Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 5 juillet…

C’est arrivé un 5 juillet…

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 5 juillet : saints du jour français ou en France.

Bx Joseph Boissel, prêtre OMI et martyr (Laos, 1969)

Joseph Boissel naît le 20 décembre 1909 dans une famille de petits fermiers bretons, au Loroux dans l’archidiocèse de Rennes (France). C’était un solide paysan, dur à la besogne. À 14 ans, orphelin de père, il entre au juniorat des Oblats de Marie Immaculée à Jersey, et poursuit avec eux sa vocation missionnaire.

Ordonné prêtre le 4 juillet 1937, il reçoit, l’année suivante, sa feuille de route pour la jeune Mission du Laos. Le P. Boissel appartient à la génération des pionniers oblats de cette mission, qui ont connu toutes les secousses des guerres successives. Il débute auprès des Hmong de la province de Xieng Khouang où l’évangélisation n’avait pas encore commencé. En mars 1945, il est prisonnier des Japonais à Vinh au Vietnam. Au retour, il retrouve la mission entièrement ruinée et se remet courageusement à l’œuvre, malgré une santé désormais ébranlée par les privations. En 1949 il est à Paksane dans la vallée du Mékong : il aide à construire et à gérer le petit séminaire, n’hésitant pas à cultiver lui-même la rizière.

En 1952, il obtient de repartir dans les montagnes de Xieng Khouang. Il y poursuit l’évangélisation des Thaï Dam de Ban Na et entreprend celle des Khmhmu‘ des villages environnants. En novembre 1957, il est de retour pour de bon dans le district missionnaire de Paksane, curé de Nong Veng puis de Lak Si. Mais il aura de plus en plus la charge des villages des réfugiés, qui ont fui la guerre et le communisme de Xieng Khouang. Dans ces années-là, prendre la route est toujours risqué ; à partir de mars 1969, la pression de la guérilla s’accentue.

Le samedi 5 juillet 1969, le P. Boissel s’en va assurer le service à Hat I-Êt, à une vingtaine de kilomètres de Paksane, en compagnie de deux jeunes Oblates Missionnaires de Marie Immaculée qui l’aident pour les visites, les soins aux malades et la catéchèse. A la sortie d’un virage, le Viêt Minh le guette : il est tué net par deux rafales de mitrailleuse, et les Oblates grièvement blessées.

Joseph Boissel fait partie des 17 martyrs béatifiés, en un seul groupe, à Vientiane, capitale du Laos, le 11 décembre 2016.

LISTE DES 17 MARTYRS DU LAOS

1. Joseph Thao Tiên, né le 5.12.1918 à Muang Sôi (Houa Phanh, Laos), prêtre diocésain taï-deng du vicariat de Thanh Hóa (Vietnam), mort le 2.6.1954 à Ban Talang (Houa Phanh), vicariat de Vientiane.

2. Jean-Baptiste Malo, MEP, né le 2.6.1899 à La Grigonnais (44), missionnaire en Chine puis au Laos, mort le 28.3.1954 à Yên Hi (Hà Tĩnh), diocèse de Vinh (Vietnam).

3. René Dubroux, MEP, né le 28.11.1914 à Haroué (54), prêtre diocésain de Saint-Dié puis missionnaire au Laos ; mort le 19.12.1959 à Palay, vicariat de Paksé.

4. Paul Thoj Xyooj, né en 1941 à Kiukatiam (Louang Prabang), catéchiste hmong, mort le 1.5.1960 à Muang Kasy, vicariat de Louang Prabang.

5. Mario Borzaga, OMI, né le 27.8.1932 à Trente (Italie), mort le 1.5.1960 à Muang Kasy, vicariat de Louang Prabang.

6. Louis Leroy, OMI, né le 8.10.1923 à Ducey (50), mort le 18.4.1961 à Ban Pha (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane.

7. Michel Coquelet, OMI, né le 18.8.1931 à Wignehies (59) et éduqué à Puiseaux (45), mort le 20.4.1961 à Sop Xieng (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane.

8. Joseph Outhay Phongphoumi, catéchiste veuf, né en 1933 à Khamkoem, diocèse de Tha-rè-Nongsèng (Thaïlande), mort le 27.4.1961 à Phalane, vicariat de Savannakhet.

9. Noël Tenaud, MEP, né le 11.11.1904 à Rocheservière (85), missionnaire en Thaïlande puis au Laos, mort le 27.4.1961 à Phalane, vicariat de Savannakhet.

