Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Europe : politique / Pays : Angleterre

Brexit : connivence entre la majorité parlementaire britannique, européiste, et la nomenklatura eurocratique

Brexit : connivence entre la majorité parlementaire britannique, européiste, et la nomenklatura eurocratique

De Bernard Antony :

Brexit or not Brexit : palinodies ?

Il y a bien sûr une clé d’interprétation de tous les atermoiements britanniques et eurocratiques pour la mise en œuvre du « brexit ».

La clé, c’est qu’il y a une connivence pour que celle-ci n’ait pas lieu entre la majorité de la classe parlementaire britannique, nullement en accord avec ses électeurs, et la nomenklatura eurocratique. 

Quant à Theresa May, elle aura été une artiste dans cette conjoncture, digne de donner des leçons à Macron, car voulant, et simultanément, ne voulant pas, de la sortie de son pays du bidule bruxellois. Et voici que le président du Conseil Européen, Donald Tusk, va à son secours en proposant un report « flexible » de 12 mois pour la mise en œuvre du Brexit. Ce qui aurait bien sûr pour effet de faire encore élire des députés britanniques au Parlement européen qui, une fois élus, n’auront pas envie d’en sortir…

Il faut bien sûr que Tusk obtienne la semaine prochaine l’accord des 27 dirigeants des pays membres de l’UE. Gageons que ce sera le cas, sauf veto de Macron.

Après quoi, beaucoup d’eau coulera sous les ponts de Londres et de Strasbourg, et peut-être la conjoncture paraîtra-t-elle favorable à Theresa May (ou à son successeur ?) pour tenter un autre référendum ?

Sur le débat d’hier au soir entre les têtes de liste pour les élections européennes.

C’est mal parti pour madame Loiseau ! Je me garderai bien de tomber dans la facilité, d’ironiser, tellement son personnage se prête à la caricature. Cette pauvre dame qui n’a pas eu la décence de demeurer dans sa charge de ministre ferait peut-être meilleure figure dans le cinéma en jouant par exemple quelque personnage de second rôle de Simenon.

Hier au soir, il lui manquait d’évidence de pouvoir tricoter tranquillement. À la vérité, elle ne faisait pas médiatiquement le poids en comparaison de la pétulante et jolie petite peste de la France Insoumise, ou encore de Jordan Bardella, tranquillement sûr de lui.

La désignation de madame Loiseau me confirme dans mon idée que Macron débloque narcissiquement de plus en plus, et je persiste à penser qu’il ne terminera pas son quinquennat.

François-Xavier Bellamy est sympathique mais il fait par trop encore jeune professeur voire bon premier de la classe, très poli. Il a judicieusement apporté Homère pour parler de sa conception de l’Europe mais, pour le reste, il manquait un peu de souffle, un brin de piment tribunicien. On ne voit pas un Démosthène ni un Cicéron pointer sous Bellamy.

Je ne sais plus lequel du calamiteux Hamon ou d’un autre de la gaucherie désunie a défendu l’idée d’une « constitutionnalisation » obligatoire dans tous les pays de l’UE du droit à l’avortement [c’était Hamon, NDMJ]. La sacralisation de l’IVG est désormais le dogme fondamental de la religion de la République du Panthéon. Ils ont bien été cinq ou six à rappeler l’insanité que « la femme doit pouvoir faire ce qu’elle veut de son corps ». Insanité, parce que justement l’embryon n’est pas « son corps » mais déjà le corps de son enfant, qu’elle a, comme toutes les femmes en voie de maternité, l’incomparable, la sublime mission de faire venir au monde et non de lui ôter la vie.

Dommage qu’aucun autre candidat n’ait répondu aux fanatiques de l’IVG en formulant cette objection de conscience !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. L’inanité de ce pseudo débat n’est que le reflet d’un pseudo projet européen.
    Déjà qu’à 12 c’était inaudible, incompréhensible…on comprend qu’à 28 ce soit carrément la tour de Babel.
    On sait comment elle a finit.

  2. L objectif de ce pseudo psychodrame est d arriver par cette connivence entre députés europeistes britanniques et ue à ce que le brexit n ait pas lieu, comme nous l a expliqué blair le super menteur, il faut revoter, sous entendu jusqu à ce que le remain gagne …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services