Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française / L'Eglise : L'Eglise en France

“Ce sont les laïcs qui ont mission de gérer et défendre le temporel dans un sens chrétien”

Réagissant au débat entre les abbés Grosjean et de Tanoüarn paru dans l'Homme Nouveau sur le thème "Les cathos doivent-ils descendre dans la rue ?", Rémi Fontaine écrit :

Une-1510"Avant de discuter si les cathos doivent ou non descendre dans la rue, la question première à se poser, nous semble-t-il, n’aurait-elle pas été de savoir comment ils peuvent être présents ou représentés dans une société radicalement séculariste, dite « christianophobe » ? Comment peuvent-ils agir dans une société apostate qui pratique de plus en plus l’exculturation catholique sous toutes ses formes y compris par la provocation sacrilège plus ou moins consciente ? (…)

Etre catholiquement visible dans une telle société outrancièrement étrangère, sinon hostile au christianisme, ne peut évidemment pas se faire par mode d’inculturation ou d’enfouissement consentants. Il faut lire ce que dit Benoît XVI aux évêques américains à ce sujet. Cela implique forcément ce que Mgr Rey a nommé une culture de dissidence, dont les us et coutumes peuvent prendre de multiples formes, toutes conformes à la charité (…)

Le fait de descendre dans la rue relève alors en somme d’un « épiphénomène », d’une option tactique pour exprimer publiquement, avec force, cette « contre-culture » (chrétienne) selon l’expression du Saint-Père. Cela appartient à l’ordre prudentiel, toujours plus ou moins relatif et discutable. On pourrait souhaiter néanmoins que, lorsque des représentants du laïcat chrétien, avec un certain suivi, un certain dévouement et une certaine efficacité, prennent l’initiative d’une telle option avec des motifs plus que sérieux, ils ne soient pas systématiquement contrés par des clercs sur la manière dont ils agissent prétendument « sans mandat » (en se faisant traiter en outre d’« intégristes »). Car, en dépit de leurs imperfections inévitables, ce sont les laïcs et leur(s) association(s) en l’occurrence qui ont mission de gérer et défendre le temporel dans un sens chrétien. L’abbé de Tanouärn le dit d’ailleurs fort bien : « Il faut distinguer entre le rôle des clercs et celui des laïcs. Les prêtres doivent inviter à prier, à témoigner, à avoir la fierté du Christ. Mais c’est au laïc, d’une manière qui n’est pas immédiatement subordonnée à l’institution ecclésiale, d’inventer des moyens d’action. »

Jean Ousset s’était justement battu pour que cette distinction soit restaurée à l’intérieur même de l’Eglise, de manière à ce qu’un pouvoir temporel du laïcat chrétien puisse, si possible, s’opposer efficacement au pouvoir temporel (…) du laïcisme agressif, sans contredire ni gêner la mission surnaturelle du pouvoir spirituel, ni se confondre avec lui (…)

Sans qu’il soit question pour nous de négliger la vertu de prudence politique, l’abbé Grosjean paraît aussi donner un peu trop d’importance à la « forme » ou à la « méthode » du témoignage au détriment de sa finalité. Comme si entre les témoins de la contre-culture (de mort) et le pays réel, il n’y avait pas aujourd’hui le prisme déformant des médias désinformateurs, auquel se rangent beaucoup trop de clercs (…)

Ce n’est pas tant le témoignage le plus souvent qui est inopportun que la vérité elle-même qu’il porte, intempestive à notre époque relativiste et subjectiviste ! Ce qui rend les témoins comme les prophètes toujours encombrants, quels qu’ils soient et quelles que soient leurs bonnes méthodes ou leurs maladresses éventuelles. On se souvient ce que lançait un coadjuteur du cardinal de Paris au Pr. Lejeune, ce prince pourtant de la pédagogie : « Vous êtes un mauvais chrétien ! »

Conclusion : faute encore, malheureusement, d’unanimité suffisante des laïcs (et des clercs) chrétiens sur le moyen d’action et le rassemblement nécessaire, on souhaiterait un respect des clercs (au moins par un pieux silence !) vis-à-vis de ces témoins minoritaires qui mènent à l’évidence le bon combat, à la manière des catholiques en Italie (…)" 

Partager cet article

2 commentaires

  1. M.Carhon,
    Pour ma part, j’estime que c’est avant tout le rôle de la direction de l’église catholique et de ses cadres(c’est à dire les évêques avec l’appui de leurs prêtres)de prendre clairement position sur le devant de la scène lors de sujets qui font débat dans la vie publique (affaire Castelluti,par exemple);cela éviterait des débordements;les conséquences de ce que j’appelle “un dialogue de sourds”, produisent des incompréhensions à l’intérieur de l’institution “Eglise catholique” comme l’extérieur, notamment au sein d’autres confessions chrétiennes.
    Bien sincèrement.

  2. Dans la mesure où il s’agit d’action politique (pièces de théâtre subventionnées par l’état et les collectivités), c’est bien aux laïcs catholiques, sans qu’il soit besoin d’un quelconque mandat de la hiérarchie de l’Église, d’agir avec les méthodes qu’ils jugent les plus pertinentes pour le bien de la cité temporelle.
    Aux clercs revient le rôle spirituel de soutien, de conseil et bien sûr de prière face aux sacrilèges et sûrement pas de poignarder dans le dos leurs ouailles qui agissent en conformité avec les lois traditionnelles de distinction des pouvoirs.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services