Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Chantal Delsol réhabilite le populisme

Chantal Delsol est invitée par TVLibertés :

 

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Certes madame Delsol réhabilite le populisme, mais préfère s’arrêter à équidisatnce et rester douillettement installée dans la tiédeur.

  2. Interview très bien mené. C. Delsol souligne bien le problème de l’émancipation sans transcendance qui aboutit à des revendications impatientes et sans limites

  3. Une personne qui n’a pour seule réponse que “Vous savez, Zemmour…” ne m’impressionne pas.

  4. Les “Lumières” ne sont pas liées qu’a une récupération de l’idée d’émancipation, mais aussi à un profond mépris du peuple, et de l’homme en général en tant que tel (voir qq. citations infra). Il est curieux que Mme Delsol n’évoque pas cette réalité historique, pleinement dans son sujet…
    Cela fait-il partie de sa tiédeur qui reste marqué d’un progressiste conciliant utopique qui n’ose parler de transcendance qu’a mi-voix et qui regarde Zemmour de haut…
    Académie quant tu nous tient… nous ne pouvons plus émettre que des paroles “académiques” correctes, stérilisées et donc fades.
    Exemples de mépris du Peuple sous lesdites “Lumières”
    Par D’Alembert:
    – Le peuple est sans doute un animal imbécile qui se laisse conduire dans les ténèbres, quand on ne lui présente pas quelque chose de mieux.
    – Vous avez bien fait de n’y pas peindre le genre humain tout à fait de face; ce triste visage n’est pas bon à être vu de face dans toute la difformité de ses traits.
    Par D’Holbach:
    – L’homme sans culture, sans expérience, sans raison, n’est-il pas plus méprisable et plus digne de haine que les insectes les plus vils ou que les bêtes les plus féroces ?
    – Il n’y a aucune différence entre un homme qu’on jette par la fenêtre et un homme qui s’y jette de lui-même, sinon que l’impulsion qui agit sur le premier vient du dehors, et que l’impulsion qui détermine la chute du second vient du dedans de sa propre machine.
    Par Voltaire:
    – Le peuple est entre l’homme et la bête.
    – Le peuple est indigne d’être instruit.[…] Il convient que le peuple soit éduqué et non pas instruit.
    – Je vous remercie de proscrire l’étude chez les laboureurs. Moi qui cultive la terre, je vous présente requête pour avoir des manœuvres, non des clercs tonsurés.
    Par La Mettrie:
    – Savez-vous pourquoi je fais encore quelque cas des hommes ? C’est que je les crois sérieusement des machines. Dans l’hypothèse contraire, j’en connais peu dont la société fut estimable.
    Etc., etc.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services