Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

C’est fondamentalement sur sa relation au monde que se partage l’Église qui est en France

C’est fondamentalement sur sa relation au monde que se partage l’Église qui est en France

De Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique, qui soutenait l’un des référés pour le culte publique :

Dès la nouvelle connue les réseaux sociaux se sont enflammés. La cathosphère embrasée. Les tweets ont fusé. Les familles se sont embrassées. Les prêtres fidèles, confinés, ont sabré le champagne. Une liesse que ne peuvent comprendre ceux qui ont fait de leur ventre leur dieu s’est emparée des catholiques pour qui : « Le culte de la sainte Eucharistie (constitue) comme la source et l’origine de la vraie piété chrétienne » (Mediator Dei, Pie XII, 20 novembre 1947). Par un arrêté du 18 mai le Conseil d’Etat venait d’ordonner au gouvernement de « lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte » dénonçant : « une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte ». Était ainsi réduit à néant l’article 10 § III du décret No 2020 – 548 décrétant : « Les établissements de culte sont autorisés à rester ouverts. Tout rassemblement ou réunion en leur sein est interdit ». Le gouvernement dispose d’un délai de huit jours pour revoir sa copie.

La vie est un combat

Ce jugement faisait suite à plusieurs requêtes déposées par des personnes privées mais aussi, globalement, par l’ensemble de ce qu’il est convenu d’appeler le monde de la Tradition, par référence à la liturgie romaine traditionnelle : sociétés religieuses, associations, personnalités politiques ou intellectuelles, etc. Il convient d’abord, de rendre hommage aux requérants et à leurs avocats pour leur action, dont le succès était tout sauf certain. Ensuite, il faut observer que ce rétablissement de la liberté de culte a été le fruit d’une véritable bataille judiciaire et non le résultat d’un dialogue de l’épiscopat avec les autorités gouvernementales. Une partie du monde catholique s’était enthousiasmée à l’écoute du discours aux Bernardins d’Emmanuel Macron le 9 avril 2018, omettant d’arrêter son attention sur cette déclaration sans ambiguïté : « Je demanderai ( …) de respecter absolument et sans compromis aucun toutes les lois de la République. C’est cela la laïcité, ni plus ni moins, une règle d’airain pour notre vivre-ensemble qui ne souffre aucun compromis ». On a connu propos plus empathiques !

Un épiscopat globalement absent

Il eut paru logique que l’épiscopat français fût à la pointe de ce combat pour le rétablissement de la liberté de culte. Il n’en a rien été. Mgr Aupetit, archevêque de Paris, avait annoncé après que des policiers fussent entrés, en armes, dans une église de Paris qu’il se préparait à « prendre laparole et aboyer très fort ». Pas le moindre petit jappement ne semble être parvenu à l’oreille du gouvernement qui, quelques jours plus tard, renouvelait son interdiction du culte public. Nous serions plutôt au Temps des chiens muets pour reprendre le titre de la passionnante autobiographie de Mgr Seitz, évêque de Kontum au Viet-Nam. Pas un seul évêque ni un seul prêtre diocésain ne figure parmi les requérants de l’arrêté du 18 mai même si quelques évêques et prêtres ont assumé des positions courageuses à rebours de la démission générale. Le fait est là. Incontournable. Massif. Le 18 mai au soir, un communiqué de la Conférence des Evêques de France a « pris acte » de la décision. On eut pu espérer que la CEF se réjouisse du rétablissement de la liberté de culte en France. Que nenni ! Elle se contente de prendre acte de ce fait, comme elle prendrait acte de l’augmentation du prix des poireaux. Dans le même communiqué la CEF se réjouit que cette décision aille dans le sens des demandes de la lettre de Mgr de Moulins-Beaufort à Emmanuel Macron le 15 mai dernier. Comment se dit « mouche du coche » en latin ?

