Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : le référendum / Europe : politique / France : Politique en France

“C’est un non à l’arrogance, c’est un non à l’intimidation !”

Déclaration d'Henri Guaino à propos de la Grèce :

"Vous savez un peuple qui dit non à ce qu'il considère comme une menace d'asservissement, eh bien c'est un peuple qui a conservé une fierté et qui a une grand sentiment de sa souveraineté, de son indépendance. On ne peut pas demander à un gaulliste de condamner le non jeté à la face de tous ceux qui menacent de l'asservir. C'est un non à l'arrogance, c'est un non à l'intimidation. Il faut bien comprendre comment on a parlé au peuple grec… 

J'entends des torrents de démagogie en disant on a trop payé, il y en a assez des grecs, il faut qu'ils s'en aillent. Mais en politique, il y a une première morale: ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas que l'on vous fasse. Imaginez un instant que la France soit dans cette situation et que ses voisins lui expliquent comment elle doit vivre (…)

En 1918, vous savez ce qu'on disait dans les chancelleries, en Europe, dans le monde ? On disait l'Allemagne paiera. Et on a fait payer l'Allemagne parce qu'elle avait dévasté l'Europe et qu'elle avait été le plus fautif de la Première Guerre mondiale. Ça a donné quoi ? Ça a donné les années 30 et la catastrophe de la Deuxième Guerre mondiale. Après la Deuxième Guerre mondiale la question s'est reposée. Au lieu de dire l'Allemagne paiera, on a effacé les deux tiers de la dette allemande. Elle a commis à l'époque des fautes bien plus grandes que les fautes commises depuis quelques années en Grèce (…) On ne construit rien en voulant punir un peuple. Il faut écarter cette vision des choses".

Partager cet article

19 commentaires

  1. le peuple dit non…pourtant
    “CQFD : Le Non » étant donné gagnant au référendum grec, les dirigeants de Syriza s’empressent de confirmer qu’un accord avec les créanciers euro-atlantistes est imminent”
    http://www.upr.fr/actualite/cqfd-le-non-etant-donne-gagnant-au-referendum-grec-les-dirigeants-de-syriza-sempressent-de-confirmer-quun-accord-avec-les-creanciers-euro-atlantistes-est-imminent

  2. Après la Grèce, qui aura le courage de s’opposer aux banksters étant donné les incroyables dettes artificielles des autres pays européens ?
    Grèce. Dette publique de 317,094 milliards d’euros, soit 177,1 % du PIB.
    Italie. Dette publique de 2134,920 milliards d’euros, soit 132,1 % du PIB.
    Portugal. Dette publique de 225,280 milliards d’euros, soit 130,2 % du PIB.
    Irlande : dette publique de 203,319 milliards d’euros, soit 109,7 % du PIB.
    Chypre : dette publique de 18,819 milliards d’euros, soit 107,5 % du PIB.
    Belgique : dette publique de 428,365 milliards d’euros, soit 106,5 % du PIB.
    Espagne : dette publique de 1033,857 milliards d’euros, soit 97,7 % du PIB.
    France : dette publique de 2037,772 milliards d’euros, soit 95 % du PIB.
    Royaume-Uni : dette publique de 1600,862 milliards de livres sterling, soit 89,4 % du PIB.

  3. D’un autre côté, truander l’état en ne payant pas ses impôts pour consommer plus, ce n’est pas non plus un modèle économique…
    Voter pour des démagogues qui promettent la “fin de l’austérité”, autrement dit de l’argent qui tombe du ciel d’emprunts non remboursés, c’est intenable.
    Un peu démago Gaino.

  4. Il est passé au FN, au MPF, au SIEL, chez NDA ou tous simplement est-il devenu royaliste ?
    Sinon que fait-il à LRPS ?

  5. En tout cas, gros succès pour la crédibilité internationale d’Hollande…

  6. Bel article !
    Tel un poulailler
    On imagine la poule la crête flamboyante et arrogante !
    Suivie des dindons et des pigeons !!!
    Quel est le futur plumé?
    Les abrutis qui tirent à boulets rouges
    Sur le peuple ne savent-ils pas que
    Leurs propres familles commencent
    À ne plus à avoir à manger dans leur propre pays???

  7. Riton je t’aime et je comprends que tu prépares la piste d’envole du nain excité pour 2017, mais quand même, ton ancien boss, qu’a t il fait en 2005 ??? eh ben j’vais vous l’dire ;-))))

  8. Il y a dans l’UE , une seule façon de parler de penser et d’envisager la politique .
    Les grecs ont commis deux fautes impardonnables pour l’UE .
    La première d’avoir éliminé le parti socialiste aux dernières élections et la seconde d’avoir osé exprimer une opinion différente de celle autorisée par l’UE lors du référendum .
    Première tête coupée : le ministre grec des finances . Excellent économiste et réfractaire au politique , il avait dénoncé l’usage démesuré de l’emprunt par le gouvernement socialiste de Papandreous et s’est mis à dos les politico-économistes de l’UE par son bon sens et son franc-parler ( même un article du Monde le reconnait !) .
    On peut s’attendre à court terme à des mesures anti démocratiques de la part de l’UE : humiliée elle fera tout pour ne plus être contrariée par les peuples .

