Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Chair de ma chair

Quand un et un font trois, quand on a vingt ans et qu’on tombe enceinte… La troupe des enfants de Créon présentera fin mars à Paris (17-18-19 mars à l’Espace Georges Bernanos, IXè), puis à Nantes, Chartres, Lille, Lyon et Toulon, Chair de ma chair, une pièce de Myriam Toulza.

Affiche_paris2 Cette pièce, destinée à sensibiliser le public sur le grave problème de l’avortement, met en lumière 4 points fondamentaux : l’absurdité qu’il y a à prétendre qu’un embryon n’est pas un homme ; l’acte particulièrement dur qu’est l’avortement, mis en scène dans la pièce ; les motifs les plus courants pour lesquels on avorte, révélant l’hédonisme de notre société ; et le pseudo-droit à disposer de son corps. Bref, une pièce qui n’est pas destinée à prêcher à des convertis… Faites donc une large publicité autour de vous.

"Enfant de mon désir, enfant de notre désir, je t’ai tant attendu ces derniers jours…Tu n’étais pas le bienvenu, je sais, et pourtant tu es là, et sur le point de mourir, plus vivant que les vivants, plus chaud que le souffle du monde, je t’ai senti au creux de moi, chair de ma chair, ô toi que je n’ai pas voulu, sais-tu bien que je t’aurais passionnément aimé…"

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. Il n’y a pas d’indications concernant les réservations, les points de vente…?

  2. C’est sur l’affiche. Sinon, vous cliquez sur les liens du message et vous tombez sur le site de la pièce. Celle-ci est à 12 euros (8 pour le tarif réduit).

  3. Bonjour,
    J’ai eu la chance d’assister il y a trois ans aux représentations de la première version de cette pièce, à Bernanos.J’irai avec grand plaisir à cette nouvelle représentation.La troupe était vraiment pêchue, et je crois par ailleurs qu’il faut vraiment soutenir ce type de projet. Des jeunes qui se bougent comme ça pour la vie , c’est une info à transmettre absolument. Alors allez-y, à fond, et serrons – nous les coudes pour la culture de Vie!
    Nanou la bell goss

Publier une réponse