Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Médias : Désinformation

Campagne électorale : Ce sont les médias qui donnent le la

Campagne électorale : Ce sont les médias qui donnent le la

Jean-Yves Le Gallou raconte la campagne d’Eric Zemmour :

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que nous vivons dans un monde orwellien. Ce sont les médias qui donnent le la : il y a les sujets dont on parle jusqu’à la saturation et d’autres dont on ne parle pas. Prenons l’école. Reconquête a produit un programme simple, efficace, imparable, à partir des classes de niveau, du retour aux fondamentaux et de remise en cause des méthodes des pédagogistes et autres pédagomanes. Sujet mobilisateur : l’éducation intéresse tout le monde, jusqu’aux grands-parents d’élèves. C’est si important pour Zemmour qu’il compte y consacrer une semaine. Il l’aborde lors de ses vœux, puis au cours de deux déplacements en compagnie de professeurs. Ce dont la presse se fiche éperdument, sauf une phrase qu’elle détache de son contexte et qui suscite une vague d’indignation commode. Un prof fait remarquer à Zemmour que certains enfants handicapés sont finalement assez peu adaptés dans le cursus classique. Comment procéder alors ? C’est alors que Zemmour sort la phrase sur le dogme de l’inclusion. Patatras ! Il est rafalé. Tout le monde y va de sa condamnation morale. Dans les heures qui suivent l’attaque, on lance la contre-attaque en postant une vidéo sur YouTube ; et sur les réseaux sociaux, beaucoup de retours de gens concernés par le sujet et qui félicitent Zemmour. Il n’empêche : il est bombardé quatre jours durant. Avec un double effet pervers : la riposte est malgré tout peu entendue et les sondages dévissent. […]

Le métavers s’observe ainsi : entre ce qu’un homme politique émet et ce que les médias répliquent et ce que l’opinion parvient à percevoir, le décalage est considérable. Les médias créent la seule réalité dicible et audible. Entre diabolisation et invisibilisation. Par ailleurs, une campagne présidentielle place les candidats sous une pression médiatique permanente. Dès que survient le moindre événement considéré comme significatif, obligation d’y répondre très rapidement, faute de quoi les journalistes vous reprochent votre indifférence. Il y a comme une sorte de veille permanente. C’est un autre aspect de la tyrannie médiatique.

Partager cet article

1 commentaire

  1. et les médias sont contrôlés par le Veau d’ Or , dont les grands prêtres bâtissent le Temple de la République Universelle.

    ce qui confère une admirable continuité , une admirable unité , à notre République décadente qui gère le Paradis du Grand Orient.

Publier une réponse