Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise / Non classé

Cardinal Sarah : “Je ne sais pas quelle civilisation a légalisé l’avortement, l’euthanasie, a cassé la famille et brisé le mariage à ce point”

Cardinal Sarah : “Je ne sais pas quelle civilisation a légalisé l’avortement, l’euthanasie, a cassé la famille et brisé le mariage à ce point”

Extraits de l’interview accordée par le cardinal Sarah à IMedia :

“(…) La France a de toute façon renoncé à ses racines chrétiennes, l’Évangile n’est plus votre référence. Dieu n’a plus de place dans votre société. Le seul endroit où il est toléré et consigné à résidence surveillée est le domaine privé. L’homme a pris la place de Dieu.

Il édicte des lois en totale opposition aux lois de Dieu et à celles de la nature. Vous estimez que des hommes ou des femmes peuvent se marier entre eux… Alors que tous luttent pour la suppression de la peine capitale, le meurtre des enfants à naître est légal, le divorce également. Alors qu’on combat partout contre les mutilations génitales, on légalise la mutilation des personnes qui veulent changer de sexe. Quelle contradiction diabolique (…)

Dans la société, je ne sais pas quelle civilisation a légalisé l’avortement, l’euthanasie, a cassé la famille et brisé le mariage à ce point. Ce sont pourtant des aspects essentiels de la vie humaine. Nous sommes dans une situation difficile et la crise est profonde et grave, mais j’ai également consacré la dernière partie du livre à une longue réflexion sur l’espérance car chaque crise comporte en elle une dimension nouvelle, le début d’une renaissance (…)

Ce qui est tragique, c’est la division à l’intérieur de l’Eglise. Une division qui se manifeste surtout sur le plan doctrinal, moral et disciplinaire. Chacun dit et pense désormais ce qu’il veut. Comment ne pas s’inquiéter en constatant que l’Eglise ne semble plus avoir de doctrine ni d’enseignement moral clairs?

Devant une telle situation, essayons de suivre l’exemple des apôtres. Un jour où ils traversaient le lac de Tibériade, une forte bourrasque les a surpris. Les vagues se sont jetées dans la barque, de sorte que déjà elle se remplissait d’eau. Jésus était à la poupe dormant sur un coussin. Quelle a été l’attitude des apôtres devant ce danger ? Ils ont tenu ferme l’embarcation pour qu’elle ne chavire pas. Ils connaissaient en effet leur métier. Ils se sont donc accrochés à la barre pour maintenir la barque droite malgré la violence du vent. Mais en même temps qu’ils ramaient avec dextérité et grande prudence, ils ont crié de toute leur force : “Maître, tu ne te soucies pas de ce que nous périssions ?”

Aujourd’hui aussi, nous devons tenir ferme la barque et prier. Autrement dit, il nous incombe de nous tenir fermement à la doctrine, à l’enseignement de l’Eglise et de prier. Nous ne prions pas assez. Les prêtres ont trop d’activités. En croyant changer l’Eglise par nos propres forces, et par de simples réformes structurelles, nous devenons des activistes. Il nous faut plutôt la grâce qui s’obtient par la seule prière fervente et constante.

L’Eglise n’appartient pas aux pseudos réformateurs. Je ne peux changer ce que je n’ai pas édifié moi-même et qui, par conséquent, ne m’appartient pas. Personne ne peut changer l’Eglise de Jésus. Ceux qui veulent la changer, il leur faut un mandat de Jésus. Ordonner prêtres des femmes? Cette question de toute façon est résolue: Jean Paul II a affirmé que l’Eglise n’avait pas le pouvoir de les ordonner. Il a eu une formulation définitive. “Cette porte est fermée”. François l’a confirmé en disant: “L’Eglise a parlé et a dit non”. Leur donner plus de responsabilités dans l’Eglise ? Mais volontiers. Je suis certain que les femmes ont une place et un rôle importants dans l’Eglise et dans la société. Mais on ne les valorise pas davantage en leur confiant des charges et une mission que Dieu, dans sa sagesse infinie, réserve à des hommes. Dès l’Ancien Testament Dieu a choisi Aaron et ses fils pour exercer son sacerdoce. Il est étonnant d’insister sur une éventuelle ordination des femmes, car il me semble, après plus de 2’000 ans de christianisme, que c’est faire preuve de manque de foi. Ceci n’arrivera jamais dans l’Eglise catholique même s’il n’y avait plus aucun prêtre dans le monde. Non par mépris des femmes, mais parce que cela n’est pas dans la volonté et le plan de Dieu.

 

Partager cet article

10 commentaires

  1. Puisse le discours de ce noble cardinal se raffermir et retentir encore davantage !

  2. Que n’a-t-on pas un tel serviteur du Christ à la barre de l’église catholique, au lieu de ces fonctionnaires ramollis et adeptes de la langue de buis ?
    Qui est à l’origine du déclin ? Les fidèles trop séduits par le monde, ou les pasteurs sans conviction ?
    Prions pour que la vitalité et la fidélité des paroisses africaines revitalisent les catholiques d’occident.

  3. amen

    merci à vous protecteur et défenseur de la foi catholique

  4. Moi je le sais “quelle civilisation a légalisé l’avortement, l’euthanasie, a cassé la famille et brisé le mariage à ce point” : C’EST LA FRANC-MAÇONNERIE.

  5. Yannh a parfaitement compris la chose. Toutes les lois, dont les plus iniques, passent sous le joug du GOF et de la GLF. C’est vraiment un réchauffement pour les catholiques d’avoir un cardinal à l’esprit aussi vaillant que réaliste comme Msg Sarah. De plus, étant africain (chance pour lui), aucun média ne devrait oser l’attaquer, pire l’outrager ouvertement (comme cela est fait pour d’autres, Msg Barbarin n’a pas eu cette chance).

  6. J’aimerais bien avoir le même dans mon église !
    Et pour des gars comme ça je serais prêt à accepter l’immigration, mais pour eux seulement.

  7. La vérité est toujours belle à entendre !

  8. Je crois aussi que l’Eglise en est arrivée là parce qu’elle a été orgueilleuse et à désobéi à la Reine du Ciel.

    Marie est apparue à la Salette au 19ème siècle et a prévenu que les couvents et les prêtres deviendraient des cloaques d’impureté.
    Marie est revenue à Fatima (Portugal) au début du 20ème siècle, a confié un secret à soeur Lucie (à l’époque enfant) en demandant qu’il soit révélé (par le Pape) en 1960 “car ce secret sera compréhensible à cette époque”).

    le Pape Jean XXII a refusé de le révéler.
    Qu’a fait l’Eglise ? Elle a récompensé sa désobéissance en le canonisant !

    Notre Eglise sera sévèrement punie jusqu’à ce qu’elle reconnaisse ses erreurs et change de cap.

  9. “civilisation” dites vous monsieur le cardinal, ni vous ni moi ne le croyons, société décadente certainement

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]