Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

Censure médiatique

Lu ici :

"Radio J, une radio de la communauté juive, a annoncé aujourd’hui l’annulation de l’interview de la présidente du FN, Marine Le Pen, qui devait être l’invitée dimanche du « Forum », le rendez-vous politique de la station.

Partager cet article

11 commentaires

  1. Quel dommage pour radio J et la Communauté!

  2. « Article 11. – La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ».
    donc peut-on aussi annoncer d’annuler de l’interview de la présidente du FN???

  3. Marine Le Pen (..) évoque des « menaces de mort » sur les animateurs de la station(BFMTV) :
    “Selon Jean-Yves Camus, spécialiste de l’extrême droite, “c’est une irresponsabilité communautaire totale. La motivation principale, c’est celle de l’audimat, de la reprise assurée. Le verrou qui a sauté est l’acceptabilité de l’expression de Marine Le Pen sur l’immigration et l’islam, au sein d’une d’une partie de la communauté juive.”
    Jean-Yves Camus a été entendu, peu importe la méthode. On se demande quand même qui sont les fascistes. Je connais pas mal de juifs qui auraient pourtant aimé l’entendre sur Radio J, c’est surtout pour cela que les associations “antiracistes” s’agitent : contre le ralliement d’une partie de l’électorat juif, véritable signe de dédiabolisation (et encore, de plus en plus les juifs conservateurs passent pour des fascistes!). À quand un sondage ?

  4. La panique de … sang froid à l’UMP aurait-elle provoqué la panique à Radio J ?
    http://cril17.info/

  5. L’affaire est intéressante…. A partir de ses déclarations poitiquement ultra correct dans. “le Point”, Mme Le Pen avait été considérée normalement par la direction de Radio J et donc invitée.
    Face aux pressions du Crif, le rendez-vous est annulé.
    De prime abord, Mme Le Pen gagne sur les 2 tableaux : sa condamnation de la Shoah, sa dénonciation des propos de Galliano et son souhait de voyage en Israel ( dans “Elle”) lui avait ouvert les portes de la radio communautaire.
    Et puis, la réaction d’ une partie de la communauté lui permet d’ endosser le rôle maintes fois joué, et bien joué, de victime
    Dans la réalité, Mme Le Pen doit découvrir avec tristesse que la multiplication des concessions ne suffit pas. Et qu’ il faudra encore beaucoup et beaucoup de concessions …..
    Jean-Marie Le Pen avait manié toutes les provocations. Mme Le Pen se lance dans un processus de soumission…. à l’air du temps. Il y a une autre voie, celle du respect de la dignité de tous nos compatriotes mais de la conservation de notre indépendance et de notre libre arbitre

  6. A noter que la “marche vers le Pouvoir” de Marine Le Pen semble affoler également un certain nombre d’extrêmistes de droite. Est-ce par crainte de ce qui pourrait être découvert dans les fichiers des RG ? Du genre accointances avec le Pouvoir, copieusement rémunérées.
    Nous vivons une fin de Régime passionnante.

  7. Mais c’était sans compter sur l’indignation des associations juives : l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a notamment affirmé que le FN restait «structurellement antisémite, raciste et hors du champ républicain». Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a de son côté affirmé que le FN «n’a pas montré qu’il était un parti républicain». En réponse, le FN a indiqué qu’il allait porter plainte pour injures ou diffamation à l’encontre des deux organisations.
    Le président du Crif, Richard Prasquier, a également dénoncé mercredi cette invitation comme «un symbole inacceptable», refusant d’accorder un «brevet de respectabilité» à la présidente du Front national. Le secrétaire général adjoint du MoDem, Christophe Madrolle (MoDem), petit-fils de déporté, a lui demandé mercredi à Radio J de renoncer à cette invitation, estimant qu’il s’agissait d’ «un jeu dangereux».
    Impossibilité d’assurer l’interview «dans de bonnes conditions»
    Au final, Frédéric Haziza, le journaliste responsable du “Forum”, a justifié à l’AFP la décision d’annuler par «l’impossibilité d’assurer l’interview dans de bonnes conditions». Haziza avait mis en avant les propos de Marine Le Pen sur la Shoah, estimant qu’ils remettaient en cause l’héritage négationniste du FN et de son père. Elle avait affirmé début février dans Le Point que ce qui s’était «passé» dans les camps nazis «est le summum de la barbarie».
    http://www.leparisien.fr/politique/marine-le-pen-denonce-l-annulation-de-son-interview-sur-radio-j-09-03-2011-1350865.php

  8. Prions pour eux.

  9. les auditeurs de Radio J ne sont pas tous proches du CRIF, régulièrement accusé de collusion avec les partis politiques traditionnels. Attendons les réactions d’une partie des auditeurs.

  10. Je ne vois pas à quelle soumission Lorio fait allusion; que Marine dise que la Shoah ait été un crime abominable et qu’elle n’est pas révisioniste n’en fait aucunement une soumise.
    A quoi d’ailleurs?
    Marine n’a jamais hésité à critiquer vertement CRIF, UEJF et autres lobbies, ainsi que la politique mondialiste des grands lobbies.

  11. Cette radio, qui est de fait comme d’autres syndicats une organisation politique qui ne dit pas son nom, financée avec notre argent sans notre avis, compte conserver son ennemi rituel qui a été le FN.
    Malheureusement il voit cette chance pour la France d’en haut s’évanouir pour cause de déliquescence intellectuelle et morale.
    Le FN résume en effet désormais à lui seul la pensée du global-parti dispersée chez ses concurrents dans plusieurs organisations politiques que l’on tente de faire apparaître comme divergentes.
    C’est à ce titre que son forcément barbarisme de langage affirmant à la fois et le pour et le contre, le donne comme “populiste”.
    Pour contrer l’évanouissement de l’ennemi rituel est donc tenté le scandale, toujours accrocheur.
    D’autant qu’il y a encore quelques mois bien plats à occuper en amusant la galerie.
    L’opium du peuple.

Publier une réponse