Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Ceux qui ont sifflé la Marseillaise au Stade de France se sentent-ils français ?

51mb2dgybl__sl500_aa240_Une partie de la réponse se trouve dans les propos de Iannis Roder professeur d’histoire dans un collège ZEP de Seine-Saint-Denis et auteur d’un livre-témoignage (Tableau noir, la défaite de l’école) dans Le Parisien :

Images" Dans mon collège, de très nombreux élèves, une quinzaine par classe environ, expriment une volonté affichée de désaffiliation nationale. Ils portent des sweat-shirts aux couleurs du Maroc, écrivent Algérie en force sur leur trousse, disent que la Marseillaise, que je leur fais apprendre en 4ème , n’est pas leur hymne, ou que ça sert à rien. Ils ont un vrai problème de positionnement identitaire : pas question d’apparaître français. Pour certains, être céfran, c’est la honte, c’est être un bouffon, un bolos (quelqu’un qui a peur), voire un jambon-beurre. Tous ou presque mais pas les Asiatiques préfèrent revendiquer la nationalité d’origine de leur famille, même lointaine. La France, ce n’est pas leur patrie, mais un pays dans lequel ils vivent, une nationalité administrative, juste des papiers. Bref, ils ne se sentent pas français (…) Je me souviens que, lors d’un devoir d’éducation civique, une photo de trois joueurs Zidane, Karembeu, Petit était accompagnée de cette question : En quoi l’équipe de France témoigne-t-elle de la diversité de la population française ? Beaucoup m’ont répondu : Il y a un Arabe, un Noir et un Français… Seul le Blanc était considéré comme Français, alors que tous portaient le maillot tricolore."

Philippe Carhon

Partager cet article

22 commentaires

  1. CQFD.

  2. C’est à l’instar de cette beurette qui fait un carton avec ses chansons dans les banlieues: elle porte tout le long de son clip un T-shirt avec…les insignes du drapeau algérien.
    Le mythe de l’intégration a vécu. Le pire est de faire croire le contraire aux Français.

  3. Ne seront étonnés par ces propos que ceux dont l’idéologie “progressisto-mondialisto-citoyenne” est tellement dogmatique et coupée de la réalité qu’elle confine à un délire pathologique. Ils ont rêvé d’une grande fraternité républicaine reposant sur des “mots creux” et des “papiers”, mais surtout pas sur la révérence chrétienne d’un Père commun! Ces idéologues émules de Rousseau, ont déchristianisé la France pour mieux la formater à leur utopie du multi-“culturel”. Quand comprendront-ils, qu’ils sont en train de tuer la France et aussi leurs “valeurs laïques et républicaines” ?

  4. Un bolo n’est pas quelqu’un qui a peur ; un bolo est une tapette. “Bolo” est le diminutif de “bourgeois lopette”…

  5. ” la France ce n’est pas leur patrie…”
    Je ne suis pas sure qu’il n’en soit pas de même pour beaucoup, djeuns ou plus vieux.
    A partir du moment où on a appelé la France ‘ l’HEXAGONE’ le pays a été peu à peu réduit à un espace géographique.

  6. Juste pour info (je ne m’en souvenais plus, n’étant pas adpete du genre), la beurette en question est Kenza Farah et son clip, qui cartonne, s’intitule “au coeur de la rue”.
    Elle y pavoise, au début et à la fin du clip, les couleurs algériennes sur son T-Shirt. Douce France…

  7. Nous avons tous un point commun avec ces braves gens:
    Ils ne se sentent pas français.
    Nous ne les sentons pas Français.
    Comme quoi, on peut toujours tomber d’accord, quant on cherche bien.
    Dans les têtes coprocéphales de nos politiciens apatrides les papiers suffisent pour fabriquer une nationalité. Les immigrés, avec leur bon sens leur prouvent le contraire.
    Maintenant on fait quoi, pour réparer des décennies de malheurs, tant pour les français de souche, que pour les immigrés considérés comme de la main d’œuvre à bas coût ?