10. Vincent L’Hénoret, OMI, né le 12.3.1921 à Pont l’Abbé (29), mort le 11.5.1961 à Ban Ban / Muang Kham (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane.

11. Marcel Denis, MEP, né le 7.8.1919 à Alençon (60), mort le 31.7.1961 à Kham Hè (Khammouane), vicariat de Savannakhet.

12. Jean Wauthier, OMI, né le 22.3.1926 à Fourmies (59), mort le 16.12.1967 à Ban Na (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane.

13. Thomas Khampheuane Inthirath, né en mai 1952 à Nong Sim (Champassak), élève catéchiste Lavên, mort le 12.5.1968 à Paksong (Champassak), vicariat de Paksé.

14. Lucien Galan, MEP, né le 9.12.1921 à Golinhac (12), missionnaire en Chine puis au Laos, mort le 12.5.1968 à Paksong (Champassak), vicariat de Paksé.

15. Joseph Boissel, OMI, né le 20.12.1909 au Loroux (35), mort le 5.7.1969 à Hat I-Et (Bo-likhamsay), vicariat de Vientiane.

16. Luc Sy, catéchiste kmhmu’ père de famille, né en 1938 à Ban Pa Hôk (Xieng Khouang), mort le 7.3.1970 à Dène Din (Province de Vientiane), vicariat de Vientiane.

17. Maisam Pho Inpèng, laïc kmhmu’ père de famille, né vers 1934 près de Sam Neua (Houaphan), mort le 7.3.1970 à Dène Din (Province de Vientiane), vicariat de Vientiane.

  • le 5 juillet 1194 : bataille de Frèteval.

Après une bataille perdue contre les Anglais, Philippe Auguste abandonne ses archives royales. Le Roi les fait en partie reconstituer en double et en laisse désormais une copie en permanence à Paris. En 1201, il crée aussi la fonction de Garde des Sceaux de France, car ces derniers étaient dans les archives perdues.

  • le 5 juillet 1294 : élection du pape saint Célestin V.
  • le 5 juillet 1439 : concile de Florence et l’union des Églises latine et grecque.

La bulle Laetenturcoeli, est signée par les représentants latins et byzantins. Le texte grec comporte 33 signataires dont l’empereur Jean VIII Paléologue, le futur patriarche de Constantinople Georges Scholarios, Bessarion, Isidore de Kiev. Ils acceptent la doctrine romaine du Filioque ainsi que la primauté du pape. La plupart des théologiens byzantins présents se montrent soucieux de restaurer l’unité avec l’Eglise latine. Une fois rentrés à Constantinople, l’empereur, le patriarche et les autres membres de la délégation n’arrivent pas à faire accepter les concessions de l’Union au peuple et au clergé byzantin. Et les Eglises orthodoxes non byzantines refusent cet accord. De leur côté, les Occidentaux ne respecteront pas les termes de l’Union car Ils n’interviendront pas lors de la chute de Constantinople en 1453.

  • le 5 juillet 1793 : les Vendéens reprennent la ville de Châtillon.

Suite à l’échec de l’armée Catholique et Royale devant Luçon (cf. la chronique du 30 juin), la colonne Westermann est rattrapée et défaite le 5 juillet au mont Gaillard à l’ouest de Châtillon. Seuls 300 Bleus parviennent à regagner Parthenay. Santerre s’enfuit criant à la trahison, imité par ses troupes jetant armes et bagages, jusqu’à Saumur et Chinon. A l’issue de cette victoire vendéenne, le conseil de guerre, réuni à Châtillon, élit d’Elbée au poste de généralissime. Voir la chronique du 19 juillet.

  • le 5 juillet 1809 : le pape est prisonnier des Français.

Le pape Pie VII réagit à l’annexion des Etats pontificaux par Napoléon par l’excommunication, sans toutefois nommer l’empereur. En réaction, Napoléon fait arrêter le pape. Dans la nuit du 5 au 6 juillet, le général Étienne Radet, avec un millier d’hommes, pénètre dans le palais du Quirinal, où le pape s’est enfermé. Les fenêtres et les portes intérieures ayant été forcées, il arrive jusqu’à l’antichambre du pape. Ce dernier est emmené en France, prisonnier. Cf. chronique du 17 mai et du 11 juin.

