Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Barack Obama plus à droite que Marine Le Pen ?

C'est la présidente du FN qui l'affirme :

O "Obama, il est plus à droite que moi. Son grand acte en matière sociale, c'est de mettre la sécurité sociale. Moi, je vais beaucoup plus loin que ça".

"Si j'étais socialiste, j'aurais voté Montebourg. Montebourg est le plus proche, dans les socialistes, de la vision que nous avons. Même s'il ne va pas au bout de sa logique"

Partager cet article

18 commentaires

  1. je ne savais pas que mettre la sécu c’était être de droite, mais bon on en apprend tous les jours!

  2. Oui, elle l’affirme elle-même et elle ne le cache pas. On sait bien maintenant depuis particulièrement un an que Marine Le Pen n’est pas celle que les véritables patriotes catholiques attendent.
    Arrêtons, arrêtons de croire que le FN changera les choses ! Ce parti laïcard jacobin et populiste ne représente plus le Peuple Patriote. Seul le Parti de la France aujourd’hui peut assurer la relève même si quelques uns se moqueront de la petitesse de ce parti… Et alors ? Depuis quand la majorité a raison ? Non, le FN réac’ est MORT, il faut désormais s’organiser derrière d’autres structures.

  3. Pas rassurant d’autant plus que c’est elle qui le dit !

  4. Un peu boutade. Obama part d’un système très peu sécu (il n’ont pas eu le front popu), donc il en est à essayer d’avoir une couverture universelle.

  5. Propos incompréhensibles. Procédé (la citation) pas toujours fiable et souvent utilisé par certains de manière peu scrupuleuse…

  6. Cette stratégie de gauchisation est fort déplaisante mais elle a le mérite de la clarté : où voit où se situe réellement Marine Le Pen.
    J’ajouterais que la surenchère médiatique ne donne pas forcément la victoire électorale. Aux dernières élections : 2 cantons remportés au lieu des 50 annoncés par Louis Aliot, le tout sur 2034 cantons renouvelables…
    Quel est le candidat de la vraie droite pour 2012 ?

  7. C’est bien le problème, justement ! On regrette que le FN soit si « socialiste ».
    Le « social » doit être utilisé avec une grande prudence et beaucoup de parcimonie. Ou alors il détruit le sens de la dignité, de la responsabilité et du devoir des citoyens, en plus de plomber financièrement le pays.

  8. Pour faire suite à mon précédent message, je viens de lire ceci dans Le Figaro de ce jour : « Si globalement la cote de confiance du chef de l’État enregistre une légère baisse, certains indicateurs repartent au vert et changent la donne. C’est auprès des sympathisants du Front national que Nicolas Sarkozy enregistre sa plus forte progression (+13 points) ce mois-ci. Comme si son activisme pour tenter d’endiguer la crise financière était jugé plus favorablement que ses déclarations l’année précédente sur la sécurité. Autre bonne nouvelle en parallèle, la chute de la cote de confiance de Marine Le Pen. En perdant 6 points en un mois, la patronne du FN montre les limites de sa stratégie ».
    Je ne m’en réjouis pas, mais je constate que Sarko va droitiser son discours quand Marine va gauchiser le sien… 2012 = 2007 bis ?

  9. he oui la sécu date de 45 donc c’est bien de droite ! le général n’étant pas gauchiste pour deux sous ! incultes
    [Pas vraiment. L’étatisme est une notion jacobine à laquelle le général s’est rallié en 1945 comme cela a été expliqué ici :
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2010/10/a-la-source-de-la-s%C3%A9curit%C3%A9-sociale-de-letat-providence.html
    MJ]

  10. vous avez sans doute raison jean-pierre. Elle est en train de commettre la même erreur stratégique que le FN en 2007. Dramatique.

  11. Il me semble que nous serions bien inspiré d’étudier les idées frontistes sur le fonds plutôt que de diséquer des formules déconcertantes.
    La maison brule ! je vous rappelle que la guerre civile nous menace ! Il est urgent que le FN malgrè ses imperfections redresse la barre.
    Je respecte ceux qui s’engage au PDF mais j’ai la conviction que nous n’avons plus le temps étant donné la situation du pays de nous lancer dans des avantures électorales sans lendemain. Le FN à mit 10 ans à emerger nous ne pouvons pas nous permettre de perdre 10 ans. La rigeur des principes c’est bien jolie mais la maison brule !
    Quand à ceux qui ne croie plus à la solution électorale, il doivent bien conprendrent qu’il renonce à résoudre pacifiquement le problème de l’immigration. Les élections engage les générations futures ne l’oublions pas…
    [On veut bien les étudier.
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/01/la-d%C3%A9rive-%C3%A9tatiste-de-marine-le-pen.html
    MJ]

  12. C’est stupide de rebondir sur les mots comme vous le faites. Marine Le Pen veut simplement dire qu’elle n’est pas d’extrême droite.
    Ne confondez pas politique sociale et politique socialiste. L’Eglise aussi a une doctrine sociale.

