Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 2 février…

« Pour comprendre l'Histoire, comme pour comprendre un paysage, il faut choisir le point de vue; et il n'en est de meilleur que le sommet. » (Paul Claudel)

« Chaque Nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu'elle doit accomplir. Celle de la France est d'exécuter la Geste de Dieu, "Gesta Dei per Francos". » (Joseph de Maistre)

Enfin Otto de Habsbourg-Lorraine affirme pour toute personne :

« Celui qui ne sait pas d'où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement vers l'avenir »

Alors rappelons-nous :

  • le 2 février : fête de la Chandeleur ou Présentation du Christ au Temple, quarante jours après sa naissance.

  • le 2 février 1049 : élection du pape de Léon IX.

Bruno d'Eguisheim-Dagsburg, est élu pape devenant le 152e pape de l'Église catholique, sous le nom de Léon IX.

  • le 2 février  1119 : élection du pape Calixte II.

Début du pontificat de Calixte II (fin en 1124). L'archevêque de Vienne, Guy de Bourgogne, est élu pape à Cluny, par les six cardinaux qui avaient accompagné Gélase II dans son exil. Ce choix est ratifié à Rome.

  • le 2 février  1439 : nomination de Jacques Cœur Grand Argentier de France.

Le négociant et homme d'affaires Jacques commence à gagner la confiance du Dauphin à Bourges puis du Roi Charles VII, en finançant sa reconquète du territoire national contre les Anglais. Doué pour les affaires, il est investi par Charles VII de la charge de grand argentier du royaume de France. Il s'appliqua à réorganiser complètement les finances du pays, alors dans un état désastreux, contribuant ainsi à l'effort de guerre en fournissant au Roi les moyens nécessaires à sa lutte pour bouter les Anglais hors de France.

  • le 2 février  1640 : décès de Jeanne de Lestonnac, religieuse française, nièce de Montaigne, fondatrice de la Compagnie de Marie Notre-Dame, sainte catholique.

Elle était la nièce de l'écrivain français Montaigne qui parle d'elle en ces termes :

"Très pieuse, d'humeur joyeuse, intelligente et belle, la nature en avait fait un chef d'œuvre, alliant une si belle âme à un si beau corps et logeant une princesse en un magnifique palais."

Sainte Jeanne de Lestonnac une femme du 17ème siècle qui a vécu  plusieurs vocations : épouse, mère, éducatrice, veuve, contemplative, fondatrice d'une congrégation  de religieuses apostoliques de spiritualité ignatienne : La Compagnie de Marie Notre-Dame.

Elles sont 2000 religieuses dans le monde, 180 religieuses en France, réparties sur deux Provinces : France-Belgique et France-Est. Leur mission fait d'elles des éducatrices dans les établissements scolaires, les paroisses, les mouvements chrétiens, les organismes de solidarité, d'alphabétisation, de promotion de la dignité humaine, dans les villes, les banlieues et le monde rural.

Implantions des communautés de la Compagnie de Marie Notre-Dame

  • le 2 février 1660 : mort de Gaston de France, Duc d'Orléans.

Voir la chronique du 30 janvier.

  • le 2 février 1688 : décès d'Abraham Duquesne, officier français de la Royale.

Abraham Duquesne, baron d'Indret puis marquis du Quesne, né à Dieppe entre 1604 et 1610 et mort le 2 février 1688 à Paris, est l'un des grands officiers de la marine de guerre française du XVIIe siècle. Né dans une famille huguenote au début du XVIIe siècle, il embarque pour la première fois sous les ordres de son père capitaine de vaisseau. Il sert sous Louis XIII pendant la guerre de Trente Ans et se distingue en plusieurs occasions, notamment aux combats de Tarragone et du cap de Gata, mais doit quitter la marine en 1644 après avoir perdu un navire.

Très estimé de Richelieu, de Mazarin et de Colbert, au point qu'en 1685, il est l'un des très rares personnages autorisé à rester protestant et à pouvoir demeurer en France, malgré l'Édit de Fontainebleau, en 1685.

Portrait d'Abraham Duquesne (1610-1688),
Huile sur toile par Antoine Graincourt, Cercle militaire de Versailles

  • le 2 février 1704 : mort de Guillaume François Antoine, marquis de L'Hôpital, mathématicien français.

Guillaume François Antoine de L'Hôpital, marquis de Sainte-Mesme, comte d'Entremont, seigneur d'Oucques, La Chaise, Le Bréau et autres lieux est un mathématicien français, connu pour la règle qui porte son nom : la règle de L'Hôpital. Cette règle permet de calculer la valeur d'une limite pour une fraction où le numérateur et le dénominateur tendent tous deux vers zéro.

Il est aussi l'auteur du premier livre en français sur le calcul différentiel : Analyse des Infiniment Petits pour l'Intelligence des Lignes Courbes., publié en 1696.

  • le 2 février 1769 : mort de Clément XIII (Carlo della Torre Rezzonico), pape.

