Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : L'Islam en France / France : Laïcité à la française / France : Politique en France

Christianophobie : Marine Le Pen dénonce l’indignation à géométrie variable

Marine Le Pen explicite sa pensée sur la laïcité, dans un entretien au Monde. Extraits :

"Que vous inspire l'affaire "Charlie Hebdo" ?

MIl
y a un bras de fer mené par des groupes politico-religieux
fondamentalistes en France. Ces bras de fer ont été perdus,
notamment
par la droite sarkozyste. Et chaque fois que l'on a négocié, reculé,
tortillé, on a préparé le terrain aux événements qui secouent le monde
aujourd'hui. Il n'y a pas de négociations possibles. Soit
on dit que la liberté d'expression existe avec les réserves imposées
par la loi, soit on remet en place la censure sur Internet, on soumet
les journaux à une lecture préalable du gouvernement, on rétablit le
délit de blasphème.

[…] La
laïcité est une valeur non négociable, comme la liberté.
A chaque fois
qu'on l'a laissée s'affaiblir, on a créé le terrain de revendications
nouvelles. Hier, c'était les prières de rue, ils ont obtenu qu'on leur
accorde des mosquées en contravention avec la loi de 1905 ; puis il y a
eu des réclamations dans les écoles, les cantines…
Ce
qui se passe est révélateur d'années de laxisme, de mollesse, par
rapport aux principes, aux valeurs, par rapport à la protection qu'un
Etat doit incarner. Il y a un besoin de clarté, de bon sens. Il y a un
besoin d'autorité.


Revendiquer la construction de mosquées, c'est être fondamentaliste ?

Ce
n'est pas ce que je dis. Les prières de rue et la revendication par les
prières de rue sont le fait de fondamentalistes. L'objectif, c'est
d'imposer à la France un certain nombre d'interdits. On est arrivé à
l'interdit du blasphème. Je ne suis pas une adepte de Charlie Hebdo. Je suis quelqu'un de respectueux de la foi. Je
ne vois pas l'intérêt d'aller heurter les gens dans ce qu'ils ont de
plus intime
. Mais cette possibilité de la provocation est un
inconvénient de la liberté d'expression qui, par ailleurs, a énormément
d'avantages. Et la liberté d'expression, dont dépend la liberté de la
presse, ne se négocie pas.

[…] Ce que je trouve
étonnant, c'est l'indignation à géométrie variable de la classe
politique. Nous sommes dans un pays où 95 % des profanations concernent
des lieux de culte ou des tombes catholiques et il n'y a pas une ligne,
pas un communiqué d'un ministre.
Et dès qu'il y a une profanation d'une
mosquée ou d'un carré musulman, immédiatement, il faut faire le
communiqué.

Vous
dites être pour le droit à la caricature. Vous avez pourtant engagé une
procédure contre "Charlie Hebdo" à propos d'un dessin vous
concernant…

Oui, tout à fait. La limite de la liberté d'expression est la diffamation et l'injure. […]"

Partager cet article

19 commentaires

  1. bernard ANTONY aurait pu attendre avant de publier un communiqué inutile sur le f.n.
    Quel autre élu(e) prend actuellement une position courageuse ?

  2. “la limite de la liberté d’expression est la diffamation et l’injure. […]”
    Et pourquoi pas également le blasphème ? Qui est est aussi une injure, à des personnes mortes il y a longtemps, mais pas moins respectables pour autant… Et si le TS Sacrement n’est pas reconnu comme une personne, le blasphémer est une injure lancée à la conscience et à l’intime des fidèles, et à ceux qui ont donné leur vie pour Lui.
    En dernière analyse Dieu me paraît être un être digne de respect, et non d’injures, même dans une république laïque qui, si elle ne reconnaît pas spécifiquement un culte, ne professe pas pour autant, dans la loi, son athéisme, mais plutôt son agnosticisme

  3. J’ai fait un papier ce matin sur les déclarations faites mercredi à Europe 1 par Marine Le Pen, où elle qualifie la liberté d’expression de “principe non négociable”. C’est-à-dire ne souffrant aucun aménagement, par définition. (Article en libre accès sur http://www.present.fr).
    Dans le Monde, elle revient un peu sur cela et en admettant des limites posées par la loi. Alors, négociable ? Ben oui, forcément.
    Puis voilà la laïcité à son tour devenue “valeur non négociable”.
    Les extraits de l’interview donnés ici ne rendent pas compte de la volonté de Marine Le Pen d’interdire le voile (tout voile islamique ?) dans la rue.. Et par voie de conséquence, la kippa.
    Le journaliste du Monde ne l’a pas interrogée sur la soutane, le col romain, l’habit religieux… Mais si Marine veut être logique, elle n’a pas le choix. Interdiction aussi.
    C’est bien d’être courageux. Mais sous prétexte de combattre quelque chose de méchant, on n’a pas le droit d’oublier les implications de ce que l’on dit.

  4. Dans le même entretien, MLP se prononce pour l’interdiction de la kippa dans « l’espace public », c’est-à-dire partout à l’extérieur : « Il est évident que si l’on supprime le voile, on supprime la kippa dans l’espace public. »
    Elle tient aussi ces propos qui mériteraient d’être clarifiés : « Je ferai inscrire dans la Constitution que “la République ne reconnaît aucune communauté”. Ce qui permet de s’opposer à toutes les revendications communautaristes, y compris dans le secteur privé. » Mais encore ?
    J’ai tendance à en déduire que pour le poisson à la cantine le vendredi ou, dans un autre registre, l’enseignement du breton ou de l’occitan à l’école, ce n’est même plus la peine d’y penser.
    Et quid du concordat en vigueur en Alsace-Moselle ? Poubelle, au nom, je cite encore MLP, de la « laïcité [qui] est une valeur non négociable, comme la liberté » ?
    Bruno Larebière

  5. [@ Jacques : plutôt que d’écrire des âneries, vous pourriez lire l’intégralité de l’article en lien. Vous y découvririez que MLP propose aussi d’interdire la kippa.
    Alors ? Et la soutane ? Le col romain ?
    MJ]

  6. « soit on remet en place la censure sur Internet, »
    À ma connaissance, la censure n’a jamais existé en France sur Internet : les sites hébergés en France n’ont comme obligation que de respecter la loi française… ce qui se contourne trivialement en faisant héberger son site à l’étranger (merci à la Sainte Russie…).
    Ainsi, s’il y a un lieu où la censure ne peut exister, c’est sur internet : certains sites s’autocensurent (comme le SB par exemple pour les commentaires…) mais c’est soit une volonté déclarée (comme le SB par exemple…) soit pour ne pas tomber sous le coup de la loi, soit pour être bien vu (la majorité des cas : il est bon ton d’être la mouvance générale).
    Quelqu’un qui veut crier fort quelque chose a toujours la possibilité de le faire sur internet, quelque soit les lois qui l’interdiraient.
    Bref, ces propos sont soit déformés soit totalement ineptes.

  7. D’après le catéchisme de Saint Pie X : “Le blasphème est un horrible péché qui consiste en paroles ou actes de mépris ou de malédiction contre Dieu, la sainte Vierge, les Saints, ou contre les choses saintes.”
    Or, Mahomet n’est ni Dieu, ni la sainte Vierge, ni un saint, ni une chose sainte.
    Donc, caricaturer Mahomet n’est pas un blasphème.

  8. Caricaturer Mahomet n’est pas un blasphème de notre point de vue. Mais c’était une provocation inutile.
    MLP ne me parait pas très inspirée. Elle aurait mieux fait de se taire.
    La kippa, le foulard court (comme les femmes en portaient en France il y a un siècle – la Reine Elisabeth II quand elle fait des promenades par exemple) le col romain, etc. tout cela ne peut cacher des armes.
    Par contre la burka peut dissimmuler des engins meurtriers – comme cela est arrivé déjà plusieurs fois.
    Beaucoup auront vu sur Internet une immigrée à la jupe ample (à mi-mollets) voler et garder sous sa jupe une quantité incroyable de produits pris sur les rayons d’un magasin, son mari faisant le guetteur.

  9. @ PK
    Bien sûr que si la censure existe sur internet, autrement que sous la forme de l’autocensure.
    Faite une recherche sur les différentes causes de l’erreur 403 par exemple.

  10. Bravo Marine!
    Faut-il croire que les déconvenues électorales, que lui ont valu les honteuses menées de monsieur Aliot en Israël, lui ont enfin ouvert les yeux?
    Bravo pour ce courage et cette détermination: “ni kippa ni burqa” c’est la devise de la sagesse pour une laïcité tolérante bien comprise.
    Ces “signes extérieurs”, portés ostensiblement, ne concernent qu’une minorité de fanatiques toujours prêts à cracher sur l’Occident Chrétien.
    Je connais des tas de juifs qui ne portent pas de kippa et n’en ont pas une en embuscade dans leur poche, comme je connais des tas de musulmans qui n’ont pas de burqa dans leur penderie!
    Et pour répondre à quelqu’un qui évoquait (bêtement) ici le col romain ou la soutane, il ne s’agit nullement dans son esprit de “faire la chasse” aux personnalités religieuses: Marine n’a jamais dit qu’elle s’opposait à ce qu’un Imam porte sa coiffe ou à ce qu’un rabin circule en redingote noire et en chapeau!
    Ne mélangeons pas tout!
    Et si d’aucuns trouvent “normal” que l’espace public soit maintenant envahi par des rondes de barbus les soirs de Hanouka, il est temps de s’opposer aux interdictions de certaines municipalités qui ne visent que les chrétiens, comme l’intallation des crèches publiques.
    Marine entreprend un combat, déjà un peu tardif, que chacun devrait soutenir pour le respect et la sauvegarde de notre identité, celle de l’Occident Chrétien…
    Le respect des usages religieux n’a rien à voir avec leur instrumentalisation par des minorités qui entretiennent sur notre sol le communautarisme et le refus d’intégration de leurs membres à la nation.

  11. Entre le voile et la burka, il y a une différence ! Ce qui est en cause, me semble-t-il, c’est le fait de cacher son visage. On est (très) mal à l’aise face à des femmes qui portent la burqa (cela m’est arrivé encore récemment) parce que l’on ressent qu’il y a là une négation de notre humanité. Il n’y a plus le visage qui permet d’établir une relation visuelle, relation qui est ancrée dans nos traditions depuis des millénaires, pour ne pas dire plus.
    C’est pourquoi, pour moi, la kippa ne pose aucun problème, pareil pour le voile (qui peut-être relativement discret et élégant par ailleurs).
    Je trouve irréfléchi ce que dit MLP sur ce sujet. A ce compte là, comme le souligne Jeanne Smits, la logique veut que l’on interdise le col romain, la soutane, le turban des Sikhs, la robe des moines bouddhistes, etc. Ce serait une descente infernale dans un totalitarisme athée ! Il faut savoir poser les limites sans sombrer dans le manichéisme.

  12. si j’apprécie certaines positions de MLP , je pense qu’on va bientôt faire la chasse au béret basque voire aux coiffes des grand’mères bretonnes ! l’uniforme de mon école se couronnait d’une petite calotte assez semblble à une kippa (et que nous fourrions dans notre poche dès les bonnes soeurs hors de vue!)aucune de ces coiffures ne transforme les femmes en fantôme, voire en possible arsenal! Sachons raison garder !

  13. La dérive vers des positions totalitaire de madame Le Pen est de plus en plus évidente. Je me félicite d’avoir voté “blanc” aux premier et deuxième tours.

  14. Veut-elle aussi interdire les pères et frères de nos fraternités de porter la soutane en public ?.. Les evêques et cardinaux en jean ? Et nos brave soeurs enlever leur cornette ou leur petit voile ?…. Elle mélange tout. Par ailleurs, la laïcité républicaine était moins regardante lorsqu’ il a fallu appeler à la rescousse des aumôniers pour accompagner dans leur saut final des soldats catholiques… et musulmans.. Il faudrait voir à garder raison. Décidément Laïcité rime bien avec Duplicité.. même au FN Nouveau

  15. à Jeanne Smits , désolé mais on ne peut pas avoir de soiidarité “cléricale” avec les habits musulmans , sinon on doit aussi se taire devant l’excision ou manifester bêtement comme Civitas avec Forsane aliza , MLP a une vision française de la laicité donc qui ne s’opppose pas à la religion chrétienne par essence française , même Maurras l’agnostique considérait le catholicisme faisant partie de la tradition historique de la France , donc ne nous trompons pas de combat , nous sommes catholiques et français toujours et non pour une théocratie……….

  16. Néanmoins, si cette brave dame veut interdire les kippas et le voile dans les rue, en filigrane il faut lire aussi plus de voile aux religieuses dans les rues, pourquoi pas plus de clergyman ou de soutanes pour les prêtres, plus de chapelets en bandoulière, ni du bel habit blanc et noir des cisterciens….

  17. @DAM.
    Non, il n’est pas question de solidarité cléricale, ce serait idiot. Mais dans un système de laïcité, où aucune préférence n’est donnée à aucune religion, répondre comme Marine Le Pen qu’elle interdirait tous les signes ostentatoires (en réponse à la question du journaliste), c’est logiquement y inclure les signes chrétiens.
    Voici l’échange :
    « — Comment définissez-vous qu’un voile est religieux ou pas ? Cela pose un problème d’application de la loi…
    — MLP. C’est interdit. Le voile est interdit. C’est clair ! On est capable de faire la différence entre un voile religieux et un voile qui ne l’est pas.
    — Cette interdiction vaudrait pour tous les signes ostentatoires ?
    — MLP: Qu’appelez-vous des signes ostentatoires ?
    La kippa par exemple…
    — MLP. Il est évident que si l’on supprime le voile, on supprime la kippa dans l’espace public. »
    Des religieuses se sont déjà fait interdire en France l’accès à un musée public parce qu’elles étaient voilées… Le voile des religieuses catholiques est un voile religieux… Se lancer dans cette logique, c’est ouvrir la boîte de Pandore, et porter atteinte aux libertés car porter un foulard ou un turban ou un chapeau relève d’un choix personnel. La burqa, le voile couvrant le visage, c’est autre chose. Mais MLP ne semble pas faire la distinction.
    POur ce qui est des pratiques barbares, mutilations, excisions, etc, elles relèvent tout simplement du code pénal au titre des violences faites aux personnes et cela n’a rien à voir avec le sujet.
    Manifestations avec Civitas ? Personnellement, je n’y était pas…
    Que la vision française de la laïcité ne s’oppose pas à la religion chrétienne (“par essence française” ? non, elle est catholique, c’est-à-dire universelle !) c’est une affirmation contredite par une histoire et une origine sanglantes.
    Si Marine Le Pen a pourtant une saine vision de la laïcité – comme vous semblez l’affirmer ou le croire – j’attends quand même qu’elle expose plus clairement sa pensée et qu’elle nous dise si pour elle, la loi civile doit toujours s’imposer à la loi morale au nom de la laïcité. Là est le nœud du désaccord.

  18. Une précision importante pour Jeanne Smits, qui commet une erreur de fond, assez étonnante de sa part, sur les propos et l’intention de Marine LE PEN:
    Marine LE PEN prône l’interdiction du voile islamique (tchador) comme de la kippa dans l’espace public, c’est exact et c’est une excellente mesure.
    Mais vous faites une erreur très grossière en établissant lien que vous dites “logique” avec l’habit religieux, lorsque vous assenez “à quand l’interdiction de la soutane et du col romain”?!…
    En effet, le col romain comme la soutane ne sont portés que par…des prêtres, pas par des fidèles! Marine LE PEN est elle-même intervenue sur ce même Salon il y a 2 ans pour rétablir la véracité de ses propos lors de la loi sur la burkha, où elle prônait exactement la même chose et où certains hypocrites prétendaient mahonnêtement qu’elle allait interdire le voile des religieuses!
    Comme si l’habit des religieux, des prêtres ou mêmes rabbins et imams pouvaient se confondre avec la tenue civile d’un fidèle!
    Comme si toutes les fatmas en tchador dans la rue étaient des religieuses de profession, des nonnes ou des soeurs ayant fait leurs voeux!
    Que Jeanne Smits et d’autres arrêtent de faire croire que la soutane ou le voile d’une religieuse sont assimilables à des signes “ostentatoires” chrétiens, ce sont tout simplement des habits religieux pour des personnes dont c’est le métier (le sacerdoce et la vocation) et Marine LE PEN n’a jamais prôné leur interdiction, bien au contraire.
    Rien, absolument rien de comparable avec le fidèle juif qui porte une kippa dans la rue (pourquoi?) ou la fatma qui s’affiche entourée de turban cachant son visage (pourquoi?), personnes qui ne sont en rien des religieux mais des laïcs, mus par les traditions de civilisations étrangères à la nôtre et par la volonté de provoquer, voire de conquête.
    Alors oui, n’en déplaisent aux malhonnêtes, Marine LE PEN a raison: ni tchador ni kippa!

  19. Olivier M, évitez de dire “Fatma” pour désigner les femmes d’origine arabe, ça pourrait être mal interprété…
    Sinon, je suis tout à fait d’accord avec Jeanne Smith; grosso modo, pour MLP (et riposte laïque, accessoirement), on peut interdire le voile, la burkha, la kippa … Mais on ne peut pas toucher à la croix latine, au col romain, à la soutane et à l’habit des Sœurs, qui (je le rappelle) porte des voiles, sous le prétexte stupide que le Christianisme fait partie de la France et sa culture?
    La France est un était laïque. LAÏQUE. Vous comprenez ce que ça veut dire ? Pour vous tous qui vous enfoncez dans votre propre intolérance, comprenez que notre France adorée est un pays sans religion OFFICIELLE. Alors quand MLP demande aux juifs de faire “un petit sacrifice”, en interdisant la kippa, et parallèlement en défendant la religion catholique, on ne peut que noter une nouvelle farce du front national, qui je le rappel, passe son temps à se contredire lui même.
    Avec les récents événements, on entend parler que des salafistes dans tous les médias, MLP a donc profiter de la situation pour réitérer ses projets de lois “La France aux Cathos”.
    Aussi, je souhaitais ajouter que si on considère que tous les musulmans sont des Salafistes en burkha visant à pervertir la culture française (qui s’est déjà barrée avec la mondialisation, mais passons …) et à poser des bombes, alors tous les prêtres sont des pédophiles et le Vatican un état de bourgeoisie …
    Réfléchissez un peu, avant de rentrer dans le jeu du FN et des médias.

Publier une réponse