Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Bienvenue dans le monde du Dr Knock

Bienvenue dans le monde du Dr Knock

A ceux qui veulent faire peur avec les 100 000 morts du Covid, le professeur Didier Raoult a estimé que ce chiffre est à relativiser.

« Toutes les morts ne sont pas équivalentes », « 88 % des gens qui sont morts du Covid-19 au CHU de Marseille avaient une espérance de vie qui était inférieure à un an ». « Je suis médecin, j’ai de la compassion pour tout le monde. Mais il n’empêche que la perte de chance, ou la perte de vie ou d’espérance, n’est pas de même nature chez les uns et les autres. »

Didier Raoult affirme en outre qu’il y a eu « moins de morts parmi les moins de 65 ans qu’en 2019 ou en 2018 »

Néanmoins, tout le monde se croit malade. Même une personne en bonne santé est soupçonnée d’être “asymptomatique”… Alors tout le monde va se faire vacciner… Et cela fait les affaires de BigPharma. Une troisième dose du vaccin Pfizer devrait probablement être administrée entre six à 12 mois après les premières, avant une vaccination chaque année. C’est ce qu’a annoncé jeudi Albert Bourla, le PDG du laboratoire américain, qui espère ainsi toucher le jackpot.

Le Dr Knock a gagné :

Comme l’écrit Yves Daoudal

on a convaincu des gens qui n’avaient rien qu’ils étaient malades, des centaines de milliers de personnes, et cela continue. On est plus fort que le Dr Knock, qui avait inventé la chose mais pas le mot : « asymptomatique » : le malade qui n’a rien.

Mais cela s’aggrave. Aux « informations » (sic) de 13h sur la 2, il n’était question que des « patients » qui vont se faire vacciner. Des patients qui ne souffrent de rien. Qui ne sont même pas « positifs ». Qui ne sont même pas « asymptomatiques ». Des gens parfaitement normaux sur le plan biologique. Mais qui sont des « patients » pour les piqueurs et les journalistes. Tout Français est désormais un « patient ».

Et le PDG de Pfizer nous « informe » qu’il faudra se faire injecter une troisième dose au bout de six mois, puis se faire vacciner tous les ans.

Non seulement chacun est un « patient », mais il est désormais « patient » à vie. Jusqu’à ce que le vaccin ou un effet secondaire le fasse mourir.

A propos de vaccin qui fait mourir, on m’envoie cette vidéo un peu effrayante dont je ne sais que penser, n’étant pas spécialiste. Je laisse aux spécialistes le soin de contester (ou de confirmer) :

Partager cet article

14 commentaires

  1. des morts ont été déclaré comme COVID sans aucun test pour le prouvé,
    des familles ont du se battre pour pouvoir enterrer leurs membres dignement car ils n’étaient en réalité pas COVID

    on ne sait plus que croire

    sans parler des consultants covid, ou les morts covid mieux rémunérés à l’hôpital.

  2. “100000 morts” de LA covid. AH AH AH AH !!

    Faudrait déjà passer la barre des 10000 morts …. en DEUX SAISONS et non une seule !

    94% des morts de LA covid ne sont pas mort à cause de mais AVEC la covid. On le sait, cela a été démontré

    Ils sont morts par UNE AUTRE RAISON (vieillesse, maladie cardiaque et cancer la plupart du temps)

  3. D apres la documentation des fabricants de ces traitements à ARN, l argument pour ne pas se soucier de la dernière vidéo ci-dessus est:
    En théorie, l ARN est lu une fois puis détruit + il a une faible durée de vie + en cas de défaut de fabrication (une dizaine de pages dans les rapports) la probabilité qu il puisse déclencher la fabrication d une protéine est négligeable (c est en tout cas ce qui est écrit dans leurs rapports).
    Pour les phases qui suivent la simple injection/lecture de l ARN: mécanique immunitaire une fois la protéine spike identifiée comme dangereuse par l organisme ; pas un mot dans leurs dossiers. La proteine spike en question existe sur d autres organismes, aucune mesure de l impact.
    Si la théorie est juste, je ne vois pas trop comment le phénomène d emballement évoqué dans la vidéo peut se produire, mais pourquoi pas, et surtout il y a clairement des effets de bord qui ne sont absolument pas maîtrisés.
    En revanche, ce que les fabricants ont totalement évacué, c est le cas des personnes atteintes de maladie (parfois asymptomatiques) à base de rétrovirus. Dans ce cas, le risque que l ARN soit lu et intégré a l ADN, puis produit de manière permanente existe (emballement, maladie auto immune etc), et aucune mesure n’a été faite.
    Les tests des fabricants arrivent à terme en juillet cette année, mais aucun de ces tests ne mesure ces aspects.
    Impossible de savoir qui peut être concerné, et l integration a l adn n est pas une garantie d expression du gene, donc on risque de n avoir aucune certitude sur ces sujets pendant des décennies…

