Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Ce qu’il fallait démontrer sur les salaires

ATT000011

Addendum : parmi les réactions de lecteurs à ce billet (dont un qui me précise que les charges patronales sont supérieures à ce qui est indiqué), l'un me fait ce calcul :

La question qui suit est à partir de quel montant de revenu, le pourcentage d'imposition moyen s'établit à 30% ?
 
Selon les barèmes de l'import disponible sur le site du gouvernement en 2016 (source), les tranches sont les suivantes :
  • 30% s'applique de 26 791 € à 71 826 €
  • 14% s'applique de 9 700 € à 26 791 €
  • 0% en dessous de 9 700 €

Donc, même à 71 826 € de revenus par an le taux d'imposition est de 22.14 % ! Nous sommes loin des 30%. Il faut donc avoir au dessus de ce niveau de revenus (71 826 €).

 
Note : Si vous avez 100 €, votre taux d'imposition est nul.
 
Le barème suivant est de 41% pour un revenu de 71 826 € à 152 108 €. Prenons encore une fois la marge haute : 152 108 €, le taux d'imposition moyen est donc de 32.09%.
 
Le vrai niveau de revenu pour un taux à 30% est de : 123 141 € brut par an par part de quotient familial !
 
C'est à dire 246 282 € pour un couple sans enfant…. car à peine vous avez un enfant…. vous avez une demi part supplémentaire et vous vous éloignez à nouveau du 30% moyen.
 
Le revenu moyen pour une personne en France étant de 34 400 € brut par an, cela veut dire que 75% au moins des gens ne sont pas concernés par une telle situation.
 
Si nous voulions aller plus loin, nous parlerions aussi de tous les services publics auxquels nous avons accès grâce accès grâce à ces taxes(infrastructures, santé, éducation, police -en vogue en ce moment) et nous faisons fi du fait que certains ont peu de revenus et qu il faut aussi partager les avantages.

Partager cet article

13 commentaires

  1. Avec les 39 € “nets” restant, il y aura encore plusieurs dizaines d’impôts à payer dont les taxes sur les carburants, la taxe Foncière , la taxe d’habitation, la taxe audio-visuelle,la taxe de séjours, les taxes écologistes, etc..etc..etc..

  2. Certes, on peut discuter sur le taux d’imposition, mais pour être juste il faut ajouter les taxes à la consommation autre que la TVA: taxe sur les carburant (80 à 90 %) taxes sur la distribution électrique et sur la recherche inclues dans le prix de l’électricité etc,
    On estime que pour un travailleur indépendant le prélèvement de ces divers taxes et impôts avoisine 80% du CA

  3. Comme le dit justement Borphi, il reste encore plein d’impôt à payer, même pour ceux qui ne paient pas l’impôt sur le revenu. Mais ne nous polarisons pas sur l’impôt sur le revenu que plus de 50 % de français ne paient pas. Il faut d’abord partir de bien plus de 150 (pour un salaire brut de 100). En effet, outre les charges patronales qui tendent à dépasser 50 % (comme l’a fait remarquer à juste titre un lecteur de l’article), une bonne comptabilité analytique démontre qu’un salarié coûte grosso-modo 200 pour un salaire brut de 100 (C’était le cas dans ma société il y a plus de 10 ans). On doit, en effet, compter tous les frais induits que coûte le salarié à son employeur : M² de bureau ou d’atelier, voiture (éventuellement), électricité, chauffage, coût des avantages sociaux non compris dans les charges patronales, abondements divers et variés, etc…Bref, sans compter d’impôt sur le revenu, on arrive donc à (environ) 60/200 – 30% ! – restant au salarié, ce qui va parfaitement dans le sens démontré par l’article et ce, avant impôts locaux. Sans chipoter avec l’impôt sur le revenu (que pas mal de salariés paient, même si ce n’est pas à hauteur de 30% !), on voit bien que quelque chose ne va pas dans notre système français CQFD.

  4. Même si on prend un taux d’impôt sur le revenu de 15% moyen, ça ne lui rajoute que 10 €, et on n’a pas pris en compte tous les autres impôts : habitation, foncière, droits de mutation, TIPP, qui est de 80 % et non de 20 % comme la TVA. De plus, pour pouvoir payer 150 € de masse salariale, l’entreprise devra vendre le travail du salarié au moins 200 € pour financer ses impôts et charges administratives … c’est donc bien ce qui détruit tout l’emploi en France …

  5. Le calcul de la TVA à 20% est aussi faux, certains biens achetés sont à 5.5% et d’autres à 10%.
    En bref les prélèvements en France sont énormes, mais ne réduisent pas pour autant la dette, ni le chômage, ni la qualité de la santé, ni celle de nos routes……