Tout cela laissera des traces. Le mépris que les pouvoirs publics ont affiché vis-à-vis des représentants de l’épiscopat les a meurtris. Les humiliations contre les catholiques sont quotidiennes. Ainsi Olivier Véran, notre « sympathique » ministre de la santé, s’est énervé du temps consacré à la liberté de culte (30’) lors des débats sur le déconfinement à l’Assemblée nationale. Stupéfaits les évêques de France découvrent que leur parole ne pèse quasiment plus rien dans le débat public. Le rôle qui leur est dévolu dans le « Nouveau monde » est de célébrer des obsèques dans les lieux prestigieux que bâtirent nos ancêtres et de chanter les louanges des défunts, quels qu’aient été leurs comportements antérieurs (vie dissolue, promotion de l’avortement, appartenance à des sectes maçonniques condamnées par l’Église, etc.) Cette prise de conscience est cruelle. Une autre ne l’est pas moins. C’est celle d’une partie des fidèles, qu’il est simpliste mais utile, et pas complétement faux, de qualifier de conciliaires. Beaucoup se sont sentis abandonnés par leurs pasteurs. La confiance s’est effritée. Après avoir observé que leurs amis paroissiens des communautés traditionnelles vivaient un confinement liturgique, physique ou virtuel, disons plus audacieux, que dans leurs paroisses ils constatent que la liberté de culte leur est rendue grâce à l’action de ces mêmes communautés ou de leurs proches. Certains s’interrogent. D’autres ont déjà franchi le pas, rejoignant les dites communautés.

Deux conceptions différentes

C’est fondamentalement sur sa relation au monde que se partage, depuis longtemps et durablement encore, l’Église qui est en France. Deux visions s’affrontent. Une vision initiée par Léon XIII et son encyclique sur le ralliement (Au milieu des sollicitudes, 16 février 1892) de conciliation avec les pouvoirs publics et de refus des conflits. Ce fut, en 1905, la position des évêques de France qui étaient prêts à accepter la mise en place des associations cultuelles avant que saint Pie X par l’encyclique Vehementer Nos du 11 février 1906 ne l’interdise absolument. L’autre vision trouve ses racines dans l’histoire longue de notre pays. Le monde traditionnel est, par nature, moins consensuel avec les pouvoirs publics issus de la Révolution française, que le monde conciliaire. Il vibre davantage à la devise de sainte Jeanne d’Arc : « Messire Dieu premier servi » qu’à la déclaration de clôture du concile Vatican II par le pape Paul VI le 7 décembre 1965 : « Nous, plus que quiconque nous avons le culte de l’homme ». Les coups de matraque et les coups de crosse sont constitutifs de sa culture. Il sait que la promulgation de la fête de sainte Jeanne d’Arc comme fête nationale, en 1920, n’a pas été que le fruit de l’action du Saint-Esprit mais aussi la conséquence des 10 000 jours de prison endurés par les camelots du roi. Quant à celui qui restera devant l’histoire comme la figure de proue de la résistance traditionaliste, Mgr Marcel Lefebvre, chacun sait les avanies qu’il dut subir.

Ces débats ne datent pas d’aujourd’hui. Déjà, en 1905 Jean Jaurés notait : « Nos adversaires nous ont-ils répondu ? Ont-ils opposé doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution l’entière pensée catholique qui revendique pour Dieu, pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d’inspirer et de guider la société spirituelle, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés ; ils ont chicané sur des détails d’organisation. Ils n’ont pas affirmé nettement le principe même qui est comme l’âme de l’Église ». Enfin, ce jugement du Conseil d’Etat met en lumière et confirme la montée en puissance dans l’Église de France de ceux que Yann Raison du Cleuziou a appelé les « catholiques observants ». Le combat de la foi, aujourd’hui, ne semble plus mené prioritairement par les évêques, en corps, hormis quelques exceptions mais par des laïcs et des communautés religieuses, fidèles à la grande Tradition de l’Église.