    • Lorsque le Dr Merrit dit que ces “vaccins” sont concus comme des armes cela devrait suffire !
      Elle a travaillé dans l’armée américaine…

  4. le dernier livre du Professeur PERRONNE “décidément,ils n’ont toujours rien compris” ,malgré l’omerta mediatique, va faire des dégats dans la galaxie big pharma .truffé de références et de citations , il est difficilement réfutable.

  5. Excellent extrait, A 18h, c’est l’heure de le pénétration rectale disait Dr Knock ! Et ils l’ont fait avec leur test effrayant…

    C’est une religion avec ses dogmes, ses rites, ses officiants et même les sacrifiés sont là !

  6. Au risque de me répéter, j’ai envoyé le message suivant à Santé Publique France, via le formulaire de contact sur Géodes :
    “Confirmation de ce que j’ai appris il y a quelques semaines. Sur votre site, on ne parle plus de patients en réanimation. Désormais, on parle de “Nombre de personnes actuellement en soins critiques (SR/SI/SC) avec diagnostic covid-19”. (SR/SI/SC) voulant dire soins de réanimation/soins intensifs/soins continus. Y a-t-il donc une volonté de conserver un niveau élevé des “malades en réanimation” selon la doxa pour justifier les décisions politiques récentes ?”

    Je recopie leur réponse :
    “Pour permettre un pilotage plus fin des tensions hospitalières, des évolutions ont été apportées au système SI-VIC. Le terme « réanimation », utilisé auparavant pour regrouper l’ensemble des services de soins critiques, est désormais remplacé par « soins critiques », ce qui permet de différencier le service de réanimation des autres services appartenant à cet ensemble (comme les soins intensifs ou les soins continus). [….]
    Le 30 mars 2021, 28 570 patients COVID-19 étaient hospitalisés en France (vs 26 818 le 23 mars, soit +7%), dont :
    – 5 090 en services de soins critiques (vs 4 655 le 23 mars, soit +9%) (Figures 24 et 25). Parmi ceux-ci, 3 827 étaient en services de réanimation et 1 263 dans d’autres services de soins critiques (soins intensifs ou soins continus) ;
    – 15 844 en hospitalisation conventionnelle (vs 14 654 le 23 mars, soit +8%) ;
    – 7 134 en soins de suite et réadaptation et 502 en autres unités de soins.”

    Il faut noter l’oxymore de l’explication : on regroupe 3 niveaux se soins (réanimation, intensifs et continus) pour mieux distinguer les soins de réanimation (???). Cela confirme ma question : entretenir un chiffre élevé pour entretenir une dictature “sanitaire” anxiogène pour un but inavouable et partiellement inavoué (Big Reset organisé par Klaus Schwab et le Forum Économique Mondial).

    • Patient n’a jamais voulu dire malade ! J’ai une salle d’attente pleine de patients parmi lesquels il y a très peu de malades ! Patienter veut dire attendre !

      • Comme la grosse masse de zombies venant se faire “tester” alors que plus de 99,9% d’entre eux ne sont pas malades………. malade de rien du tout (sauf dans leurs têtes) et donc par leur attitude irresponsable vont aggraver la dette et le trou de la “sécu”…

        rappel : un test coûte entre 50 et 70 euro (environ)

      • patient veut dire aussi (et peut-être d’abord) : qui souffre qui subit (voir pâtir, la Passion du Christ…)

    • En tout cas les choses sont CLAIRES : les chiffres sont DERISOIRES. 28570 malades en France c’est RIEN

      Rien comparé à beaucoup d’autres maladies qui ELLES sont graves

      5090 en réanimation cest RIEN également

      Surtout quand on sait, en plus, que ces chiffres sont volontairement gonflés !!

      On est 70 millions à vivre en France , pas 50000 personnes !!!

  7. “Il est urgent d’attendre” !
    Isaac Asimov

  8. La vidéo rejoint ce que disent entre autres les Dr et Pr Cahill, Mikovitz, Merrit et Henrion-Caude

    Ce qui est certain c’est qu’ils jouent aux apprentis sorciers avec des techniques pour lesquelles tous les animaux sont morts. Cela en dit long sur la volonté de ceux qui ont créé ces “vaccins” (qui n’en sont pas).