  6. Mais pourquoi vous obstinez-vous à ne JAMAIS réfléchir dès qu’il s’agit d’économie ? Est-ce un tabou ?
    Peu importe qui paie l’impôt, car dans l’économie les individus sont aussi solidaires que les fibres d’un tissu. Des millions d’échanges quotidiens répartissent le charge des uns sur les autres.
    Chacun comprend que lorsque l’État décide que le vendeur d’un bien immobilier paie des impôts, cela impacte le prix de vente et donc l’acheteur.
    Eh! bien il en va de même de tous les impôts. Ils sont acquittés par les uns, mais nous affectent tous, en particulier les moins productifs, car ils sont les moins en mesure de reporter leurs coûts.
    Bref: L’ISF fait des SDF.
    Le PIB se décompose en 57% de dépense publique et 43% de “PIB marchand” (dont une bonne part de dépenses imposées par la réglementation d’État).
    Il n’est donc pas exagéré de considérer que 75% de ce que nous produisons nous est extorqué.
    75% de nos efforts exploités par d’autres: Nous sommes des esclaves.
    Et les plus touchés ne sont pas ceux qui signent les plus gros chèques pour le fisc, mais les moins productifs, bien qu’ils n’en signent pas.
    On me dira qu’en retour nous recevons des services et nous avons une épargne: Ces “services” nous détruisent et ne nous servent pas, et cette épargne est déjà dépensée et même utilisée comme garantie pour nous surendetter.
    Le socialisme, c’est l’idolâtrie de l’État. C’est-à-dire l’idolâtrie.

  7. J’espère que ce lecteur qui fait cette réponse si politiquement correcte est bien payé par Bercy.
    Ce sera sympa de savoir que des gens lisent le salon beige dans les ministères.
    Enfin.. s’il est indépendant, sans chipoter sur le 22% ou 30% je l’invite, lui et tous ceux qui voudraient vérifier, à comparer les taux d’impositions français au total (impôt sur le revenu et cotisation sociales et patronales etc..) ainsi que le niveau de service avec le reste du monde.
    Il apparait alors très clairement qu’à imposition comparable le niveau de service est bien supérieur, en regardant la sécurité, l’éducation, la propreté, etc..
    Inversement, à service comparable le niveau d’imposition est bien inférieur.
    Bien sûr ceci n’est pas vrai si on est journaliste, fonctionnaire, si on a un travail qui nous fait bénéficier des nombreux avantages si spécifiques à l’exception française.

  8. Je me sens interpellé ” quelque part ” , combien les Rotechildes et consorts de la tribu paient-ils d’impôts pour autant que l’on soit sûrs qu’ils paient, les Marchés financiers , cette escroquerie sur notre dos fait que ce sont des banques non françaises qui encaissent. Quid de tout cela ?

  9. JM842 habite sans doute Neuilly.
    Sous l’ancien régime le poids de l’impôt était infiniment plus faible et cela a été une des causes de la révolution.
    L’impôt c’est le gui sur le chêne, le pou sur l’homme, la tique sur les membres, le ver solitaire dans les intestins. A force, il tue son porteur.
    Aujourd’hui nous sommes volés par cet état mafieux. Il faut le renverser avant que nous en mourions.

  10. Le patron qui a publié ce billet fait une petite approximation en parlant de 30% sur l’ensemble des revenus, au lieu de 30% sur la tranche au-dessus de 26.000 €.
    La belle affaire, au lieu d’obtenir 49 €, le salarié obtiendra 54.60 €. C’est toujours ça à prendre, mais ça ne justifie pas la ponte d’un développement de 3 paragraphes.
    Et au passage, je ne vois rien de scandaleux au fait que le patron considère que ses salariés sont au-dessus de 26000 € par an.

  11. Il est vrai que la lecture d’une fiche de paie française ressemble à un inventaire à la Prévert, mais en beaucoup moins drôle…

  12. Bien évidemment, l’auteur du billet raisonne, et c’est parfaitement logique, non en fonction du taux d’imposition global moyen du salarié mais du taux marginal.
    Ce taux marginal pourrait être même de 41 % voire 45 % pour un foyer ayant des revenus un peu plus confortables.
    Ce billet présenté sous une forme nécessairement simplifiée est donc parfaitement pertinent.

  13. Bonjour,
    en tant que Publicateur Original de l’exercice mathématiques, je me permets à un droits de réponse :
    – @JM842 : je ne suis ni employé de l’état ni assimilé. Je ne suis pas patron d’entreprise mais un salarié. Si ce n’est payer mes impôts comme vous, je ne reçois aucun revenu de Bercy.. Concernant la comparaison avec les pays étrangers ? je veux bien vous répondre je suis expatrié depuis 3 ans (imposition directe marginale actuelle passée de 18.8% en France à 40%, mais avec un coût de la TVA inférieur).
    – @YDelo : vous faites la même erreur que le publicateur de la tribune initial. 3.5E multiplié par 260 car fait 1000 E. Quand on a 26 000 E de revenus par an, 1000 E ca fait une différence majeur. C’est sur que ramené à 100 comme vous le faites, rends ça ridicule.
    L’exercice comme le dit si bien @Godefroid de Couillons, et de démontrer qu’à ne pas réfléchir, on s’offusque de tout et on accuse sa fiche de paye avec son ton à-la-Prévert.Il est certain que la réponse est plus complexes encore , qu’il existe des niches et des avantages dans certaines fonctions. Mais l’analyse que je vous ai proposé est déjà plus proche de la vérité que l’encart initial.
    Au plaisir de continuer à débattre

Publier une réponse