Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Bernard Lugan : La France peut-elle, à elle seule, tenir le “Sahélistan” ?

Autre analyse tout autant passionante de Bernard Lugan, directeur de la revue l'Afrique réelle :

Afrique réelle" Ce n’est pas le seul Mali qui doit être sécurisé, mais tout le Sahel, ce rift racial s’étendant sur dix pays et sur lequel ont été plaqués des Etats associant artificiellement des Nord « blancs » et des Sud noirs.

L’Europe feint de ne pas voir ce qui s’y passe cependant que les Etats-Unis observent la situation de loin. Le 18 janvier Léon Panetta secrétaire américain à la Défense a ainsi déclaré que « les opérations de sécurité au Mali incombent aux puissances régionales ». Quant à l’ «aide» à l’armée française, parlons-en, puisque Washington va en effet louer à la France ces avions gros porteurs qui lui font régulièrement défaut. Léon Panetta a bien pris soin de préciser, au cas où il n’aurait pas été compris, que le « gouvernement français remboursera aux Etats-Unis les frais entraînés par ce soutien aérien». François Hollande doit se dire qu’il est réconfortant de
pouvoir compter sur de « solides » alliés…

Quant aux pays africains, pourtant les premiers concernés, ils ne se bousculent pas. De plus, les contingents que certains finiront tout de même par envoyer et qui seront équipés par la France, ont une valeur militaire « inégale ».

Dans ces conditions, et comme la France ne peut, à elle seule, s’engager dans une opération de « pacification » du sahélistan, que convient-il donc de faire et surtout, de ne pas faire ?

En premier lieu, au moment où l’opposition de «droite » commence à critiquer l’intervention au Mali, il importe de bien rappeler que la France paie en ce moment au prix fort les conséquences de la désastreuse guerre de Libye engagée d’une manière rationnellement inexplicable par Nicolas Sarkozy. Ensuite, quand, au mois de janvier 2012, éclata la crise malienne, l’interventionniste président français resta sans réaction. Alors que
la priorité était tout à la fois de fixer l’abcès afin d’éviter sa dissémination et de s’appuyer sur les Touareg pour « traiter » les groupes islamiques qui, à l’époque, totalisaient moins de 300 combattants, il se replia derrière le principe de l’intangibilité des frontières et camoufla son
indécision derrière l’argument d’une « action » de la CEDEAO. Les islamistes eurent alors tout le loisir de se renforcer.

François Hollande a poursuivi dans la même voie, mais en l’aggravant :

 - refusant les appels au secours des Touareg du MNLA qui furent militairement liquidés par les islamistes, il permit à ces derniers de prendre le contrôle de la plus grande partie de l’Azawad ;

 - affirmant à plusieurs reprises que la France n’interviendrait pas militairement, il encouragea les miliciens à tenter un coup de main sur Bamako, ce qui le condamna à agir dans l’urgence.

 - comme il n’avait pas anticipé une telle action, et comme il n’avait pas pris la précaution d’envoyer sur zone des moyens adaptés, nos troupes furent contraintes d’intervenir avec les moyens légers qui étaient disponibles.

Voilà comment, par la faute des responsables politiques français, un incendie limité et pouvant être rapidement éteint est devenu un foyer régional de déstabilisation.

Ceci étant rappelé, que convient-il désormais de faire ? Cette question débouche sur deux autres : quel est notre objectif et quels sont nos moyens?

Politiquement, et il est désolant de devoir le dire, l’Elysée qui ne sait pas où il va est aujourd’hui pris au piège d’une grave contradiction. En effet, au-delà de la nécessaire éradication des bandes islamistes, la solution du problème est une large autonomie de l’Azawad. Or, les sudistes n’en veulent pas et si Paris leur impose cette option, ils vont se retourner contre la France. A l’image de ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire quand, ayant oublié que l’armée française les avait sauvés du raid nordiste qui allait les balayer, les partisans du président Gbagbo lui ont ensuite reproché de les empêcher de reconquérir le Nord…

Concernant le volet militaire, il est clair que sans une occupation du désert et de ses massifs montagneux, les bandes islamistes éparpillées dans les immensités sahariennes reviendront tôt ou tard. Or, pour contrôler le désert, il faut le tenir, ce qui revient à dire qu’il faut le quadriller avec des postes permanents, une simple surveillance aérienne étant insuffisante. Comme les frontières régionales sont des passoires et que nul n’est assuré d’une franche et totale collaboration de l’Algérie, nous risquerions alors bien des déconvenues.

Dans ces conditions, le plus sage serait de nous borner à sécuriser la vallée du Niger en prenant des précautions particulières dans la région située à l’est de Gao où les dunes arborées sont propices aux embuscades. Afin d’assurer un « glacis » à nos positions sur le fleuve, il conviendra également de surveiller et au besoin de contrôler les grands corridors sahariens qui sont des passages obligés. Pour mener ce type d’action, il sera nécessaire de tenir en réserve des forces spécialisées qui pourront y lancer ponctuellement des raids ciblés destinés à gêner les communications des milices islamistes et leur interdire la création de sanctuaires.

Tout cela demande des moyens considérables ; d’autant plus que la contagion s’étendant vers l’Est, il va falloir également protéger les régions stratégiques du Niger tout en garantissant l’environnement tchadien…Avec un budget de la Défense qui, depuis des années sert de variable d’ajustement pour les dépenses sociales, la tâche paraît hors de portée

La conclusion qui s’impose est donc claire : la France doit, et le plus rapidement possible, faire comprendre à ses « alliés » et aux pays de la zone que si elle n’est pas substantiellement et concrètement épaulée, elle sera contrainte de replier ses forces sur la zone de fracture géo-raciale qui coupe le Mali en deux. Dans ce cas, nous reviendrions alors au point de départ d’une intervention qui n’aura servi à rien puisque la partition du Mali sera confirmée. De plus, comme le réalisme imposera enfin de confier la police du désert aux Touareg, peut-être encadrés par des spécialistes français, solution qui aurait  dû être choisie dès le début de l’année 2012, les populations du Sud dénonceront alors la trahison française… "

Partager cet article

4 commentaires

  1. L’Espagne est la première concernée : elle ne devrait pas oublier qu’elle a un bout de territoire espagnol en plein Maroc. Elle aurait donc tout intérét à aller soutenir la France…

  2. Si nous étions gouvernés … Bernard Lugan devrait être conseiller aux affaires africaines à l’élysée .
    Il n’y a pas en France , à ma connaissance, d’esprit mieux informés et plus lucides sur ce qui se passe là bas .

  3. On a déjà bien du mal à tenir le Frankistan…

  4. Analyse très documentée sur le moyen et long terme.
    Et qui fait penser au rôle de nos unités méharistes et aux goumiers de jadis. Et fait songer au roman de Joseph PEYRE ”L’escadron blanc”…….

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services