Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

Bruno Gollnisch : “La politique familiale est en danger”

Extrait de l'interview accordé par Bruno Gollnisch à La Gazette de Côte d'Or :

La loi a été votée. Quel impact peut avoir cette manifestation ?

J’ai entendu des gens demander à quoi cela servait de manifester contre une loi déjà votée. La question est de savoir si l’UMP, en cas de retour au pouvoir dans quatre ans, abrogera cette loi. Car on peut toujours abroger une mauvaise loi. Je pense hélas que cela ne sera pas le cas, car la droite n’a quasiment jamais abrogé une loi faite par la gauche. Pourtant, la gauche ne s’est pas gênée pour détricoter une des trop rares bonnes initiatives de Nicolas Sarkozy, c’est-à-dire la défiscalisation des heures supplémentaires. Mais ne soyons pas naïfs. Cette loi sur le mariage pour tous aura une suite.

Vous pensez à la Procréation médicalement assistée (PMA), voir à la Gestation pour autrui (GPA) ?

Bien sûr ! Le mariage pour tous n’est qu’une étape, comme l’avait été le Pacs il y a désormais quatorze ans, et auquel je m’étais opposé. Madame Christiane Taubira, la ministre de la Justice, a beau dire le contraire, je pense qu’à terme, la question sera posée. Il y a quelques semaines, j’avais participé à une émission, et une élue écologiste s’était déclarée en faveur de la GPA. Cette perspective est effrayante. Trop c’est trop. Ce gouvernement met clairement en danger la politique familiale du pays, en remettant en cause le fondement du mariage (…)

Dimanche, lors de la manifestation contre le mariage pour tous, une personne m’a dit que si le FN avait appelé à voter pour Nicolas Sarkozy en 2012, cette loi n’aurait pas existé. J’ai répondu qu’à l’époque, le FN avait demandé à l’ancien chef de l’État s’il préférait un candidat frontiste à un socialiste. Il avait répondu non. Je rappelle aussi que lors des cantonales de 1984 ou des législatives de 1988, certains de nos candidats s’étaient désistés en faveur de celui de droite. Cela dit, pour répondre à votre question, je pense que des accords sont envisageables, avec des personnalités UMP honorables."

Partager cet article

4 commentaires

  1. “si le FN avait appelé à voter pour Nicolas Sarkozy en 2012, cette loi n’aurait pas existé.”
    si sarkozy et ses prédecesseurs de pseudo droite n’avaient pas supprimé et jamais rétabli la proportionnelle aux législatives ( uniquement pour empêcher le FN d’avoir des députés), cette loi n’aurait pas existé.

  2. J’étais là et cette personne, un homme d’un âge confirmé, très bourgeois d’apparence et très convenable, a été odieuse avec Bruno GOLLNISCH en l’agressant verbalement (la lecture du FIGARO rend inepte), lequel pourtant si courtois et calme, lui a répondu très vertement.
    Sans le gender, et sans le refus de prendre en compte le référendum de rejet de la constitution européenne, N. SARKOZY aurait été réélu.
    Et il aurait fait voté l’Union Civile, avec seulement qq dizaines de milliers de personnes dans la rue pour protester. Quand on voit qu’avec 1 million plusieurs fois, SARKOZY s’est tu et n’a pas siégé au C.C., et que COPE n’abolira pas la loi TAUBIRA, l’argument de la réélection salvatrice de l’ex ne tient guère.
    ce qui ne rend pas Hollande plus sympathique…….même laisse entrevoir sa réélection en 2017, car il a face à lui la droite la plus à gauche du monde.
    Là est notre problème : l’UMP est tentée de revenir vers la ligne Chirac.

  3. Marine Le PEN a tort de s’en tenir à une ligne ni droite ni gauche, bonnet blanc et blanc bonnet. En effet, si la ligne Chiraquienne des NKM, Baroin, Juppé, Fillon et consort n’a rien à envier à la gauche, il est néanmoins possible de s’entendre avec d’autres.
    Gollnisch a raison. Sarkozy n’était pas crédible pendant l’entre deux tours. On ne prétend pas tendre la main aux électeurs du FN en affirmant accepter de se désister aus législatives uniquement en faveur de candidats du PS. C’ était aussi crédible que le “je vous ai compris” de de Gaulle! Autrement dit, “je veux de vos votes, mais pas de vos gueules”.
    De la même manière, les responsables de l’UMP devraient arrêter de considérer les électeurs du FN comme des personnes en détresse, au bord du suicide, en révolte et désemparés, ça finit par agacer…

  4. Sarkozy et l’UMP, jamais, jamais jamais, pareil pour le PS, est ce clair ?

Publier une réponse