Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

Censure arbitraire d’internet en entreprise

Un lecteur, salarié d'une filiale importante d'un grand groupe bancaire mutualiste français, me signale :

B "je ne suis ainsi pas en mesure d'accéder au site www.frontnational.com […] En revanche, je puis tout-à-fait me rendre sur ceux-ci:

http://www.pourlafrance.fr/

http://www.lemouvementpopulaire.fr/

http://www.parti-socialiste.fr/

http://lesverts.fr/

http://www.pcf.fr/"

Soit l'entreprise interdit l'accès à tous les sites des partis politiques, soit à aucun.

Partager cet article

12 commentaires

  1. Pour des raison de salubrité intellectuelle, je conseillerais à cette personne de ne se rendre sur aucun des sites web signalés (tant celui du PCF, que celui du PS, de l’UMP ou du FN).
    Généralement au boulot, on est censé bosser… Pas flâner sur Internet… Je gère certainement très mal mon temps, mais je ne trouve jamais le temps de surfer pour mon plaisir au boulot (même pendant les pauses que je ne prends pas).
    Et pour tout dire, il m’apparaît complètement inconscient de visiter le site du FN sur son lieu de travail… Les administrateurs réseau contrôlent qui visite quoi. Sinon, autant venir au boulot déguisé en homme-sandwitch avec une pancarte indiquant : « HELLO ! JE VOTE LE PEN ! »
    [Vous trouvez quand même le temps d’écrire des commentaires. MJ]

  2. Il n’est pas « inconscient » d’aller visiter le site du FN sur son lieu de travail. La consultation (non excessive) de sites non-professionnels ainsi que l’usage privé (non excessif) de l’e-mail au travail sont autorisés par la loi. Le site du FN est légal. Je ne vois pas où est le problème.
    Et si vous craignez pour votre « réputation » professionnelle, vous pouvez suivre ce protocole qu’appliquait l’un de mes amis il y a une dizaine d’années : ouvrir simultanément le site du FN (ou tout autre site comparable) et un autre site comme http://alternativelibertaire.org/ . Ce qui brouillera suffisamment les pistes.

  3. Fonctionnaire territorial (conseil général) et militant actif et reconnu du F.N. depuis 25 ans, il a pris l’idée à Ch.L. de faire un tour sur le site du Front…sans succès. Voyant que tous les autres sites politiques étaient libres d’accès, il n’a pas hésité à demander des explications, par la voie hiérarchique bien sûr, en s’appuyant sur les textes de la loi et le filtre a été levé. Peu importe l’usage, c’est une question de principe. Après tout, qui sait les nécessités de navigation internet dans le cadre du travail!
    Eventuellement faire faire la démarche par une autre personne non suspecte de sympathie politique;

  4. Bon ,temps que l’on peut aller sur le Salon Beige…
    Et puis il reste le Parti de la France!par les temps qui courent,c’est peut-être mieux…

  5. La censure est ciblée, mais par forcément intentionnelle. Il faut savoir que la plupart des grosses entreprises mettent en place des filtres sur le contenu des sites internet, et qu’en général, le travail est demandé à une société extérieure spécialisée, qui s’appuie sur des programmes-robots qui établissement automatiquement des évaluations de « réputation » sur la base de référencements croisés et de mots clés.

  6. Tant qu’on peut aller sur le Salon Beige, oui… Mais jusqu’à quand ?
    L’accès au site FDesouche.com est bloqué depuis un mois sur mon lieu de travail.
    Et maintenant, à qui le tour ?
    [Avant que le SB ne soit bloqué, inscrivez-vous à la liste de diffusion pour lire les posts depuis votre boîte mail. MJ]

  7. Il y a longtemps que j’ai dénoncé sur le SB cette censure qui s’installe insidieusement.
    Dans mon hôpital elle est effectivement confiée à un prestataire exterieur, la société OLFEO ( http://www.olfeo.com ).
    Pour répondre à « Meneau » il n’y pas seulement filtrage par des robots, mais également une classification manuelle des sites comme l’explique Olfeo, citant cet exemple :
    « La simple interprétation d’un contenu peut varier d’un pays à un autre. Par exemple, le site cgt.fr sera classé loyalement par un anglo-saxon dans la catégorie « Terrorism/Activism » alors qu’il sera classé par un français dans la catégorie « Organisations Politiques et Sociales».
    Cet exemple démontre que le filtrage peut conduire à un délit d’entrave par une simple erreur d’appréciation. »
    Source : http://www.olfeo.com/main.php?nom=qualite-filtrage-contenus
    On pourrait donc penser à une certaine objectivité du classement.
    Or, après vérification le site http://www.humanite.fr est libre d’accès, alors que http://www.present.fr est filtré car « L’url est dans la catégorie Racisme – Discrimination – Révisionnisme »
    N’y a-t-il pas là le « délit d’entrave » dont parle Olfeo elle-même ?
    J’ai déja prévenu Jeanne Smith de cette situation qui me parait discriminatoire et diffamatoire, en lui envoyant des copies d’écran, a-t-elle pu agir ?

  8. A Michel Janva,
    Certes, mais je n’étais pas sur mon lieu de travail…

  9. Xtophe,
    « Tel est pris qui croyait prendre » !
    😉

  10. Liberté, égalité, comme ils disent…
    HALDE-là !

  11. Bonjour,
    Dans cet affaire, tout dépend de l’utilisation faite. Si le site est bloqué d’office, alors là oui il y a « discrimination ». Aussi non c’est tout simplement, comme dans de nombreuses entreprises, qu’il y a un quota. Au bout de X visites dans la semaines sur un site, alors l’utilisateur est bloqué sur le site en question pour une durée variable (1 à 2 semaines généralement).
    Donc pour savoir si il y a réellement un problème, il faudrait que l’internaute demande à un autre salarié de l’entreprise peu utilisateur du site du FN pour tester et nous remonter le résultat.
    In Xto
    Yves (ingénieur informaticien)

  12. Vive la Liberté d’expression et d’opinion !
    Voyez comme c’est bien respecté dans notre beau pays !
    (FdeSouche est aussi censuré, à ce qu’il parait, ainsi que RZL)

Publier une réponse