de Marie et père de ses deux enfants, décide de devenir une femme, sans subir d’opération chirurgicale. Une transition acceptée aussi bien sur le plan familial que juridique. Le tribunal de Montpellier reconnaît « de façon irréversible son appartenance au sexe féminin, sans qu’aucune opération de réassignation sexuelle n’ait été ni exigée ni pratiquée. ».

Mais le délire se poursuit en 2014 : Marie donne naissance à leur troisième enfant, conçu avec Bernard devenu donc entre-temps Claire. Les deux parents veulent alors être reconnus comme mères de l’enfant. Et oui, refusant d’adopter son propre enfant, et ne pouvant pas être qualifié de père puisque le tribunal l’avait reconnu comme femme, Bernard-Claire décide de saisir le tribunal de grande instance de Montpellier. Le 22 juillet 2016, celui-ci refuse cette solution jugeant que « par l’acte de procréation masculine qu’elle revendique », Claire « a fait le choix de revenir de façon unilatérale sur le fait qu’elle est désormais reconnue comme une personne de sexe féminin, et doit en assumer les conséquences ». Les parents ont donc fait appel.

En droit, la filiation paternelle et maternelle ne s’établit pas de la même manière. La maternité est établie biologiquement : la mère est la femme qui porte l’enfant et qui le met au monde. La maternité se prouve donc “par la gestation et par l’accouchement”. Quant à la paternité, le mari de la mère qui accouche est présumé être le père de l’enfant. En cas d’union libre ou de Pacs, le lien paternel est établi par la reconnaissance de paternité, une démarche effectuée par le père, avant ou après la naissance.

Pierre Paliès, l’avocat de l’enfant (!), saisi par l’Union Départementale des Associations Familiales, estime que Bernard-Claire doit être reconnu comme le père de l’enfant.

«Nous sommes face à ceux femmes qui demandent à être les mères biologiques de cet enfant. Il est incontestable que ce couple est composé de deux femmes, et il n’est pas question de revenir là-dessus. Mais nous avons un deuxième constat : cet enfant est né des ovocytes de l’un des parents, et des spermatozoïdes de l’autre. Nous disons donc que Claire est le père de l’enfant. ça peut paraître choquant, mais c’est la seule position logique juridiquement. Cette paternité n’est pas contestable biologiquement. Ce qui est original, c’est que ce soit juridiquement une femme qui soit l’origine masculine de l’enfant.»

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

7 commentaires

  1. Père ou mère alternativement s’il fait soleil ou s’il pleut, c’est nettement plus amusant ! Ce ” type ” est un vrai farceur. Encore un preuve que la procréation homosexuelle n’est plus un mythe. xD !

  2. Quand on devient femme, le mieux est de se débarrasser de ce ” bazar génital ” encombrant ou d’éviter toute fréquentation d’une femme sinon on s’expose à des effets inattendus !

  3. Le gamin aura-t-il donc une père et une mère?
    Ou encore un mère et une mère?
    Ou alors une mère et un(e) père-mère?
    Ou bien un paman et une manpa?
    Mystère… mystère… vivement le 14 novembre!

  4. “mais c’est la seule position logique juridiquement” : qu’est-ce que la logique vient faire là-dedans?
    mais nous viendrons à remplacer le noyau d’un ovocyte par le noyau d’un spermatozoïde, et il ne reste plus qu’à inséminer un autre ovocyte! ‘pourquoi pas de la même donneuse : père et mère ; c’est pas beau l’avenir?
    par contre pas possible de faire avec des spermatozoïdes, ces glands ne sont pas assez costauds, il faut faire une réclamation pour discrimination

  5. Au lieu d’encombrer les tribunaux on ferait mieux de les soigner.

    Comment est-il possible que ce genre d’affaires soit recevable devant les tribunaux ?
    Et les magistrats osent dire ensuite qu’ils sont surchargés ?

    A ceux que cela fait rire, je rappelle que tout ceci se fait avec l’argent du contribuable !

  6. Désolé 🙏 c’est marrant !

    • Faut pas chercher à comprendre , sinon c est le mal de tête assuré. Encore un qui veut ” xieuter” dans les vespasiennes des femmes ! Petit canaillou comme disait Darry Cowl .

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services