  8. ils ne se sentent pas Français, est-ce vraiment étonnant ?
    lisez à ce propos l’éditorial de ce jour du journal algérien Al Watan, quotidien en langue française le plus lu en Algérie et qui se présente comme “indépendant” et l’organe des “intellectuels” :
    http://www.elwatan.com/La-Revolution-du-Stade-de-France
    que nous dit-il ?
    1) que l’assimilation est impossible et à proscrire, car c’est une perte d’identité, il faut que les maghrébins en France conservent intégralement leurs traditions, cultures, etc …
    2) que l’intégration, dans l’esprit de l’auteur, se résume uniquement à ce que la France offre à tous ces jeunes un emploi et un revenu, comme si la scolarisation et la formation ne visaient pas théoriquement à ça, et comme s’il n’ y avait pas un problème économique général se traduisant précisément dans l’emploi de tous les jeunes en général
    le problème avec beaucoup trop de gens originaires du Maghreb sur le sol français, c’est qu’ils veulent rester enfermés dans leur culture et qu’ils attendent qu’on leur apporte tout sur un plateau
    et chez nous, on nous rabat les oreilles avec l'”ouverture aux autres”

  9. On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.Assez de ces propos qui consiste en permanence à plaindre la terre entière.
    La France aimez la ou quittez la, un point c’est tout.

  10. Ah, ce droit du sol !!!
    On ne distribue pas une nationalité sans contre-partie et surtout sans le consentement des intéressés. Leurs parents sont venus en France non pour s’intégrer et abandonner leur culture mais pour des questions économiques. Il fallait les accueillir pour un temps et laisser les personnes choisir de s’intégrer au peuple acccueillant si elles le désiraient.
    Les plus stupides sont les politiques qui agissent sans discernement ou sans se préoccuper des souhaits des peuples.
    Et ça continue …

  11. La France n’existe plus.
    Il en reste un vague souvenir dans les bons livres d’histoire.
    Le passé ne revient jamais.
    Désolé pour ceux que je choque. Cela ne m’empêche pas de trembler de colère a chaque témoignage de cette putréfaction avancée.
    Ah, la France! Quel bon et beau pays c’était!

  12. Le pire est l’espèce de schizophrénie de ces jeunes qui sont le plus souvent très mal accueillis au “pays” (“au bled” disent ils). Là bas on les appelle “les français”. Ils ont des papiers français, se disent algériens, marocains,… en réalité se sont des paumés selon l’expression consacrée pour appeler les électeurs FN des années 80/90. En plus ce sont des “paumés” qui se sont bien fait avoir par la gauche qui ne leur a pas réservé un poste de sous ministre (écartons Kofi Niam Niam, joker dont personne ne se souvient) où dans un grande entreprise pendant toutes les “années Mitterrand”. Ils se sont fait “bxxxxr” comme ils disent ! En gros des losers. Et bientôt, avec la discrimination positive de la droite soi disant parlementaire des préfets noirs et magrébhins obéissant le petit doigt sur la couture aux lois de la république seront chargés de mettre leurs “frères” (ou encore “cousins” selon leur expression) dehors ou en cabane. Elle est pas belle la vie ?

  13. ” Vous n’avez pas voulu l’Algérie française, vous aurez la France Algérienne”
    “La nature a horreur du vide”.
    «Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre.»
    [ Winston Churchill ] – Extrait d’une lettre à Chamberlain

  14. Si ce n’est pas votre patrie, retourné dans la vôtre, personne ne vous retient !

  15. Comment ne pas admettre aujourd’hui, à la vision des simples faits, dénués donc de tout esprit partisan que l’intégration à la française est un fiasco.Plusieurs raisons pourraient être évoquées mais il me semble qu’il en est une principale c’est que l’on ne peut pas intégrer des jeunes (qui par définition sont en recherche de repères, valeurs, sens, etc)dans un système qui prône le relativisme, autant vouloir faire adhérer un objet sur une planche savonnée.L’échec de l’intégration est donc l’échec des valeurs prônées par la république donc l’échec de la république. cela n’est pas très politiquement correct, on comprend pourquoi nos politiques n’osent pas pousser le raisonnement jusqu’au bout.

