Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Ce sont les “experts” qui décident de la vie et de la mort

Le blog de Jeanne Smits : Aux Pays Bas, une octogénaire a été soustraite par sa famille à l'établissement de soins où elle vivait afin d'être euthanasiée dans un établissement spécialisé. L'établissement de soins estimait que cette femme, dans l'incapacité de réclamer l'euthanasie, ne devait pas la subir, au moins, pas dans l'urgence. La famille, qui voulait l'euthanasier, s'est alors tournée vers la justice, qui a décrété l'obligation de faire euthanasier la patiente, ce qui a été fait tambour battant sur avis éclairé de la "Clinique de fin de vie".

"Deux juges ont ainsi suivi l’opinion de la famille de la victime et de sa famille selon lesquels la femme avait le désir de mourir aux termes d’une décision qu’elle avait prise alors qu’elle était en pleine possession de ses moyens. C’est  la première fois qu’un tel conflit autour d’un refus d’euthanasie aboutit ainsi devant la justice. Et la première fois aussi qu’un juge donne plus de poids à l’avis de la Clinique de fin de vie (Levenseindekliniek) qu’à celui du médecin traitant qui est proche d’une patiente qu’il connaît bien, et d’une institution qui affirme aujourd’hui avoir voulu protéger une personne âgée vulnérable."[…]

L’établissement où elle était soignée avait au contraire tenu compte de sa situation cognitive d’ensemble, faisant appel au médecin traitant, au psychologue « maison » et à l’ensemble du personnel. Le juge d’Utrecht a estimé cela insuffisant, puisqu’il n’était pas apparu qu’ils avaient la connaissance ni l’expérience spécialisées que l’on peut attendre en matière d’évaluation de demandes d’euthanasie. La Clinique de fin de vie estime en effet si bien cibler ses conversations avec des candidats à l'euthanasie qu'une heure d'entretien est bien plus révélatrice que les mois, voire les années d'une relation de soins personnalisée. Steven Pleiter, son directeur ajoute qu'on peut prendre plaisir à boire du chocolat chaud à la chantilly, à chanter dans une chorale et faire des blagues et avoir quand même un désir de mort…"

Dans le cas de Vincent Lambert, sa famille veut le récupérer à la maison non pour l'euthanasier mais pour s'en occuper, mais c'est contraire à l'avis d'une coterie "éclairée" du corps médical. Dans un cas comme dans l'autre, ce sont des "experts" qui décident de la vie et de la mort…

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

14 commentaires

  1. C’est une ignominie de plus.
    On n’est pas loin du totalitarisme de la Chine (pour ne pas parler d’une autre “gestion des populations” en Europe soumise du milieu du siècle dernier.

  2. Une bonne raison pour ne pas prendre le corps médical pour ce qu’il n’est pas :
    – un guide dans la vie
    – un substitut affectif
    – un substitut parental
    – une congrégation religieuse
    – un comité d’éthique
    – un comité scientifique
    il y a en France une sorte de culte de la blouse blanche tout à fait inquiétant.
    Rien ne remplace la réflexion et la raison, des années d’études après le bac et un numerus closus ne rendent ni intelligent ni sage pour autant.

  3. Lorsqu’un Etat ou une institution en est à décider , par elle même , du droit de tuer une personne handicapée , alors on sait que l’on est dans un régime totalitaire.

  4. Heureusement qu’il y a des nazis ! Où irait-on si on ne pouvait plus eutha-nazier les gens tranquillement !!!

  5. Effrayant….

  6. C’est cela la nouvelle liberté ? C’est cela qui s’oppose au “carcans” chrétiens “rétrograde”? La rentabilité? Le professionnalisme ? Faisons attention à qui épouse nos enfants!
    En fait tout va dans le sens du moins cher et du plus utile, ce n’est pas la famille qui décide c’est le ministère de la santé euh pardon le ministère de l’extermination!