  9. Et le traité de Lisbonne, adopté par le congrès contre l’expression populaire du référendum sur Maastrich ! Guaino a-t-il déjà oublié ou se moque-t’il de nous ???

  10. Le 29 Mai 2005,les Français se prononçaient par référendum et rejetaient largement le projet de traîté constitutionnel européen,à 54,67% des votes,le Non l’emportait…
    En 2007 Sarkozy faisait ratifier quand même le traîté de Lisbonnes!!!!
    “On ne construit rien en voulant punir un Peuple…”
    J’aurais aimé entendre ce même couplet de la part de Guaino en 2007 .

  11. Le gouvernement grec a raison de refuser les conditions de l’UE, mais les raisons invoquées sont mauvaises. Ce n’est pas parce qu’un référendum décide quelque chose que cette chose est automatiquement bonne. Si l’on faisait un référendum en France pour exiger de la Grèce la gratuité dans leurs hôtels pour les touristes français, pourquoi devraient-ils s’y plier ?
    Il a raison, mais il devra maintenant assumer : sortir de l’Euro et relancer, seul, l’économie. Il faut être courageux pour cela.
    Mais le problème, c’est que le gouvernement Tsipras a promis le beurre et l’argent du beurre.

  12. La Grèce antique a inventé le concept de “Logos” que l’on n’arrive pas à traduire vraiment en français: on est obligé de mettre une majuscule à “Verbe” ou “Parole”.
    ” Au commencement était le logos … le logos s’est fait chair, et il a habité parmi nous, plein de grâce et de vérité.”
    Evangile selon Saint Jean

  13. Pour Mr Guaino en 2005 ce n’était pas la même fierté pour les Français…
    D’autre part cette histoire du NON est inutile car l’UE va vite trouver un accord! c’est évident. Vous pensez, un pays qui partirait de l’union cela pourrait donner des idées à d’autres….ils nous prennent pour de idiots.

  14. Il y a toujours quelqu’un qui paye l’irresponsabilité des autres, et l’autruche la tête dans le sable n’épargne pas sa vie…

  15. Oui, bon, M. Guaino souhaite le maintien de la Grèce dans la zone euro, sur le dos des contribuables européens, au profit d’ un peuple qui n’ a jamais pris ses responsabilités et qui a voté en masse pour une politique marxiste irresponsable.
    Mais puisque c’est la volonté de M. Obama.

  16. Qu’est ce qui est vrai dans tout cela ?
    Les banques ont prêté de l’argent sans contrôle, elles ont “joué” en Bourse (comme l’affaire Kiriel), elles ont revendu les dettes. Les politiques ne sont pas des gestionnaires sans défaut, tout cela fait que maintenant il faut rembourser.
    Comme toujours le peuple va encore payer les erreurs ou les scandales des banques et des dirigeants.

  17. Si un père de famille s’endette pour jouer, fumer et faire de beaux voyages, il est juste qu’on lui force à se serrer la ceinture pour rembourser. Et si ce père fait un référendum auprès des ses enfants de 4 et 6 ans, évidemment qu’ils diront “non, on veut garder nos baskets Nike !”, mais ce n’est pas justice.
    La Grèce doit rembourser tant que ça reste dans une juste mesure. Qu’elle sorte de l’Euro ou non n’y change rien, et je ne comprends même pas qu’on lie les 2 questions. La sortie de l’Euro ne fera que donner plus de chances à la Grèce de se relever, certes, mais il faudra quand même qu’elle paie pour ce qu’elle a dépensé. C’est ça la justice.
    La justice réclame aussi la clémence lorsqu’un peuple est asphyxié ou réduit à l’esclavage par sa dette, mais ce n’est pas le cas de la Grèce.

  18. Oui enfin c’est un peu facile. Les grecs ont truqué leurs chiffres, se sont construit des piscines et ont acheté des berlines allemandes sur le dos des travailleurs allemands et français qui pensaient qu’ils paieraient … et maintenant on nous dit, il faut effacer leur dette parce qu’ils ne savent pas travailler et que quand ils travaillent ils ne savent pas prélever l’impôt … Donc c’est nous qui paierons (on a déjà commencé en 2008) avec de vrais impôts sur nos vrais heures de travail… la justice elle est où ?

  19. Les Grecs ne veulent plus jouer au bonneteau !
    Ils ont compris qu’on les arnaque…
    Pas comme d’autres…

Publier une réponse