  16. Je trouve plutôt réjouissantes les réflexions de ces élèves. Au moins, il y a des enfants qui sont fiers de leurs racines et qui refusent le placage artificiel d’une histoire ou d’une culture. Le gouvernement français devrait en tenir compte et leur donner les moyens de retrouver leurs racines dans le pays qui leur est cher, et cesser d’ouvrir les portes de la France, car cela s’appelle faire entrer dans la nasse ou attraper (tromper) avec un piège à souris. La colonisation, quoiqu’on pense d’elle, avait le mérite de laisser les gens dans leur pays, mais ce n’est évidemment pas une solution maintenant. Déraciner des familles entières est un crime, même si les familles sont consentantes et même si elles le demandent, car leur motivation n’a rien à voir avec la culture et le mode de vie ou l’histoire du pays d’accueil, mais seulement avec des raisons économiques. On peut accepter des étrangers pour travailler dans un pays, dans la mesure où il y a du travail, mais tout homme d’honneur ne peut accepter d’adopter une autre nationalité que la sienne, et une autre culture, sauf pour des raisons profondes et fondées sur la vérité qu’il mûrit dans la réflexion intérieure, ce qui est absent du coeur de ces élèves qui sont contraints par la folle politique d’immigration actuelle à adopter ce qu’ils refusent.
    Encore une fois bravo à ces élèves!
    Que les jeunes français prennent exemple sur eux!

  17. Comment ne pas être pétrifié d’horreur devant un pays qui tue ses enfants à naître, qui encourage les vieux à disparaître les plus vite possible, tout en encourageant l’immigration de masse au nom du nécessaire renouvellement des générations?! Comment se sentir citoyen d’un tel pays, si ce terme revêt encore un sens autre que celui d’une appartenance administrative? Que reste-t-il de la France si ce n’est un tas de chiffons de lois homicides? Heureusement Saint Rémy a caché la fin sordide de ce pays à Clovis, sans quoi il aurait sans doute pris la poudre d’escampette, se repentant d’être tombé tête la première dans ce qui allait devenir le chaudron du diable!

  18. Ils ont raison, finalement : ils ne se sentent pas français malgré eux. Quoi de plus naturel ? Ma colère irait plutôt à l’encontre de ceux qui ont sciemment organisé cet état des choses.

  19. A noter la différence établie avec les Asiatiques, même s’il y a parfois à redire sur ce point.
    J’ai une amie de 43 ans, immigrée de Thaïlande, qui me dit être attristée de voir que les Français n’aiment pas leur pays, n’en sont pas fiers, qu’ils laissent des immigrés les insulter chez eux. C’est vrai, elle est raciste : elle milite au MPF…
    Le mépris pour la France doit avoir des origines religieuses : nous ne sommes que des infidèles pour bien des immigrés. Cela doit expliquer largement la différence de comportement entre les Asiatiques et d’autres !
    Alors que tous ces pauvres petits gentils nimmigrés et fils et filles de n’immigrés qui n’aiment pas la France, sachent qu’ils n’ont pas l’excuse de l’extranéité ! Et que tous ces petits penseurs comme Platini se tirent d’un pays qu’ils méprisent. Comment font-ils pour vivre sur une terre qu’ils détestent ? Qui aimerait vivre dans une famille qu’il n’aime pas ?

  20. On ne mord pas la main qui nourrit….s’ils ne nous aime pas, on ne les retient pas….

  21. Pourguoi voudrait-on s’intégrer à un pays qui a honte de son racisme, de son fascisme, des heures les plus sombres de son histoire, qui fait repentance à tout bout de champ, qui produit un art grotesque, a peur de penser tout haut, prône la laideur et le vice – En dépit de ses allocs, ce pays ridicule fait horreur !
    En profiter, oui. S’y intégrer, jamais !

  22. Il était urgent que le grand sieur Thuram de la Halde s’exprime. C’est chose faite, nous savons que les “jeunes” sont victimes du racisme :
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/10/18/lilian-thuram-combien-pensent-qu-un-karim-est-d-ici_1108430_3224.html#xtor=RSS-3208

Publier une réponse