Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Bénédiction d’une Croix offerte par Notre-Dame de Chrétienté, installée sur les ruines de l’église de Gas

Bénédiction d’une Croix offerte par Notre-Dame de Chrétienté, installée sur les ruines de l’église de Gas

De Jean de Tauriers, président de l’Association Notre-Dame de Chrétienté :

Chers amis pèlerins,

Nous avons assisté jeudi 20 juin à la messe d’action de grâce à St Odile. L’église était remplie pour remercier la Sainte Vierge d’avoir protégé le pèlerinage de chrétienté, son pèlerinage, cette année encore. Lors de cette soirée Notre-Dame de Chrétienté a l’habitude de communiquer les chiffres définitifs du dernier pèlerinage. Nous étions plus de 14 000 à Chartres cette année, une nouvelle progression très forte ! La croissance moyenne annuelle depuis 5 années atteint près de 10% ce qui est considérable. Les Anges Gardiens (pèlerins non marcheurs) étaient près de 3 000, un chiffre difficile à évaluer tant les initiatives de groupes de prière sont multiples dans différents pays. Enfin, près de 22 000 personnes ont suivi la Sainte Messe du lundi de Pentecôte sur notre site (www.nd-chretiente.com), en direct ou en replay pendant la semaine, ce chiffre est lui aussi en forte progression.

Je tiens à remercier le Père Julian Large, Prévôt de l’Oratoire de Londres, d’avoir célébré la Sainte Messe à Saint Sulpice le samedi. L’accueil du Père Jean-Loup Lacroix dans son église après le drame de Notre-Dame a été particulièrement chaleureux et nous l’en remercions ainsi que Monseigneur Leproux pour ses mots « sois fort et garde courage ! » qui ont accompagné nos pèlerins pendant les 3 jours. La messe d’Igny pour les chapitres Familles, Pastoureaux et Enfants a été célébrée par l’abbé Guilhem de Labarre, aumônier du Service d’Ordre. Nous avions également la très grande joie d’avoir comme célébrant du dimanche de Pentecôte le Prieur du Monastère de La Garde, le Très Révérend Père Marc. Tous les amis de Notre-Dame de Chrétienté connaissent l’amitié bénédictine que nous entretenons depuis 37 ans. Le dimanche soir, le Salut du Saint Sacrement était célébré par l’abbé Jean-Raphaël Dubrule des Missionnaires de la Miséricorde Divine. Le Saint Sacrement exposé, la fatigue, la nuit, le sacrement de confession, la consécration à Notre Dame, les mots du célébrant élèvent nos âmes vers Dieu dans un moment particulier. Le lendemain, Monseigneur Léonard, primat émérite de Belgique et archevêque émérite de Malines-Bruxelles, a célébré la Sainte Messe du lundi de Pentecôte devant Monseigneur Christory qui avait tenu à marcher avec les pèlerins le dimanche après-midi. Je les remercie de tout cœur. Enfin, je n’oublie pas dans ces remerciements Monseigneur Rougé, évêque de Nanterre, qui a accueilli les pèlerins de passage sur son diocèse au parc Sellier du Plessis-Robinson.

Parmi les événements marquants du pèlerinage, l’abbé Garnier a béni une Croix (offerte par Notre-Dame de Chrétienté) installée sur les ruines de l’église de Gas en présence de Madame le Maire et une partie du Conseil municipal. Quel beau symbole que cette Croix bénie un lundi de Pentecôte sur les ruines d’une église ! De ce bourg de Beauce nous pensions à Notre-Dame de Paris en feu et bien sûr à la symbolique de notre société chrétienne à reconstruire.

Très souvent, je suis interrogé sur les raisons du développement numérique du pèlerinage de chrétienté. Pourquoi tant de monde ? Comment de jeunes pèlerins « de nos jours ! » acceptent-ils de donner 3 jours pour un pèlerinage ? « Et pourquoi acceptent-ils d’assister à une liturgie médiévale sans comprendre un mot de latin ? »

Ces questions me font penser à ce commentaire d’un évêque rapportant avec humour que de nos jours « les jeunes veulent assister à la messe tridentine, ce sont les plus de 60 ans qui préfèrent la messe des jeunes du samedi soir ».

A ces questions habituelles, j’aime bien d’abord répondre que le pèlerinage s’adresse à tout le monde. De nombreuses familles se rassemblent au cours du pèlerinage sur les bivouacs, les haltes et pendant la marche. Notre-Dame de Chrétienté réunit ainsi toutes les générations, même si tout le monde n’a pas la capacité physique de marcher 100 km en trois jours. J’essaie aussi de faire comprendre que la raison de notre grand nombre est aussi limpide que le célèbre mot de Saint Augustin « Vous nous avez fait pour Vous, ô mon Dieu, et notre cœur est inquiet tant qu’il ne repose pas en Vous ». Notre époque athée et matérialiste ne comble en rien le cœur de l’homme qui est, aujourd’hui comme hier, assoiffé de Dieu. Sur la route de Chartres, le pèlerin cherche Dieu, veut entendre parler de Lui, se réconcilier avec Lui. Parfois, le pèlerin vient pour une seule rencontre avec un prêtre. Parfois, une simple discussion avec son chef de chapitre sera providentielle. Les histoires du pèlerinage, comme nous le disons à Notre-Dame de Chrétienté, sont innombrables. Le cadre traditionnel (liturgie, doctrine, catéchisme, …) qui étonne tant nos zoïles n’est donc pas une barrière mais un écrin.

Cher ami lecteur, si tu ne me comprends pas, la seule solution est de t’inscrire comme pèlerin de Chartres en 2020 !       

Notre prochain grand rendez-vous sera la Journée d’Amitié Chrétienne qui vient remplacer l’habituelle Université d’Automne. Cette Journée se tiendra le 16 novembre 2019 à Sainte Odile (XVIIème arrondissement de Paris). Suivez bien les informations sur notre site car nous aurons cette année des invités exceptionnels. Cette journée sera l’occasion de nous rencontrer, de parler de l’avenir de Notre-Dame de Chrétienté mais aussi de préparer le quarantième anniversaire du pèlerinage de chrétienté qui approche rapidement, en 2022 si Dieu le veut.

Notre-Dame de Chrétienté vous souhaite un bel été, reposant pour ceux qui peuvent prendre des vacances. Restons unis par la prière.

Notre-Dame de la Sainte Espérance, convertissez-nous.

Partager cet article

1 commentaire

  1. Il faut préciser que le bivouac du dimanche de Pentecôte lors du pèlé est situé sur ladite commune. C’est donc également un lieu symbolique.

Publier une réponse