Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Cent cailloux dans la chaussure de monsieur Macron

Cent cailloux dans la chaussure de monsieur Macron

Rémy Prud’homme, diplômé d’HEC, d’Harvard et docteur en Sciences-économiques, est professeur émérite d’économie. Il a enseigné notamment à Paris XII. Il vient de publier un recueil de chroniques, publié aux éditions L’Artilleur, intitulées Cent cailloux dans la chaussure de monsieur Macron.

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, un grand nombre de décisions ont été prises, pour donner suite aux promesses de la campagne présidentielle ou bien, plus souvent, pour réagir à une actualité économique, sociale ou sanitaire brûlante. En économiste et citoyen attentif, Rémy Prud’homme a rédigé au jour le jour, tout au long des trois dernières années, de brèves analyses au sujet des nombreuses mesures qu’il a estimées surprenantes, infondées ou carrément absurdes. Ces 99 billets, toujours étayés par des sources chiffrées, sont autant de petits cailloux qui marquent les erreurs et autres partis pris qui ont trop souvent émaillé le chemin de ce quinquennat. Parmi ces chroniques, reviennent régulièrement des sujets comme le climat et le CO2, la voiture électrique, la gestion des hôpitaux, la réforme de la SNCF, celle des retraites, l’écologisme… et au-delà de ces sujets particuliers, ce sont à la fois les médias et les décisions politiques qui sont dénoncés. Par exemple, à propos de Greta, manipulée comme une marionnette par des parents militants, l’auteur écrit :

Il s’agit là d’un évènement rare, aléatoire, qui appelle notre tristesse et notre compassion, mais qui n’a aucune signification. Ce qui a une signification, en revanche, c’est l’accueil extraordinaire fait dans le monde, ou en tout cas dans le monde occidental, à la personne de la jeune malade, à son discours irrationnel, à ses préconisations. Les plus hautes autorités civiles et religieuses, du président de la France au pape, la reçoivent, la prennent au sérieux, l’écoutent, la cajolent. […]

[…] Greta est devenue une star, une icône, un modèle, un maître (on hésite à écrire : à penser), une sainte. Une sainte. On a sans doute là un début d’explication du phénomène. Le réchauffisme est une religion. Il avait sa doctrine, son catéchisme, ses pontifes, ses clercs, ses processions, ses conciles, ses Jésuites, ses banques. Il lui manquait ses saints. Il prétendait reposer sur la science, une science officielle certes, mais une science tout de même. Il jette cette béquille aux orties. Aucun responsable du GIEC, aucun député écologiste, n’a dit – et sans doute ne dira – que la capacité de Greta à “voir à l’oeil nu” des rejets de CO2 repose sur du vent – le vent des éoliennes peut-être. Le réchauffisme préfère maintenant s’appuyer sur les miracles de sainte Greta. Il a raison : c’est plus sûr. Une tournée d’apparitions de sainte Greta fait plus pour la cause que deux ou trois COP. A un coût en CO2 bien moindre. Malraux disait : “le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas” ; il serait sans doute surpris de voir comment sa prédiction se réalise.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Bonjour, je suis à la recherche d’un site internet que j’ai trouvé sur un article du SB qui recensait les différent journaux catholique et proposait un abonnement global pour ces journaux. Il y avait les journaux suivant : permanence, l’homme nouveau, la nef il me semble…
    je vous remercie

  2. Il y a une autre sainte : Simone de son prénom.

  3. Personellement je trouve que l’exemple est mal choisi, tres mal car le passage est plein d’erreurs. Greta est une millitante, ok elle a ses incoherences et defauts, mais c’est pas parce qu’elle n’a que 15 ans qu’elle n’a pas le droit de dire ce qu’elle pense ou d’etre ecoutée. Je ne vois pas pourquoi elle n’aurait pas le droit d’etre reçue au meme titre que n’importe quel representant (et fondateur) d’un mouvement de lobbing. Il me semble qu’en democratie, tout le monde est censé avoir droit au chapitre non? Si elle a ete recue par le pape, ce n’est pas parcequ’elle est sainte mais parcequ’elle cherche vraiment des solutions pour preserver la maison commune, que ce sujet la passionne et qu’au vu de son jeune age elle est peu influencee par les tenants economiques (en tout cas moins que beaucoup de “specialistes”). Greta n’est pas folle et l’exemple choisi malheureusement dicredite tout le travail de cet homme. Greta n’est pas influencee par sa famille puisque ses parents sont devenus activists après elle. Il est peut etre diplomé d’HEC, mais visiblement il n’est pas medecin. La maladie de Greta qu’il nomme “folie” est un autisme de forme Asperger. Cet autisme la focalise a 100% sur un sujet et l’empeche de voir le reste, pour simplifier. Greta est donc hyper renseignée et experte de ce sujet sur lequel elle travaille a temps plein depuis des années. Ok le veganisme est une aberration, ok elle nous a fait bien rire a traverser la mache en bateau (comme si en vrai ca consommait moins de CO2). Pour le reste? Elle derange trop les economistes car elle prone la sobriete, comme Laudato Si enfaite!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services