Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration

Christine Boutin et le projet Sarkozy sur l’immigration

Christine Boutin a exprimé son "inquiétude" face au projet de loi sur l’immigration :

"A tous les niveaux, le projet de loi sur l’immigration et l’intégration est inacceptable, ne répondant au défi majeur de l’immigration que par des mesures aussi inefficaces que dangereuses pour la famille et l’enfant. [Le texte] semble faire l’impasse sur des points essentiels tels que l’immigration illégale, la question de la polygamie et plus largement celle du co-développement. Il n’est pas possible de traiter la question de l’immigration à travers le seul prisme des flux migratoires et des impératifs économiques. Il convient au contraire (…) d’engager une vraie politique économique de co-développement des populations".

Michel Janva

Partager cet article

5 commentaires

  1. Certes, la fin de son communiqué apporte des solutions constructives. Mais tout de même,je la trouve très naïve, elle en vient presque à considérer (comme la gauche), que l’on doit laisser rentrer sur notre sol n’importe qui… Il ne faut pas oublier que les immigrés sont nos hôtes et qu’ils n’ont pas tous les droits…. et surtout pas celui de nous envahir…(parole d’un petit-fils d’immigrés qui assume parfaitement)

  2. Toujours les mêmes bavardages humanistes (à tendance chrétienne!!) de la mère Christine… Dommage que certains catholiques se laissent abuser par ce discours en faux-semblant… Le projet Sarko n’est peut-être pas parfait mais le concept de co-développement c’est l’arlésienne des politiques d’immigration depuis 30 ans: tout le monde en parle personne ne l’a jamais vu… La véritable charité chrétienne en politique Madame Boutin consiste à vouloir le bien de la communauté que l’on représente et de faire tout pour la protéger contre les invasions de population allogènes, inassimilables barbares et parasites…

  3. Non, la fin de la politique n’est pas “le bien de la communauté que l’on représente”, c’est le bien commun.

  4. @ Visiteur inconnu
    En effet mon propos mérite d’être clarifié… Le premier devoir du politique est d’assurer la paix et l’unité intérieure de la cité, et de s’assurer de sa pérennité en organisant des moyens de défense contre l’extérieur, en conformité avec la DSE… D’ailleurs NSJC n’a jamais laissé de directive de comportement à l’usage des chefs d’états !… En oubliant ces principes de base de toute civilisation, en détournant les sens du mot « charité » et « justice » nous sommes à la merci de tous le vents, toutes les invasions, de toutes les faiblesses… Relisons “Deus caritas est” de B16 et “le Camp des Saints” de Jean Rapsail…

  5. Tout-à-fait d’accord avec Paul Le Silve.
    C’est excatement cela.
    Le Bien commun commence par le Bien commun des enfants de France dont nous, leurs parents, avons la charge et le devoir d’assurer la subsistance et la protection.

Publier une réponse