  • le 5 juillet 1809 : début de la bataille de Wagram.
  • le 5 juillet 1830 : prise d’Alger par l’armée française, début de la colonisation en Algérie.

Alger capitule trois semaines après l’invasion française. Le Dey Hussein abdique sachant qu’il garde sa liberté et ses richesses personnelles. Le général Bourmont, à la tête des 37 000 soldats français, entre dans la ville. La Méditerranée est enfin sécurisée car cette conquête permet de mettre fin à la piraterie des barbaresques qui sévit depuis le XVIe siècle.


L’attaque de l’amiral Duperré lors de la prise d’Alger en 1830

  • le 5 juillet 1833 : décès de Joseph Nicéphore Niépce, physicien français, inventeur de la photographie

Né le 7 mars 1765 et mort le 5 juillet 1833, Joseph Nicéphore Niépce, pionnier et inventeur de la photographie, est l’auteur du tout premier cliché. A partir de 1816, il réalise des recherches sur la photographie et collabore avec Louis Daguerre en 1826. En 1829, Niépce réalise le premier cliché de l’histoire de la photographie, avant de mourir subitement en 1833.

  • le 5 juillet 1974 : la majorité civique passe de 21 à 18 ans, en France.
  • le 5 juillet 1911 : naissance de Georges Pompidou, président français.

Parmi l’héritage que nous a légué ce président il y a cette loi du 3 janvier 1973, réformant les statuts de la banque de France, se trouve en particulier cet article 25 très court, qui bloque toute possibilité d’avance au trésor :

« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France. »

Cela signifie que l’article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973 interdit à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts ; alors qu’avant cette loi, quand l’État empruntait de l’argent, il le faisait auprès de la banque de France qui, lui appartenant, lui prêtait sans intérêt. Autrement dit : auparavant, l’État français avait le droit de battre monnaie, et avec cette nouvelle loi, il perd ce droit qui est du même coup légué aux banques privées. Elles en profitent pour s’enrichir aux dépens de l’État en lui prêtant avec intérêt l’argent dont il a besoin. Cette décision correspond à une privatisation de l’argent et ramène la nation au même rang que n’importe lequel de ses citoyens. L’accroissement sans fond de la dette publique trouve son origine précisément là.

  • le 5 juillet 1925 : naissance de Jean Raspail, écrivain français.

Auteur entre autres du fameux et prophétique Camp des Saints, il est aussi depuis 1988, « Consul Général de Patagonie », et fait flotter les couleurs du royaume sur les Minquiers, un archipel de la Manche appartenant à la couronne britannique, le rebaptisant pour l’occasion Patagonie Septentrionale.

  • le 5 juillet 1948 : décès de Georges Bernanos, écrivain français.

Voir la chronique du 20 février.

  • le 5 juillet 1962 : le président français Charles De Gaulle reconnaît officiellement l’indépendance de l’Algérie.

Cela fait suite aux référendums des 8 avril et du 1er juillet. L’indépendance est proclamée.

  • le 5 juillet 1962 : le massacre d’Oran.

Ce 5 juillet à Oran, deux jours après la déclaration officielle de l’indépendance, se déroule une chasse aux Blancs visant les malheureux qui n’ont pas encore eu le temps de quitter les lieux.

«On égorgea, on tua au revolver ou à la mitraillette, on prit des rues en enfilade, tuant tout ce qui bougeait.On pénétra dans les restaurants, les magasins, les appartements, assassinant les pauvres gens avec des raffinements de cruauté, arrachant des yeux, coupant des membres. On vit même des femmes musulmanes dépecer des vivants avec les dents.»

Le pire, dans cette histoire, est que 18 000 soldats français sont stationnés à Oran. Ils reçoivent l’ordre du général Katz de rester cantonnés dans leurs casernes, sans intervenir. Katz téléphone à De Gaulle pour l’informer de l’ampleur du massacre. Le chef de l’Etat répond « ne bougez pas ».

La tuerie dure près de six heures. Lorsqu’à 17 heures les gendarmes français sortent de leur cantonnement, le calme revient aussitôt.

Les cadavres jonchent la ville, on en trouve pendus aux crochets des bouchers, dans des poubelles…

Les soldats français et algériens déversent par camions les cadavres dans le Petit Lac et les couvrent de chaux vive. Nul ne sait le bilan exact de cette nouvelle Saint-Barthélemy.On parle dans les semaines qui suivirent de 3.000 morts et disparus ; chiffre que donne De Broglie et que reprend le ministre André Santini.

