Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Cardinal Sarah : “les chrétiens ont un urgent besoin de formation”

Cardinal Sarah : “les chrétiens ont un urgent besoin de formation”

A l’occasion de la sortie de son nouvel ouvrage, « Catéchisme de la vie spirituelle », le cardinal Robert Sarah est interrogé dans Famille chrétienne. Extrait :

Mon expérience de prêtre, d’évêque de terrain en Guinée, les très nombreux contacts pastoraux, que j’ai encore chaque jour, m’ont appris que les chrétiens ont un urgent besoin de formation. Quand on emploie ce mot, on pense souvent à une formation théologique ou biblique très universitaire. Je crois que le travail des pasteurs consiste plutôt à dispenser humblement, inlassablement une formation simple sur les fondamentaux de la vie chrétienne. Je dis bien la vie chrétienne ! Pas seulement la doctrine, mais sa mise en œuvre concrète dans notre vie. Trop souvent on n’a que des connaissances théoriques. Ce qui nous importe, c’est de vivre en chrétien, de vivre la vie de la grâce, la vie d’amitié avec Dieu, la vie divine en nous.

C’est cela la vie chrétienne, la vie spirituelle. C’est une vie concrète, pas une somme d’idées théoriques. Ce que j’ai voulu dire n’est pas nouveau ni original.

Partager cet article

10 commentaires

  1. Je suis très tentée de me procurer ce livre, mais j’espère que le Cardinal Sarah n’a pas employé le mot “solidarité” comme synonyme de “charité” ?
    Pour faire simple .

    • La solidarité c’est avec le fric des autres, la charité c’est avec son propre fric.
      La nuance change tout.

    • Aucune chance que Sarah ait confondu les deux.

      La solidarité est une notion juridique : des associés solidaires dans une entreprise doivent personnellement supporter les dettes de celle-ci, quelque soit l’associé les ayant contractées.
      La solidarité est d’abord une solidarité dans la faute. C’est une notion au coeur de la foi chrétienne, puisqu’elle éclaire notre relation au péché originel et la nécessité de la Croix entre autres.

      La Charité est une vertu théologale dont la source et la destination sont Dieu lui-même. Saint Charles de Foucauld est une belle figure de ce que la Charité peut faire d’un pécheur.

      Que nous fassions systématiquement de ces deux notions une question d’argent est surtout révélateur de la culture actuelle.

  2. Pour former les catholiques ou les reformer, il suffit simplement de revenir aux principes pédagogiques qui ont fait leurs preuves…

    C’est à dire abandonner le catéchisme officiel de l’église catholique des années 1990 (plus de 500 pages rédigées dans un style abscons) et reprendre le catéchisme de Saint Pie X (120 pages) rédigé sous forme d’un didacticiel avec questions réponses…

    • Pas d’accord! Avez-vous lu le CEC écrit à l’initiative de JP II? On y trouve notamment rappelée la notion de “coopération au mal”, notamment en matière d’avortement. En appliquant ce principe, avec quelques autres articles similaires, on peut mettre en évidence la responsabilité de l’électeur d’un candidat ouvertement pro-mort.
      Le plus parlant est que beaucoup de responsables catholiques actuels font tout pour faire oublier ce CEC. Soutiendriez-vous les évêques “progressistes”?

  3. “Aime, et fais ce que tu veux”, a dit un docteur de l’Église.
    « Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? Et nous avons de lui ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. » (1 Jean 4:20-21)
    Soyons des exemples de charité pour être fidèle à l’Évangile, ce n’est pas en dénigrant ce que font les autres que nous gagnerons le paradis.

    • Attention: comme le rappelle Walrus Trente, la Charité est une vertu théologale, au même titre que la foi et l’espérance. La première conséquence est qu’elle ne vient pas de notre propre volonté – on ne “se donne” pas la foi – mais nous est donnée par Dieu. Notre seule responsabilité est de la demander sans cesse.

  4. C’est un pape comme le Cardinal Sarah qu’il nous faudrait ! Cela nous changerait de cette suite de destructeurs de la foi qu’il nous a fallu subir depuis Pie XII !…….

Publier une réponse