Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Russie

Bras de fer Navalny-Poutine : une intox médiatique

Bras de fer Navalny-Poutine : une intox médiatique

D’Antoine de Lacoste sur Boulevard Voltaire :

Navalny a une indéniable qualité : le sens de la mise en scène. Ce blogueur professionnel a réussi à devenir l’opposant le plus médiatique de Vladimir Poutine, mais certainement pas le plus crédible.

Portées par les médias américains et européens, ses spectaculaires initiatives n’ont, disons-le clairement, aucune chance de menacer le pouvoir russe actuel. C’est ce qu’on appelle une construction médiatique. En effet, l’unanimité des voix occidentales ne saurait cacher la popularité marginale de Navalny dans son propre pays.

Les prétendues grandes manifestations pro-Navalny à Moscou ou dans les grandes villes russes n’ont, en réalité, rassemblé que quelques dizaines de milliers de personnes, bien moins que les gilets jaunes de la première époque à Paris avant que celles-ci ne soient récupérées par l’extrême gauche avec l’active complicité du pouvoir macronien. Leur répression ne fut guère plus sévère que chez nous (en tout cas, moins de manifestants en sont revenus avec un œil en moins) et les milliers de gardes à vue qui ont suivi correspondent aux critères habituels des manifestations non autorisées.

Le plus intéressant, dans cette histoire qui ne menace nullement Poutine, est la lucidité de nos mêmes médias sur l’absence d’alternative crédible que constitue Navalny.

Même le journal Le Monde (la bonne conscience de gauche), qui exhale sa haine en évoquant, dans son édition du 27 janvier, « le ricanement du poutinisme vieillissant », reconnaît que « les capitales occidentales ne doivent pas considérer l’opposant comme alternative éventuelle à Vladimir Poutine ». On se demande d’ailleurs pourquoi, mais on le saura une autre fois. Le Figaro (la bonne conscience de droite) confirme cette analyse le 28 janvier : « L’opposant empoisonné a vu croître sa notoriété, sans incarner une alternative crédible à ce stade. » On ne sait pas à quel stade il le deviendra, mais patience. Le journal semble toutefois un peu dérouté par son champion dont il reconnaît que « le positionnement et la vision politiques ne sont pas toujours clairs ». Fichtre ! C’était bien la peine.

Certes, Navalny a été victime d’une tentative d’empoisonnement. Mais rien ne vient accréditer la thèse d’un ordre du Kremlin, dont on ne voit pas bien l’intérêt dans l’affaire. Le poison utilisé est russe mais il est disponible dans tout le pays sans la moindre difficulté. Le spécialiste Éric Dénécé, du Centre français de recherche sur le renseignement, l’a récemment rappelé dans un entretien à TV5 Monde.

Et puis, si le Kremlin avait donné l’ordre, pourquoi a-t-il laissé un avion médical, financé par ses amis, emmener Navalny en Allemagne pour se faire soigner ? L’incohérence est totale.

Tout cela sent bon la manipulation, arme de guerre redoutable qui a fait ses preuves pour tenter (et souvent réussir) des opérations de déstabilisation. On l’a vu au Kosovo, en Irak et, plus récemment, en Syrie. Dans ce conflit récent, il était très intéressant d’observer que les attaques chimiques imputées à l’armée syrienne se produisaient alors qu’elle était en passe de remporter une importante victoire.

De la même façon, on peut observer que le bras de fer américano-russe autour du très important gazoduc Nord Stream 2 est en phase active puisqu’il est presque achevé et que ses travaux, interrompus suite aux menaces américaines contre les entreprises européennes qui y travaillent, viennent de reprendre.

Cerise sur le gâteau : la France, invoquant l’affaire Navalny, vient de demander à l’Allemagne de renoncer à Nord Stream 2.

Partager cet article

5 commentaires

  1. La France participe aux montages destinés à em***er Vladimir Poutine et la Russie, puis argue de ces complots pour se tirer des balles dans les c*****.
    Le freluquet jupitérien, squatter de l’Élysée, prétend donner des leçons au monde entier tout en imposant le contraire à son peuple.
    L’avenir de l’Europe repose sur un axe fort Paris-Berlin-Moscou s’étendant de l’Atlantique à l’Oural. C’est le seul moyen d’être crédible face aus USA et à la RPC.

  2. Navalny c’est de la déstabilisation de pays par la chienlit, mais avec Poutine qui connait la musique, il va se casser les dents.

  3. micron ferait mieux de regarder les libertés qu’il est en train de nous voler et d’arrêter de donner des leçons à la terre entière. Pour qui se prend-il? IL ferait mieux de se rendre à la cérémonie des cendres mercredi: “tu es poussières et tu retourneras en poussière” rien que cela devrait le faire réfléchir, mais non, il est sur ses ergots. Et donner des conseils à Merkel, il n’a vraiment pas peur du ridicule

  4. Heureusement tonton Vlad vole très haut au-dessus des petits pipi-caca du pouvoir macronien. Et il est bien assez costaud pour résister à ces désinformations en peau de lapin. Pour les amateurs de Francis Blanche : « Sibérie, camarade Ivanoff ! »

  5. premierbras de fer perdu par poutine , l’arrestation prévue à la sortie de l’avion a été bien relayée par les médias progressistes du monde entier, comme l’avait souhaité navalny
    s’il avait été laissé regagner son domicile, ils auraient fait choux blanc
    ils l’auraient convoqué le lendemain et c’était dans la poche
    les russes doivent encore se montrer un peu malins en com

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]