  7. Il y a une question plus globale d’éducation comme le suggère Oh. On peut être un médecin très doué et n’avoir aucune conscience (“science sans conscience”, etc.) Il semble que la jeune génération de médecins, par exemple, soit beaucoup moins sensible au lien humain avec leurs patients que ne l’est la génération qui s’en va.
    En face, des gens qui ont tendance, aujourd’hui, à consommer de la médecine ou du médecin comme n’importe quoi d’autre.
    Mais il faut bien voir que c’est un problème de société assez général.
    Chez les enseignants c’est la même chose, aucun respect n’est attaché à cette fonction, l’enseignant n’est plus le “médecin des intelligences”, c’est qch qui n’a plus de sens ni pour les parents (qui pour la plupart ne s’attachent pas à l’enseignement en tant que transmission, mais voient ça comme un service) ni pour les professeurs (sauf lors de la première année de leur carrière, quand ils ont encore des illusions).
    Cette déshumanisation est un problème de fond. Elle est liée aussi à l’abandon des lettres, car c’est toujours par le Verbe que se communique l’âme. Aujourd’hui il est symbolique de constater que la filière L est une filière “poubelle”, non élitiste, tandis qu’on fabrique des “scientifiques” avec la filière S.
    Mais les parents cathos continueront à ne rien voir, car le catholiquement correct règne chez eux parfois, et à critiquer tel prof de philo parce qu’il a montré une image / un film / un tableau “pas bien”… tout en étant incapables de se rendre compte que ce faisant ils tuent les dernières personnes dont le boulot consiste à apporter un peu de culture à ce pauvre monde. Critiques absolument non constructives qui ruinent les profs et l’enseignement.
    Même relation du parent / de l’élève au professeur, que du patient au médecin: consommation. [Chère Ode, si je peux comprendre votre point-de-vue de prof, ulcérée de l’attitude de certains parents consommateurs – c’est dans l’air du temps – je comprends encore plus celui des parents catholiques, qui refusent de signer des chèques en blancs aux profs qui, sous couvert de pédagogie, montrent des supports parfois inadaptés à des élèves catholiques. Pardonnez-moi, mais ce sont les parents qui sont les premiers éducateurs de leurs enfants, et ils doivent avoir un droit de regard sur les supports, films, images, ou documentaires proposés par les profs, afin de voir s’ils sont compatibles avec l’éducation qu’ils donnent. Certains profs (pas vous, j’en suis sûre) considèrent que les parents sont juste des empêcheurs d’enseigner en rond, et font tout ce qu’ils peuvent pour les laisser à la porte de la classe, tout en faisant mine (oh, les jolis discours de rentrée scolaire !) de vouloir “travailler main dans la main”. Un prof réglo, c’est celui qui avertit les parents à l’avance de ce qu’il compte montrer à ses élèves et pourquoi il a fait ce choix, avec au bas du mot une possibilité de refuser (ou d’accepter) pour les parents. Pour moi, c’est ça, la vraie collaboration entre profs et parents… MB]

  8. @ jejomau | 24 avr 2015 11:41:09
    A partir du moment où l’on admet le meurtre d’un enfant dans le sein de sa mère, on admet aussi l’infanticide néonatal puis l’infanticide tout court au nom de l’intérêt de l’enfant.
    A partir du moment où l’on admet l’infanticide on admet aussi le géronticide et le parricide.
    A partir du moment où l’on admet le parricide on admet aussi l’homoïcide.
    Si Paris vaut bien une messe, un kopeck vaut bien un petit meurtre en famille.

  9. en somme on l’a envoyée au claquoir !

  10. Quelle horreur mais quelle horreur !
    Il n’y a aucune différence avec le régime nazi. Il faut le faire remarquer à une bonne partie des membres de l’UMPS qui n’ont pas encore remarqué et ont peur de l’extrême droite en France, alors que c’est elle qui est au pouvoir depuis des années !

  11. L’enfant n’est plus qu’une marchandise ! Le corps d’une personne ne lui appartient pas ! On peut lui retirer un organe sans le lui demander ! On décide maintenant quand il doit mourir !
    C’est évidemment tout le contraire de la civilisation chrétienne ! Nous passons dans une autre ! Celle du veau d’or ! Jésus et son Nouveau Testament n’ont servi à rien ! Les hommes préfèrent le prince de ce monde : Lucifer !
    Seul problème, la nature elle-même ne le supporte pas ! Et quand la nature se sent bancale, elle réagit pour retrouver son équilibre ! Malheur à l’homme s’il ne le sait pas ! Car il éprouvera une nouvelle fois une sorte de déluge ou un autre Sodome et Gomorrhe !

  12. Hitler a gagné.
    Son idéologie ripoliné aux couleurs de la gauche marxiste et du progrès des grands cimetières sous la lune a pris le pas sur la Vérité et la Vie, nos parents victimes du devoir en 39-45 sont ainsi morts pour rien. Leurs enfants les ont trahis. Maintenant seul le miracle de la Foi peut nous délivrer de l’horreur qui vient dans un occident coincé entre l’islam et l’athéisme marchand.

  13. ASSASSINS

  14. les guillotineurs seront guillotinés c est bien connu !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services