Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie / France : Politique en France

Cette loi est une étape vers la légalisation de l’euthanasie

Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen :

20150828_1_6_1_1_0_obj9695211_1"Marion Maréchal-Le Pen a voté contre la proposition de loi intitulée « les nouveaux droits des personnes malades et en fin de vie » mardi 6 octobre.

Les Socialistes et les Républicains se sont unis pour soutenir une réforme brisant l’équilibre de la loi Léonetti de 2005 qui faisait pourtant presque consensus bien qu’elle fût perfectible.

Cette nouvelle loi n’est qu’une étape supplémentaire franchie vers la légalisation de l’euthanasie humaine.

Le titre trompeur de la proposition Claeys-Leonetti impose en réalité aux médecins de provoquer la mort du patient qui réclame d’être mis sous sédation sans possibilité de bénéficier d’une objection de conscience. Le modèle unique de la directive anticipée, conçue pour refuser ou limiter des traitements, incite fortement le malade au recours de cette pratique.

Les législateurs du RPS ont trouvé dans la sédation profonde et continue le sésame d’une « fin de vie digne ». Accompagnée systématiquement de l’arrêt des traitements auxquels sont assimilées la nutrition et l’hydratation, la sédation profonde ne sert plus à éviter la douleur mais à abrèger la vie dans un souci de rentabilité, sans retour en arrière. Les derniers espoirs d’amélioration sont impossibles et la mort certaine sous trois à cinq jours. La fin de vie « digne » devient une euthanasie par omission de soins élémentaires dus à tout être humain.

Le choix de société fait par cette loi est clair : celui de la facilité et de l’économie au détriment de l’accompagnement humain et médical le plus exigeant à l’égard des personnes vulnérables.

Le message de vie que délivre le Front National passe par le renforcement de la formation du personnel médical aux soins palliatifs et par la préférence donnée à la sédation intermittente pour calmer les souffrances mal soulagées. Il est indispensable de préserver les liens familiaux et sociaux du malade jusqu’aux ultimes moments de sa vie. Les soins palliatifs doivent constituer la priorité d’un grand chantier national consacré au développement de la culture palliative dans notre pays."

Partager cet article

9 commentaires

  1. Ce que veulent les législateurs c’est de ne plus payer les soins des personnes âgées.
    Mais alors comment comprendre un récent reportage télévisuel, montrant qu’un certain hôpital prolonge ces personnes et leur inflige des soins ou des chirurgies inutiles afin de les garder plus longtemps et de gagner plus d’argent ?
    D’un côté les vieux coûtent trop cher. De l’autre ils sont sources de revenus.
    ?

  2. C’est pire qu’en belgique
    C’est criminel

  3. Adolf H. Aurait applaudi cette assemblée, Marion Marechal Lepen est une véritable résistante.

  4. Rien que par son nom, cette loi Claeys-Leonetti est une parfaite illustration de la collusion umps devenue RPS.
    Elle est la conséquence prévue de la loi Leonetti, tout comme l’euthanasie est la conséquence, prévue de longue date, de l’avortement.
    Au moment des discussions de la loi Veil, était paru un “Petit livre rouge de l’avortement”. Il se terminait par une nouvelle intitulée “Salle d’attente”, racontant la visite médicale quinquennale systématique des personnes âgées de plus de 60 ans si ma mémoire est bonne. Si l’examen n’était pas satisfaisant, la personne disparaissait.
    Ce sera le prochain stade de la “culture du déchet”.