  9. Il est assez »amusant»,lorsque l’on se retrouve en »off »comme on dit dans le jargon journalistique;de découvrir des opinions bien différentes de celles que l’on trouve dans les médias de masse,dans lesquels bien entendu,on ne touche pas à la sacro-sainte doxa vaccinale :
    J’ai trois amies qui ont travaillé ou travaillent pour des labos pharmaceutiques.Deux étaient chargées du contrôle des médicaments avant leur mise sur le marché(dont une chez Sanofi à Toulouse),l’autre est encore en activité au Brésil.Toutes m’ont fait la remarque suivante : »Un vaccin fabriqué en aussi peu de temps,soit c’est de la flotte,soit c’est de la m…. »(!), »Tu rigoles,ne fais pas cette m….,on a pas assez de recul sur les conséquences »m’a même dit celle encore en activité au Brésil.
    Mon professeur de SVT de 3ème nous avait interpeller,quand à lui,sur le fait que »la science quelquefois,c’est aussi de la jugeote »,de l’observation pur et simple.
    Partant de ce postulat,faisons nous quelques petites réflexions :
    1_Comment explique t-on que cela fait soit disant des années et des années que l’on cherche des thérapies contre certaines maladies(mucoviscidose,progéria…),qu’il n’existe…aucun traitement et qu’en quelques mois,plus d’une dizaine de laboratoires aient déjà trouvé un vaccin pour une maladie qui était soit-disant inconnue il y a peu ?
    2_Comment se fait-il,que,si par exemple vous désirez vendre de simples confitures faites maison sur un marché,la loi vous oblige à indiquer tous les ingrédients que vous y avez inclus(fruits,colorants,conservateurs…),et que les fabricants de vaccins ne sont pas obligés d’indiquer la composition de leurs produits,comme la loi oblige d’ailleurs à indiquer la composition de n’importe quel médicament,avec les effets indésirables observés.
    3_Pourquoi en cas d’éventuelles complications liées aux vaccins,ce sont les états(donc nous) qui vont régler la note et pas les labos ?
    4_Pourquoi les diverses agences chargées de valider la mise sur le marché des médicaments,ont-elles pu autoriser aussi rapidement des produits dont on ne connaît ni le contenu,ni les conséquences,en se basant non sur leurs observations mais sur les rapports des laboratoires eux-mêmes,tandis que des molécules »séculaires »comme la chloroquine étaient purement et simplement bannies de la pharmacopée,notamment après la publication d’études bidons ?
    5_Pourquoi tout simplement,sur un problème à s’attaquer soit-disant »quoi qu’il en coûte »,n’a t-on pas organisé de débat contradictoire, »cartes sur tables »(et pas seulement sur les vaccins,sur tous les traitements potentiels)afin que les personnes puissent se faire leur propre opinion,en toute connaissance de cause et objectivement.Pourquoi les peuples ont-ils été tant tenu dans l’ignorance,pourquoi les oppositions politiques n’ont pas exercer ne serait-ce que leur rôle constitutionnel ?
    Si la référence«Knock»,proposée par Le Salon Beige est très bien choisie,nos rédacteurs favoris auraient également pu rajouter celle du »Malade Imaginaire »,tant nos »Argan », »Purgon » ou autres »Diafoirius » modernes sont légions !
    Dans cette civilisation qui a érigé la matière et le progressisme au rang de valeurs absolues,dont on observe chaque jour un peu plus les ravages,la meilleure attitude pour sortir de cette faillite générale reste plus que jamais notre libre arbitre,notre soif de ces valeurs que Thomas Jefferson déclarait en 1776 comme »Inaliénables »,en particulier la dignité et la liberté.Comme le rappelait Benjamin Franklin »Un peuple qui aliène sa liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un,ni l’autre »,et surtout pourrait-on ajouter,pour une cause qu’il n’existe pas.
    Enfin,ce qui concerne nos soif et besoin de spiritualité,la lecture des Évangiles reste notre meilleure référence,et quelle parabole plus symbolique dans cette société totalement perdue,que celle du semeur ? Ne ressemblons-nous pas à ces grains de blés ?
    La piège est en train de se refermer sur ceux qui voulaient se servir de cette »crise »pour abolir la spiritualité et la Liberté en tenant les peuples dans la peur et la soumission.Car ce sont déjà ces valeurs qui permettent d.offrir la meilleure résistance à cette oppression du système,et ce sont ces mêmes valeurs encore qui sortiront grandes vainqueurs de cette épreuve.Merci au Salon Beige et à ses fidèles suiveurs d’y avoir contribué.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]