Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Brésil : la candidate pro-vie provoque un second tour

S Le Brésil s'attendait à se réveiller hier avec une femme, Dilma Rousseff, à la présidence. Mais une autre femme, Marina Silva, a bousculé les scénarios électoraux, provoquant un second tour, malgré une campagne avec peu de moyens.

Marina Silva, issue d'une famille de 11 enfants, est l'ex-ministre de l'Environnement du président Lula da Silva : elle a gardé le portefeuille plus de 5 ans avant de quitter le gouvernement pour devenir candidate au nom du Parti Vert (rien à voir avec nos pseudo-écolos). Elle a été la grande surprise de ce premier tour en rassemblant 19,33% des votes, soit près de vingt millions de suffrages. Ancienne catholique devenue membre de l'Assemblée de Dieu, une des principales églises évangéliques du Brésil, elle s'est clairement opposée à une légalisation de l'avortement, dans n'importe quelle condition, alors que ses adversaires ont préféré rester discrets sur ce sujet.

En brisant la polarisation entre les deux principaux candidats, Marina Silva, qui a annoncé qu'elle ne donnerait aucune consigne de vote, a provoqué un second tour inattendu. Arrivée en tête avec 46,9% des votes, la candidate du Parti des travailleurs (PT), Dilma Rousseff, adoubée par Lula, devra affronter José Serra, du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), qui en a attiré 32,6%.

Partager cet article

5 commentaires

  1. bravo d’avoir dédié un article à cette femme de conviction, hors système, et qui,comme vous le dites, a réussi un score très honorable sans financement.
    Il n’est pas certain qu’elle donnera une consigne de vote à ses électeurs,et qu’elle pourra empêcher la terrible Mme Roussef de s’emparer du pouvoir dans ce grand pays “émergent”
    Il ne reste plus qu’à attendre un miralce: que Mme Roussef ait la langue qui fourche, (elle vient de dire que son parti -le PT- était un parti de guerilleros, ce qui n’est pas obligatoirement un bon point dans ce pays où les habitants ont un idéal bourgeois et de consommation)
    Les brésiliens sont capables de changer d’avis sur un court laps de temps,ils sont trés réactifs ,ils peuvent se ressaisir, n’étant pas majoritairement idéologiques

  2. Et bien entendu, rien de précisé de ses options pro-vie dans les médias français ! On nous fait juste savoir qu’elle est écolo (donc une espèce de conne bandit à la brésilienne, en somme…).
    La désinformation par l’ommission. Ce qu’on disait déja du quotidien “Le Monde”: il dit la vérité, mais pas TOUTE la vérité.

  3. Dans les journaux cette dame est présenté comme une écolo “candidate des verts” ou “une écolo en arbitre”

  4. Il n’y a que moi que cela choque « les consignes de votes » ?
    Comme si un candidat avait la propriété des votes de ses électeurs ?
    Il peut toutefois dire pour qui il voterait mais appeler ses électeurs à voter pour quelqu’un me parait un manque évident de respect envers les gens qui ont voté pour lui.
    Enfin, je suppose que cela va avec les défauts de la démocratie…
    Le problème est qu’on a bien du mal à lui trouver des qualités à ce machin quand même…

  5. Ancienne catholique : quelle tristesse!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services