Ce qui est sûr, c’est que le massacre était prémédité car les tueries commencèrent à la même heure aux quatre coins de la ville qui était vaste. Cela suppose la mobilisation d’une immense logistique ; tout montre que l’action a été programmée, organisée et coordonnée à un très haut niveau, même si la participation à la curée d’une foule hystérique a pu faire croire à des événements « spontanés ».

Ce jour le journal Le Monde titre : « LA CELEBRATION DE L’INDEPENDANCE DE L’ALGERIE »

Voir les chroniques des 19 et 26 mars, des 11, 17, 25 septembre, du 30 octobre.

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. À propos des massacres du 5 juillet 1962 à Oran, je recommande la lecture de l’ouvrage de Geneviève de Ternant, L’Agonie d’Oran. Très bien documenté, ce livre démontre, entre autres, la forfaiture du Général de Gaulle intimant l’ordre au Général Katz, “le boucher d’Oran”, de maintenir la garnison française dans les casernes, l’arme au pied, et de laisser les populations se débrouiller entre elles. En fait, il savait très bien que les musulmans allaient exécuter un massacre des Européens et des Harkis pour les terroriser et ne plus leur laisser le choix “qu’entre la valise et le cercueil”. De fait, à quelques rares exceptions près qui permirent d’arracher quelques centaines de prisonniers, les militaires français ont exécuté docilement les ordres de Katz. Personne n’est en mesure de dénombrer le nombre de massacrés jetés dans le Petit Lac, ni le nombre de disparus dont le gouvernement algérien a toujours nié l’existence…
    Toute l’affaire algérienne reste une des taches indélébiles sur la mémoire de l'”Homme du 18 juin”.

  2. Toujours les mêmes reproches, mêmes s’ils sont justifiés, à celui qui refusa la servitude sous la botte allemande et a donné toutes ses forces pour essayer de relever la France !

    Pour cet épouvantable massacre d’Oran, je comprends très bien votre ressentiment… et même je le partage. Mais je pense, non, j’en suis même certain, que si de Gaulle avait donné l’ordre à nos militaires de sortir pour rétablir l’ordre, cela aurait provoqué des réactions internationales lourdes de conséquence pour notre pays, il le savait, et il a donc du (croyez vous que cela lui a été facile ?) donner l’ordre de ne pas bouger, sachant très bien ce qui allait se passer…

    Ces ordures du FLN (et avec eux ses salauds de la gauche française) auraient du être “traités” dans les mois suivants comme ils le méritent : tomber dans l’escalier, les freins de la voiture qui ne marchent plus, un balcon qui s’effondre, ou un avion tombant en panne d’essence au dessus de la grande bleue…

    Il y a peut-être une autre raison qui a joué dans l’esprit du Général… C’est le fait que l’Algérie, pendant la guerre, je veux dire pour sa population européenne, était restée ostensiblement pétainiste, causant mille et un embêtements à la France libre et ses combattants, et dès le débarquement des américains en 1942, s’est couchée comme un toutou apeuré dans la niche de l’oncle Sam…
    Cela, toute la France libre et le général de Gaulle en premier, ne pouvait l’oublier.

    La fin de la présence française en Algérie a été un gigantesque drame, et malheureusement par son comportement criminel l’OAS, qui prétendait défendre les colons français, n’a fait que précipiter leurs malheurs… Seul je crois, le petit Portugal de Salazar défendait la France (et pour cause), tout le reste du monde nous crachait dessus… Nous ne pouvions plus garder l’Algérie ! Pour la garder, il aurait fallu que le rapport démographique soit inversé…

    L’Algérie devrait être considérée par nos politiques français comme “pays infréquentable” tant que la clique d’assassins incapables du FLN resteront au pouvoir là-bas. Et bien le faire comprendre aux algériens !

    Malheureusement, depuis 1962… et surtout depuis 1981 !

  3. @Irishman : Avez-vous entendu parler du Général de Goislard de Montsabert et de sa 3ème D.I.A. dans laquelle furent mobilisées 20 classes de Français d’Afrique du nord (Européens et Musulmans confondus) qui s’illustrerent à la bataille du Monte Cassino, là même où les Américains n’arrivaient pas à percer les lignes allemandes ?
    Ces soldats avaient donc du sortir de la niche de l’oncle Sam pour se comporter avec autant d’héroïsme…
    🤔🤔🤔

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services