Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Ce que nous coûtent nos élus

Une étude publiée par Contribuables Associés révèle les coûts que génèrent les élus :

– le budget du Parlement s’élève à 819,8 M€ (513,2 M pour l’Assemblée nationale et 306,6 M pour le Sénat). Les parlementaires ont augmenté leurs moyens de 9,3% depuis le début de la législature (76 M€). La chaîne télévisée parlementaire, dont l’audience est négligeable, a bénéficié en 3 ans d’une augmentation de ses crédits de 48,5% : elle dispose en 2006 d’une dotation de 21,7 M€, contre 14,6 en 2003.

chaque député perçoit mensuellement 21833,66 € et chaque sénateur : 20376,45 €, plus une subvention de 1330,02 € que la chambre haute alloue au groupe politique de l’élu. A ces sommes s’ajoutent des facilités : gratuité des appels téléphoniques, des frais de courrier, des voyages, prêts immobiliers à des taux qui défient toute concurrence, imposition du quart de leurs indemnités de base et système de retraite très avantageux. Les parlementaires peuvent aussi améliorer leurs revenus grâce à un mandat local.

le maire d’une commune de moins de 500 habitants ne perçoit que 623,94€ mensuels bruts tandis que le maire d’une ville de plus de 100000 habitants reçoit une indemnité de fonction de 5321,86€ bruts.

– les conseillers généraux ou régionaux ont une indemnité mensuelle comprise entre 1468,10 et 2569,18€ bruts. Une place au sein d’une commission permanente augmente les indemnités de 10% et un fauteuil de vice-président avec délégation, de 40%. Le président du conseil général ou régional perçoit 5321,86€ bruts, avec appartement de fonction et voiture avec chauffeur.

Sachant que le Sénat compte 2 présidents de conseil régional, 33 de conseil général, 20 conseillers régionaux et 76 conseillers généraux. Et sachant que la France compte 577 députés, 331 sénateurs, 2040 conseillers régionaux, 4054 conseillers généraux et 36 785 maires… A vos calculettes !

Michel Janva

Partager cet article

8 commentaires

  1. Proposons aux élus de réduire de 10 % leurs émoluements tant que le budget de l’Etat est déficitaire et qu’ils leurs soient reversés dès le retour à l’équilibre.
    J’imagine qu’ils trouveraient rapidement matière à économies si une carotte les y poussait. Et l’autorité du bon exemple sur les privilégiés du système les libèrerait de toute timidité.

  2. “chaque député perçoit mensuellement 21833,66 €”
    Vous êtes sûr du montant ???
    Et un ministre coûte combien ? Et ceux qui cumulent les charges, je suppose qu’ils cumulent les revenus ? Idem pour les retraites ???

  3. Lire le rapport mis en lien pour les détails, notamment les cumuls.
    Pour un ministre, le rapport ne dit rien. Mais si vous avez une source, le Salon est preneur. 😉

  4. et l’Europe, combien ça coûte ?

  5. @ M.Janva
    C’est tout ce que j’ai pour le moment (et ça date de 2002).
    “Libération, n° 6661
    REBONDS, lundi 14 octobre 2002, p. 6
    PIKETTY Thomas
    C’est au beau milieu de l’été, le 6 août, que Jean-Pierre Raffarin a signé le décret portant le salaire mensuel des ministres de 7 800 € (environ 50 000 francs) à 13 300 € (près de 90 000 francs). Une augmentation aussi massive et précipitée, dans un pays où le salaire médian ne dépasse pas 1 500 €, pose de multiples problèmes sur le fond, et plus encore sur la méthode.
    Première justification évoquée (de loin la moins bonne): les ministres avaient pris l’habitude d’utiliser les fonds secrets pour doubler la rémunération officielle que la loi leur accordait, et la suppression desdits fonds leur ferait du tort. Autrement dit, il faudrait légaliser un avantage acquis en toute illégalité !
    Autre justification : les patrons du privé sont mieux payés que les ministres. C’est un argument classique. Napoléon déjà voulait que les plus hauts serviteurs de l’Etat puissent rivaliser en élégance avec les personnages les plus fortunés de son temps, et c’est pourquoi les ministres touchaient alors plus de 300 fois le salaire médian. Le problème de cet argument, c’est précisément qu’il n’a pas de limites. Pourquoi n’augmenterait-on pas les membres du gouvernement jusqu’à ce que l’on atteigne le niveau de Jean-Marie Messier ?” […]

  6. Voici une adresse d’un site où sont détaillés les différents revenus des hommes politiques, ministres compris.
    http://www.linternaute.com/actualite/dossier/05/salaires-politiques/salaires.shtml
    Apparemment, il y a divergence de vues avec l’article que vous mentionnez ci-dessus en ce qui concerne les députés, à moins que je n’aie pas bien compris le système des primes. Je suis nulle en maths !

  7. Merci beaucoup

  8. La dette publique explose.
    L’ardoise de la France atteint désormais 1.138 milliards d’€uros, soit … 18.000 € par habitant (Le Parisien du 01/04/06) … Héritage lamentable laissé aux nouvelles générations et à celles à venir … !
    Parmi les CAUSES : le nombre de fonctionnaires (vertigineux) : 6,2 millions, soit 27,3% de la population active, contre 15% environ au Royaume-Uni, en Allemagne, Etats-Unis et 8% au Japon.
    Et parmi les fonctionnaires : les parlementaires.
    Combien coûtent vraiment nos élus ? (Contribuables Associés, monographie d’avril 2006 téléchargeable, 24 pages) :
    Député = 2.384 € par jour (budget 2006 de l’Assemblée = 502.179.400 €uros, soit 870.328 € par jour pour chacun des 577 députés) ;
    Sénateur : 2.557 € par jour (budget 2006 du Sénat = 308.917.700 € ; soit 933.286 € par an pour chacun des 331 sénateurs).
    La France a-t-elle besoin de tant de parlementaires ? France 1 pour 69.053 habitants, Etats-Unis : 1 pour 532.336 habitants ; soit en France un taux de représentativité 4 fois ½ supérieur à celui des Etats-Unis.
    Au total la France totalise plus d’un demi-million d’élus locaux, nationaux et européens (78 élus au parlement européen, 331 sénateurs, 577 députés nationaux, 2040 conseillers régionaux, 4.054 conseillers régionaux, 36.785 maires et leurs adjoints, sans oublier les présidents de syndicats intercommunaux).
    Et sur le site des Contribuables Associés, il y aussi un très édifiant Argus parlementaire donnant à chaque député une note de 0 à 6, suivant leur participation concrète aux propositions de loi pouvant améliorer les conditions des contribuables.
    En quelques clics les électeurs peuvent avoir une idée précise de la défense de leurs intérêts de contribuables par leur député.
    Le mien : Michel GONNOT obtient … 1 / 6 ; soit 3,33 / 20 … !
    JP André

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services