Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Bienheureux Daniel Brottier, aumônier de la Grande Guerre

Un petit rappel historique de circonstance :

Blazeni_daniel_brottier_10"Né en 1876, Daniel Brottier est réformé en 1901 pour des raisons de santé. Cela ne l’empêche pas pourtant, dès le 8 août 1914 et à pratiquement 38 ans, de s’inscrire comme candidat pour être aumônier volontaire. Quelques jours plus tard, il se rend sur le front qu’il ne quittera plus jusqu’à la fin de la guerre.

De tous les combats, il n’hésitait pas à courir en avant du gros des troupes, pour récupérer sous le feu un camarade blessé. Une bravoure qui forçait le respect, à tel point que ses chefs disaient de lui : « Âme magnifique où s’allient harmonieusement l’ardeur du soldat et le dévouement du prêtre. » Prêtre il l’était et pas des moindres : chaque fois qu’il le pouvait, il célébrait les sacrements et n’hésitait pas à rappeler leurs devoirs de chrétiens à tous : « Demain c’est Pâques les enfants, je vous attends tous en confession ! ». Et tous y allaient en commençant par les officiers. Voici son témoignage :

On m’appelait l’aumônier ‘verni’. Il est vrai que, souvent exposé, j’ai été préservé des pires dangers comme par miracle perpétuel. Mes habits ont été troués, déchirés, je n’ai jamais eu de vraies blessures. J’en étais devenu téméraire. J’ai fait en volontaire des missions périlleuses auprès des blessés et des mourants, empêchant les autres d’y aller parce qu’ils risquaient leur vie, tandis que j’étais sûr d’en revenir !

C’est que le rôle de l’aumônier, d’infanterie surtout, requiert, s’il veut être à la hauteur de sa tâche, une abnégation et une bravoure surhumaines. Et non seulement cela, mais une force physique de beaucoup au-dessus de la moyenne. S’il fallait recommencer ce que j’ai fait à Verdun et dans la Somme, je ne pourrais plus. Je ne pourrais plus porter des blessés sur mon dos, demeurer des nuits et des journées entières dans les trous d’obus, sous des bombardements insensés, sourire et plaisanter lorsqu’on se sent abruti par le froid, par la fatigue, par le sommeil, par la peur. Non, voyez-vous, tout cela, c’est quelque chose de surhumain.

Je sais bien, il eut des aumôniers qui se contentaient d’être les amis des officiers, qui fréquentaient leurs popotes, et qu’on ne voyait jamais là où ça tapait dur. Tout cela est humain hélas ! Mais voyez-vous, l’aumônier qui veut rester avec le poilu, qui veut vivre la vie du fantassin des premières lignes, partager son existence, ses privations, ses dangers, et bien, c’est celui-là qui est le véritable aumônier et non celui qui reste dans un l’hôpital de l’arrière… Car ce n’est pas par des phrases que l’on gagne les autres, mais bien par des actes.

Dans les tranchées, pendant les heures de repos, je ne parlais pas de religion avec mes hommes : j’essayais de les mettre à l’aise et en confiance. Avec cela, nous devenions camarades. Ensuite, quand l’heure sonnait pour l’assaut je partais le premier en tête et je les entendais murmurer : « Il n’a pas peur le curé ». Et bien, croyez-moi, quand ils me voyaient partir en avant d’eux, et les entrainer, c’était le plus beau sermon que je pouvais leur faire et j’étais sûr de les avoir tous à la messe le lendemain… »

Après la guerre, le père Brottier reprend l’association Apprentis d'Auteuil, dont la situation est catastrophique. Il va déployer tout son génie pour la sauver. Le père Brottier meurt le 28 février 1936 et laisse une œuvre immense. Il sera béatifié le 25 novembre 1984 par le pape Jean Paul II."

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

5 commentaires

  1. Il était de ceux pour qui un chef n’est pas celui qui dit “EN AVANT!” mais celui qui dit “SUIVEZ-MOI!”.

  2. Quand on lit cela, quel déshonneur pour les Orphelins d’Auteuil d’aujourd’hui de n’avoir pas soutenu la défense du mariage pour suivre la ligne catho de gauche soutien de Taubira et de Najat qui a favorisé au maximum la privation d’un père ou d’une mère pour des enfants innocents! Leur fondateur doit se retourner dans sa tombe.

  3. @Agnès
    Oui, hélas, l’œuvre d’Auteil (qui n’a plus rien à voir, ni avec les orphelins, ni avec l’apprentissage d’une profession) n’est que l’ombre de ce qu’elle fut jadis. Pour ce qui est de l’évangélisation, on y apprend aux petits jeunes à bien faire leurs prières musulmanes.
    Dès les années ~1985 ils éditaient déjà une cassette appelant à la compréhension du cas des divorcés-remariés… Quant au “Crucifix” (sans Croix) genre art contemporain, ornant leur chapelle d’Auteuil, il est lamentable (de grandes encoches basales suggèrent comme un début d’abattage à la hache!) pour ne pas dire grotesque avec ses deux bras style salut gaullien.
    http://www.purepeople.com/article/natasha-st-pier-divine-et-mystique-pour-jeter-des-fleurs_a127919/3
    Jadis, je les ai pas mal soutenu.

  4. Le pauvre père Brottier doit se retourner dans sa tombe en voyant ce que son œuvre est devenue.
    Le Christ n’est plus le bienvenu à la fondation d’Auteuil et sue leur site du château des Vaux on a même dé-consacré la chapelle pour en faire une salle de fête…

  5. Je confirme les interventions des uns et des autres. Les OAA ne sont plus depuis très longtemps l’œuvre chrétienne que laissa le Père Brottier. Dés le début des années 80 avec l’arrivée grandissante d’enfants de la première génération d’immigrés musulmans on s’empressait par servilité (et facilité) de quérir un iman pour qu’il intervienne au château des Vaux pour ses “ouailles”. Les OAA ne sont plus que le moyen commode (et pas cher) pour l’Etat de réparer les dégâts de l’éducation nationale et l’abandon des familles dans les quartiers. Il y reste des éducateurs qui tentent contre vents et marées et souvent peu de moyens de faire du bon boulot mais globalement, en dehors de quelques pèlerinages, ce n’est plus dans la vie courante qu’une structure semi-étatique laïque qui joue sur l’étiquette “Père Brottier” et dont les tracts d’appel aux dons sont exposés chez la plupart des bons notaires. Ni pire ni meilleur finalement, dans son domaine, que l’enseignement libre catholique classique.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique