Christiane Taubira chahutée en Sorbonne

Christiane Taubira a été chahutée lundi soir lors d'un débat en Sorbonne, avec l'intervention de jeunes militants opposés à la dénaturation du mariage.
Le ministre était venu répondre aux questions d'étudiants sur le thème de "la République et l'égalité des droits" à l'invitation de l'association AnimaFac.

Une dizaine de militants du collectif La Manif pour tous, qui étaient restés discrets jusqu'alors dans la salle, ont ôté leurs manteaux pour dévoiler un sweat rose à l'effigie du collectif, avant d'entonner la Marseillaise dans un brouhaha.

16 réflexions au sujet de « Christiane Taubira chahutée en Sorbonne »

  1. Clem

    Mais c’est beaucoup plus grave que de se dépoitrailler dans Notre-Dame de Paris, ça !!!
    Rendez-vous compte ! Un ministre de la République interrompu dans l’exercice de ses fonctions de propagande !
    J’aurais ajouté quelques boules puantes dans l’amphi.
    Le mode d’action est à la fois efficace et rigolo.

  2. jacques7

    cette dame est une batante, on aura du mal, disons même un chateau fort!
    Toute la classe politique du moins la gauche, approuve le mariage, de je sais pas quoi ?je trouve ça tellement bizare, que je ne sais pas quoi en dire.
    Peut-être aussi parce que, je ne suis pas relation morale? Avec elle.
    J’aimerais savoir la volonté de Celui qui Commande Tout ?

  3. AML

    “l’égalité n’est pas négociable” : que voilà le bel argument de Taubira !!! C’est avec de telles c….. qu’elle a mis le feu aux poudres, et maintenant, si cela lui explose à la figure, qu’elle ne vienne pas se plaindre !!

  4. C.B.

    La page en lien est un panégyrique en faveur de Madame le Ministre:
    “Tout s’est déroulé calmement jusqu’au moment où elle s’apprêtait à conclure, sans avoir eu le temps d’aborder le mariage pour tous, prévu normalement au programme” (selon une étudiante présente)
    “Il [l’étudiant opposé au projet de loi en discussion] n’a posé aucune question, et a juste déroulé tout un speech contre le mariage homo, tandis que l’amphi était déchaîné contre lui et scandait “Egalité!”” (toujours selon la même “étudiante”
    “La salle était debout et applaudissait la ministre à tout rompre” (selon des gazouillis d’étudiants)
    Conclusion intéressante:
    “Il y avait quelque chose de très violent dans la confiscation de la parole opérée par ce jeune homme, qui a monopolisé le micro sans poser de question. Mais il y avait aussi en retour une violence extrême dans la salle.” (toujours selon la même étudiante).
    Tout cela a de forts relents des débordements de 68, qui avait commencé par un “mouvement du 22 mars”.
    Le “mouvement du 24 mars” s’annonce prometteur.

Laisser un commentaire