Partager cet article

11 commentaires

  1. Merci Monsieur Maugendre pour cet excellent billet. Nous, réprouvés du modernisme, savons que le combat est inévitable, permanent et, parfois, mortel mais nous l’acceptons. D’une main, le chapelet, de l’autre le fusil, c’est ainsi… Chouans des Mauges, Cristeros, Muongs des hauts plateaux, Chrétiens du Liban, d’orient… nous relayons ici-bas le combat des milices célestes. Sans courage, sans bataille, sans effort, aucune victoire possible : aide-toi et le Ciel t’aidera. Remerciements à tous ceux qui ne se sont pas soumis, exemplaires et courageux, actions de grâce et prières mais restons sur nos gardes !

    • Bonjour Gilles Tournier. “Aide toi et le ciel t’aidera” c’est une phrase du fondateur des chrétiens quand il était cloué sur la croix qu’on lui avait dressé ? Dans la bibliographie que j’ai, c’est plutôt : “Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font”. Et Dieu le Père le laisse mourir. Par contre, Il accède à sa demande puisque 3 jours après sa mort, il répare notre connerie en le ressuscitant et en plus Il nous considère comme son fils. C’est fou cette logique de notre Dieu… Bien à vous.

  2. Bon, entre les les « personnes privées » et le « monde de la Tradition », vous oublieriez le seul parti politique ayant agi en tant que tel malgré ses moyens pas bien importants? -quels hommes politiques se sont-ils illustrés ici?
    …Et les signataires des pétitions venant d’un peu partout?
    S’il reste vrai que la conférence épiscopale en tant que telle ne brille pas par son enthousiasme, apparemment, j’espère qu’elle ne « découvre » pas que sa parole n’a aucun poids…

    Le discours des Bernardins n’avait guère laissé d’illusions; d’ailleurs aux Bernardins non plus le pcd n’était pas invité!

    Quelques évêques ont pris des initiatives; quelques uns « bougent encore »…

    Avec le vénérable Pie XII, il aurait été enfin facile de citer aussi les affirmations du concile Vatican II telle «l’Eucharistie source et sommet de la vie chrétienne», qui ne diffère guère, non?
    Et en parallèle de Jaurès, les antérieures paroles et les avertissements de la Salette, qui, bien que précédant aussi bien Vatican I que Vatican II évoquaient le « cloaque «  que devenait le milieu sacerdotal catholique du fait de ses préférences pour le politique, ses aises, et une vie morale « dissolue » …
    Autrement dit, selon la sainte Vierge, déjà au milieu du XIXème siècle, la situation du clergé était préoccupante, malgré une liturgie qui aurait pu les nourrir.. autrement.

    D’ailleurs c’est un fait qui est régulièrement noté dans l’histoire de l’Église, qui a nécessité aussi bien des réformes après le concile de Trente par exemple, où la situation n’était guère brillante; voyez l’œuvre de st Charles Borromée, et la création des séminaires pour tenter de faire face (en général, après un concile, la crise dure à peu près un siècle.. Et ce fut pire lors de la crise arienne…)
    Vatican II ne fait pas exception; et la violence des attaques politico-spirituelles a encore pris de l’ampleur depuis le XIXème. Séduisant encore aussi dans l’Église; comme à chaque fois…

    Alors, il me semblerait prudent de mettre une sourdine à la trompette : nous sommes embarqués dans le même bateau, et le combat, est, sera rude. Comme écrit st Paul aux Corinthiens (1Co10,12 : « que celui qui croit être debout prenne garde de tomber »… sans compter le contexte où il évoque l’attitude des membres du Corps du Christ entre-eux, notamment avec les plus faibles

    • Dites, Flandre : quand vous mentionnez “le seul parti politique ayant agi en tant que tel malgré ses moyens pas bien importants”, auquel pensez-vous ?
      Parce que, à ma connaissance, il y en a eu deux : d’abord Civitas (qui a déposé le premier recours) puis le PCD.