  5. L’euthanasie est une idée ancienne ! Dans l’usage nazi, le terme “euthanasie” désignait l’extermination systématique des handicapés physiques et mentaux accueillis dans des institutions, et ce, à l’insu de leurs familles.
    En octobre 1939, Hitler signa une autorisation secrète afin de protéger les médecins qui participaient au programme. Cette opération secrète reçut le nom de code “T4”, en référence à l’adresse berlinoise du bureau de coordination du programme (Tiergartenstrasse 4). Six installations de gazage furent finalement mises en place dans le cadre de ce programme : à Bernburg, Brandenburg, Grafeneck, Hadamar, Hartheim et Sonnenstein.
    Les victimes du Programme d’euthanasie incluaient à l’origine les enfants et les adultes atteints de déficiences, d’anomalies physiques ou de maladies mentales. Les patients à exterminer étaient sélectionnés par les médecins du T4. Ces médecins examinaient rarement les patients, mais basaient souvent leurs décisions sur les dossiers médicaux et les diagnostics établis par le personnel des institutions d’où provenaient les victimes.
    Ceux qui étaient sélectionnés étaient transportés par le personnel du T4 au “sanatorium” qui faisait office de centre de gazage. On annonçait aux victimes qu’elles allaient faire l’objet d’une évaluation physique et qu’elles allaient prendre une douche désinfectante. Au lieu de cela, elles étaient tuées dans des chambres à gaz avec du monoxyde de carbone pur. Leurs corps étaient immédiatement incinérés dans le four crématoire des installations de gazage. Les cendres des victimes incinérées étaient prises dans un tas commun et placées dans des urnes sans identification précise. Une urne était envoyée à la famille de chaque victime, avec un certificat de décès donnant une cause et une date fictives.
    Aujourd’hui on a toujours des crématorium mais au lieu de gaz on emploie d’autres méthodes pour tuer les gens.
    Hitler donna l’ordre d’arrêter le Programme d’euthanasie fin août 1941, car les exterminations provoquèrent des protestations publiques, en particulier de la part de membres du clergé allemand.
    Il se trouve qu’aujourd’hui, c’est encore le clergé ou des personnes chrétiennes qui s’y opposent.
    Cela dit, en août 1942, les exterminations reprirent, mais en secret. Les victimes ne furent plus assassinées dans des installations de gazage centralisées, mais par injection mortelle ou surdose de drogue administrée dans un certain nombre de cliniques à travers l’Allemagne et l’Autriche. Bon nombre de ces institutions affamaient systématiquement leurs victimes, les adultes comme les enfants.
    Pendant la phase initiale des opérations, de 1939 à 1941, environ 70 000 personnes furent tuées dans le cadre du Programme d’euthanasie. Lors des débats du Tribunal militaire international à Nuremberg (1945-1946), on estima que le nombre total des victimes atteignit 275 000 personnes.
    Il n’est pas surprenant que de nos jours on ait repris l’idée de la piqûre mortelle et de l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation. Mais pour ne pas choquer le Français moyen, on les fit passer pour un traitement. Ainsi se nourrir et se désaltérer sont devenus un traitement !
    Les pharmacies vont-ils alors à se mettre à fournir de la nourriture ? En plus payée par la sécu ? Déjà peut-on y obtenir des pilules pour avorter. Car comme les femmes disent maintenant “mon corps m’appartient” C’est à dire qu’elles assimilent un nouvel être à elles ! Une autre manière de tromper la Française moyen.
    Il est vrai que les fonds de pension sont proches de la faillite. Pour qu’ils retrouvent un certain équilibre, soit les taux d’intérêts doivent atteindre les 7%, soit il faut trouver un moyen pour se débarrasser de ces êtres humains, pour récupérer à leur place ce qu’ils ont mis de côté en cotisant. Le veau d’or avant tout !

  6. Intervention de Marion Maréchal-Le Pen, Député de Vaucluse, dans le cadre de la proposition sur la fin de vie pour soutenir le développement d’une culture palliative permettant aux malades d’être soulagés de leurs souffrances sans être contraint de choisir la sédation profonde et ses dérives euthanasiques.
    https://www.youtube.com/watch?v=yaPVFq1aYTY

  7. La France n’étant plus un état, elle ne décide plus de rien. Toutes les directives viennent d’ailleurs ! Si le Front National est contre l’euthanasie, la seule solution qui existe est de sortir le plus rapidement possible de l’U.E. !
    On aimerait entendre Marine promettre, jurer qu’arrivée au pouvoir, elle quittera cette Union Européenne devenue un 4ème reich ! Quand la France sera à nouveau un état, elle pourra décider de supprimer l’euthanasie et bien d’autres choses impensables et aussi destructrices.

  8. Merci à MMLP qui a le courage de ses idées justes.
    J’approuve ce que dit plus haut Le Forez, “Adolf H. Aurait applaudi cette assemblée, Marion Marechal Lepen est une véritable résistante”.

  9. Vivement 2022 : après deux quinquennats de François Hollande, une jeune femme se dressera, seule au milieu des ruines, Marion !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services