Né à Venise le 7 mars 1693, il devient pape le 6 juillet 1758, après l'élection du conclave. Il fut surtout célèbre pour le soutien indéfectible qu'il offrit aux jésuites lors de règne, et cela malgré les pressions des différents pays européens qui les expulsèrent. Son successeur, Clément XIV plus faible signera le décret de dissolution de la Compagnie. Il s'écrira sur son lit de mort :

«  Je me suis coupé le bras droit ! ».

Les Jésuites avaient le double défaut de lutter efficacement contre les Philosophes et contre les négriers esclavagistes. Le duc de Choiseul sera pour la France l'artisan de leur dissolution. Plus rien ne pouvait alors s'opposer à l'infiltration intellectuelle de la secte maçonnique et au dévoiement des esprits des élites françaises.

  • le 2 février 1797 : lettre du Directoire à Bonaparte lui donnant l'ordre de détruire l'Eglise catholique.

Le Directoire adresse au chef de l'armée d'Italie Bonaparte une lettre qui lui recommande avec insistance de détruire le "centre d'unité de l'Eglise romaine".

Cette lettre, signée par trois des cinq Directeurs, ceux que l'on appel les "triumvirs", recommande avec insistance au chef de l'armée d'Italie :

"de détruire, s'il est possible, le centre d'unité de l'Eglise romaine et d'éteindre le flambeau du fanatisme. La religion romaine catholique sera toujours l'ennemie irréconciliable de la République".

Reubell, Barras et surtout La Révellière-Lépeaux sont persuadés que les prêtres mettent en péril la république par leurs sermons et qu'il convient de réagir en frappant l'Eglise à la tête.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que le Directoire fixe Rome comme objectif à l'armée d'Italie. Déjà, après l'entrée des troupes françaises à Milan, il avait demandé à Bonaparte de détruire l'Etat pontifical pour faire "chanceler la tiare au prétendu chef de l'Eglise universelle", Mais le général avait refusé.

  • le 2 février 1808 : invasion des Etats pontificaux par Napoléon Ier.

Les troupes françaises du Général Miollis entrent à Rome et occupent le château St-Ange. Napoléon marche sur les traces de Philippe IV le Bel !

  • le 2 février 1831 : début du pontificat de Grégoire XVI.

Bartolomeo Alberto Cappellari, né en 1765 en Italie, est élu pape le 2 février 1831 au terme d'un conclave de 74 jours, et intronisé quatre jours plus tard sous le nom de Gregorio XVI. C'est un pape qui fit preuve d'autorité face aux mouvements révolutionnaires en Europe. Il défendit les Etats pontificaux ainsi que l'indépendance de l'Eglise.

  • le 2 février 1846 : Jean-Aimé Balan dépose le brevet du parpaing.

 

  • le 2 février 1861 : le Prince de Monaco renonce au profit de la France aux villes de Menton et Roquebrune.

La Principauté perd plus de 80% de son territoire, mais son indépendance est reconnue par la France.

  • le 2 février 1889 : naissance de Jean-Marie de Lattre de Tassigny, maréchal de France français.

Blessé durant la Première Guerre mondiale, il se distingue lors de la Seconde Guerre mondiale, malgré la débâcle de l'armée française. Rejoignant de Gaulle en 1943, il occupe le commandement de l'armée qui débarque en Provence, en août 1944. Il mène ses troupes jusqu'en Allemagne puis participe à la guerre en Indochine. Il meurt d'un cancer en 1952.

Voir une chronique précédente.

  • le 2 février 1943 : les Allemands capitulent à Stalingrad.

Les troupes allemandes capitulent dans la ville de Stalingrad, après des mois de combat. Friedrich Paulus, nommé Feldmarschal le jour même par Hitler, est le premier maréchal capturé par les forces soviétiques.

  • le 2 février 1945 : la 1ère armée française de de Lattre libère Colmar.

Cérémonie franco-américaine dans Colmar libérée.

(ecpad.fr)

  • le 2 février 1949 : les tickets de rationnement du pain sont supprimés.
  • le 2 février 1995 : décès d'André Frossard, journaliste, essayiste et académicien français.
  • le 2 février 2001 : Alfred Sirven, l'ancien numéro deux d'Elf recherché depuis quatre ans, est arrêté par la police des Philippines.

En fuite depuis 1997, Sirven est arrêté et transféré en France le lendemain. Il est alors soupçonné d'être au cœur d'une vaste affaire de corruption qui défraye la chronique depuis le milieu des années 1990 : l'affaire Elf. Aux côtés de Le Floch-Prigent, Tarallo ou encore de Deviers-Joncour, il sera condamné dans les années 2000 à de la prison ferme.

Partager cet article

2 commentaires

  1. 2 février saint théophane Vénard meurt en martyr (1861). Il sera canonisé par Jean-Paul II en 1988.

  2. 2 février 1852 Mort du Père Liberman, rue Lhomond Parie 5e pendant le chant du Magnificat
    Le Père Liberman est le 2e fondateur de la Congrégation du St Esprit (les spiritains).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services