  3. Je crois que le fait de dire qu’il y a 2 conceptions de l’Eglise qui coexistent parmi les fidèles catholiques est exact : en simplifiant on trouve d’une part les “traditionnalistes” qui se réfèrent , plutôt qu’à Vatican II, à la tradition multiséculaire de l’Eglise. De l’autre côté ceux qu’on peut qualifier de “modernistes” : en fait je pense que ces derniers ont fait une interprétation erronée de Vatican II , en croyant que Vatican II introduisait une rupture dans l’histoire de l’Eglise, en introduisant la notion de dialogue avec le Monde, à l’instar de l’évolution des sociétés civiles, qui traversent effectivement des ruptures, des révolutions. Il ne peut pas en être ainsi dans l’Eglise, dont le seul fondement n’est pas l’opinion des fidèles, mais sa “tête” qui n’est autre que le Christ, le Nouveau Testament et en toile de fond, l’Ancien Testament. Si l’on lit attentivement les textes du Concile, on s’aperçoit que la “Tradition vivante” garde toute sa place et que, s’il doit y avoir dialogue avec l’Homme contemporain, les autres religions et l’incroyance, ce n’est pas dans un esprit de naïveté : il faut être bien armé pour dialoguer. Dans Gaudium et Spes, des maux de l’époque contemporaine sont clairement désignés. Donc on ne peut à mon avis rejeter globalement Vatican II, même si, 60 ans après, certaines formulations seraient à revoir.
    Tout cela pour dire qu’il faut éviter un ESPRIT DE DIVISION, qui, si l’on n’y prend garde, pourrait conduire à un schisme catastrophique :”Supportez vous mutuellement les uns les autres, ” dit l’Apôtre.

    • Bonjour Lavergne21. Certes. Mais quand il y a de la comparaison, c’est que l’Amour n’est plus là. Y a-t-il une comparaison dans les paroles du fondateur des chrétiens ? N’est-ce pas lui qui a dit : “je ne suis pas venu pour juger le monde mais pour le sauver”. Bref pour lui montrer le chemin qui mène à l’Amour. Bien à vous.

  4. Comme pour toutes les lois “civilisationnelles” depuis la loi Neuwirth, la CEF a manifesté, en tant que telle, un silence assourdissant face à l’État et à ses diktats inspirés par des lobbies “qui n’existent pas”.
    En 1974, l’inspiratrice du génocide prénatal français reconnaissait que, si les Évêques français avaient, unanimement, mené des manifestations dans toutes les grandes villes de France, mitre en tête et crosse en main, sa loi n’aurait jamais été votée par le Parlement.
    Aujourd’hui, encore, ce n’est pas la CEF qui a attaqué un diktat de l’État laïcard (à géométrie variable), mais des associations soucieuses des fondements de la France et de son rôle de Fille aînée de l’Église.
    Une infime minorité d’Évêques et de prêtres a osé protesté contre ces diktats et mené des opérations de contournement ou de contestation de ces diktats dignes de l’URSS, de l’Albanie d’Enver Hoxha, du Cambodge de Pol Pot ou de la RPC.

  5. À Lavergne21, les textes d’un Concile se doivent d’être univoques.

  6. Bien dit, Monsieur Maugendre.

  7. Et pour éviter de se complaire dans une guéguerre type “c’est nous les meilleurs”, ne serait-il pas temps pour, disons les ‘tradis’, dont on ne peut contester l’engagement et la solidité, de revenir, au moins périodiquement, dans leur paroisse locale vue souvent comme ‘terre d’évangélisation’ avec une certaine justesse. Mais comment reprocher au chrétiens ‘ordinaires’ d’être un peu (trop) ‘du monde’ si on a déserté le champ de bataille?
    Oui c’est un combat et j’en sais quelque chose. Mais tout n’est pas à jeter dans V.II et bien des encycliques (H.V., Veritatis Splendor, Evangelium Vitae…) sont des phares à défendre, que justement les tièdes n’ont pas envie de voir. Mais si les prophètes se taisent, qui parlera? Rappelez-vous: il sera demandé compte au prophète du péché commis par le tiers, simplement parce qu’il n’a pas parlé (CEC 1868). Et il y a tant de façons de prophétiser, dans la liturgie, les préparations aux sacrements, l’engagement dans l’EAP…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services