Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Pays : International

Cathophobie québécoise

C L'enseignement religieux sera désormais interdit dans les centres de la petite enfance et les services de garde subventionnés au Québec. La ministre de la Famille, Yolande James, en a fait l'annonce, ce matin :

«On n'enseignera pas de dogme ou de croyance ou de pratique religieuse spécifique aux enfants de 0 à 5 ans et ce, peu importe la religion. On ne sortira pas les sapins de Noël».

Si les services de garde refusent, ils se verront «suspendre, réduire ou carrément annuler leurs subventions». 

Addendum 18/12 : Selon Yves Daoudal, il s'agit clairement d'une mesure contre l'islam.

Partager cet article

17 commentaires

  1. Cette ministresse n’a pas encore envoyé de directives pour que les “centres de la petite enfance et les services de garde subventionnés au Québec” assurent l’accueil des enfants les dimanches et le jour de Noël?

  2. Exemple récent d’interprétation erronée :
    http://fr.finance.yahoo.com/actualites/Ce-l-immigration-rapporte-yahoofinancefr-1527472890.html?x=0
    Le halal est source de nouvelles marges grâce à la vente de produits élaborés, mais cela ne se fait-il pas au détriment de la vente d’autres produits ?
    Comment occulter cela ?!
    Pour les cosmétiques également, l’offre d’un produit présenté comme étant spécifique dope probablement les ventes, mais l’effet n’est-il pas escentiellement imputable à une substitution ?

  3. Cathophobie mondiale: cela se précise et se précipite.
    Nous allons vivre une époque formidable!

  4. J’aimerais rectifier ou préciser quelque chose. Il ne s’agit pas ici de cathophobie mais bien d’empêcher des garderies subventionnées par l’État d’endoctriner les enfants des communautés juive et musulmane. Il n’existe aucune garderie catholique au Québec.

  5. Meme remarque que Alonié.
    De plus elle dit “on ne sortira pas les sapins” au sens: “on ne les enlèvera pas”

  6. Quoiqu’il en soit nos excellents cousins ont aussi leur Rama, potiche du moment répondant à une aspiration micro votante du moment, qui dit n’importe quoi tel le guignol du moment……….

  7. «Il n’existe aucune garderie catholique au Québec.»
    Ce n’est pas vrai. Des soeurs qui ont des garderies ont même approché l’Association des parents catholiques du Québec pour savoir que dire. Leur évêque Mgr Turcotte leur a répondu que la religion est l’affaire des parents (pas des garderies)…
    Il existe aussi au moins une garderie copte à Montréal et je sais qu’ils ne sont pas ravis de la nouvelle.

  8. Plus de détails :
    http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2010/12/le-gouvernement-quebecois-ne-veut-plus.html
    Oui, le gouvernement est malin, il garde les symboles mais pas trop (pour les catholiques “historiques”, il permet la prière du personnel (pour s’éviter des problèmes en justice).
    40 inspecteurs pour cela…

  9. Zont qu’à faire comme chez nous : les parents se retroussent les manches pour ouvrir des écoles à leurs frais où l’on pense comme on a envie de penser et sans réclamer une tune à la république.

  10. Après avoir laïcisé le système scolaire québécois, banni l’enseignement religieux catholique au profit d’un cours d’éthique et de culture religieuse, au milieu d’une campagne visant à supprimer les symboles religieux dans l’espace public (dont le crucifix se trouvant dans l’enceinte de l’Assemblée nationale du Québec), le gouvernement déclare hors-la-loi la religion dans les garderies.
    Et le plus ironique, c’est que les députés et ministres, lors de leur assermentation, prêtent serment sur la Bible et demandent l’aide de Dieu dans leurs fonctions ! Quelle hypocrisie !
    Québec, qu’as-tu fait de ton baptême ?

  11. Merci Luc C pour l’adresse qui permet d’aller à la source et de connaître les argumentations locales en présence.
    Alors que plus haut dans l’article il est indiqué que le gouvernement ne s’attend pas à de la contestation, en fin de page
    “Le Conseil musulman de Montréal espère contester en justice cette nouvelle politique : « Nous considérons qu’il s’agit d’une discrimination explicite des droits des communautés religieuses d’éduquer leurs enfants conformément aux valeurs et préceptes qui leurs sont chers » de déclarer Salam Elmenyawi, le président du conseil.”
    Encore une loi sur des cas marginaux relayés par les media pou leur donner une importance totalement disproportionnée.

  12. “La ministre change la Loi, plutôt que d’exiger des écoles juives qu’elles s’y conforment” :
    http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2010/02/souplesse-de-la-ministre-courchesne.html

  13. Merci Luc C pour l’adresse qui permet d’aller à la source et de connaître les argumentations locales en présence.
    Alors que plus haut dans l’article il est indiqué que le gouvernement ne s’attend pas à de la contestation, en fin de page
    “Le Conseil musulman de Montréal espère contester en justice cette nouvelle politique : « Nous considérons qu’il s’agit d’une discrimination explicite des droits des communautés religieuses d’éduquer leurs enfants conformément aux valeurs et préceptes qui leurs sont chers » de déclarer Salam Elmenyawi, le président du conseil.”
    Encore une loi sur des cas marginaux relayés par les media pou leur donner une importance totalement disproportionnée.

  14. Rien de nouveau à l’ouest.J’ai travaillé dans une entreprise trés internationale, en France, et ait vécu qu’il était mal vu d’afficher sa croyance dans son bureau personnel et individuel, mais que, par contre, personne ne disait rien contre les citrouilles qui ornaient le hall d’entrée, au vue de tous, le jour de la grande fête satanique d’halloween à l’initiative du CE. Il doit sans doute en être de même au Canada.

  15. La Fleur de Lys étant non seulement symbole royal mais en premier lieu la fleur héraldique symbole de la Sainte Trinité Divine, je crois que le Quebec se parjure devant son étendard et ne le mérite plus

  16. J’ai le souvenir d’un témoignage d’une religieuse qui venait de l’ex-URSS et qui disait que jusqu’à la chute du mur et l’implosion de cet état, elle n’avait jamais connu ce que c’était que Noël : ce mot n’existait pas, c’était un jour comme un autre, aucune crèche, aucun sapin, aucun cadeau. Ce n’était même pas tabou, cela n’existait pas !
    Si même les sapins sont interdits… pauvres enfants…

  17. Désolée, Ciboulette, les parents voudraient bien ouvrir des écoles à leurs frais mais le gouvernement les en empêche (sauf les musulmans)et tâche même de retirer leur permis à celles qui existent déjà depuis longtemps (cf. Académie Lavalloise, fondée en 1958, non subventionnée)

Publier une réponse