  13. Je crois que les propos de Marine Lepen sont mal interprétés. Elle a entreprit tout un travail de dédiabolisation du FN. Je ne crois pas que ce soit les idées qui changent, mais simplement l’enrobage.
    On taxe le FN d’être un parti anti-républicain ? Très bien répondons haut et fort vive la république une et jacobine.
    On taxe le FN d’homophobie ? Très bien soyons pour les unions homosexuelles.
    On taxe le FN d’être à l’extrême-DROITE ? Très bien répétons que nous partageons des points de vues communs avec Montebourg ou Chevènement.
    Etc.
    Je crois + en une stratégie pour tirer la couverture médiatique sur elle et pour se faire accepter et représenter par eux, qu’une réelle conviction socialisante de la part de Marine Lepen.
    [Si la FN est jacobin, pro-homo et en convergence avec Montebourg, pour des raisons d’image, comme vous dîtes, je ne vois pas vraiment sa raison d’être. MJ]

  14. La citation que vous faites des propos de M LP est  »cisaillée » par un  »blanc » : elle laisse croire que M LP s’aligne sur MONTEBOURG sur les questions sociales. Or si on lit LE MONDE c’est sur la question de la mondialisation financière qui nuit aux salaires et aux entreprises françaises que M LP approuve la position de MONTEBOURG : le collage des deux phrases après l’évocation de la secu universelle d’OBAMA crée une ambiguïtéen laissant entendre que M LP approuve la politique sociale du PS.
    Quant à la citation d’un article sur la dérive laïciste comme seule analyse du programme du FN c’est plus que schématique, car cet article commettait un contresens : il s’agit de séparer les lobbys de l’Etat, dont celui de la communauté musulmane qui empiète de plus en plus sur l’espace public, et non de lutter contre le catholicisme ou les corps sociaux naturels dont aucun n’est désigné dans ce discours du 1er Mai comme devant être soumis à l’Etat. Pour rappel, l’Etat est en France une composante historique, dès la monarchie et particulièrement Louis XIV, ce qui explique la suite de notre histoire, y compris la révolution de 1789, si monarchique à bien des égards.
    Cependant, il y a un grand danger politique de la part de M LP a tenir cette position très étatiste : car les classes moyennes qui avaient quitté le vote FN en 2007 au vu de la promesse sarkozienne de rupture avec le socialisme, risquent de ne pas revenir vers le FN. Elles ne sont pas devenues socialistes entre temps, et au contraire beaucoup de Français ont compris que l’Etat corrompt beaucoup de ce qu’il touche, y compris la protection sociale, santé et retraites comprises. Mécontentes du peu qu’a fait Sarkozy, elles lui savent grès d’avoir fait qq réformes : c’est ainsi.
    Donc, la rupture avec le socialisme et l’étatisme redistributeur et interventionniste qui est à l’origine de la crise (et non  »l’ultralibéralisme » que tout le monde met en accusation et qui n’a jamais existé) demeure plus que jamais d’actualité : sinon gagner les élections pour laisser en place les institutions fondée en 1945 par THOREZ, et dont vit la gauche depuis n’a aucun sens.
    La vraie laïcité consiste aussi à rendre eaux Français la gestion de leur protection sociale : le Chili l’a fait et malgré la crise financière, le système de retraites chilien n’est pas en difficulté. Idem dans beaucoup d’autres pays.
    Le FN devrait ne pas oublier que chaque fois qu’il se rallie au modèle Vème République (ce qu’il avait fait entre 1988 et 1995), il stagne : son populisme réside dans sa capacité de contestation du modèle de la Vème issu de 1945, et non dans un ralliement qui n’est pas absolument nécessaire électoralement. Car les milieux marqués historiquement par la gauche qui votent FN le font sur la question de l’insécurité et de l’immigration et du mondialisme euro fédéral : ils réclament la protection d’un Etat fort e et libre de toute allégeance, et non plus de socialisme. Eux aussi savent que l’Etat n’est pas efficace.
    Le FN court le risque d’ouvrir une belle part de marché électoral à Sarkozy. Certes il faut obtenir les 500 signatures, mais il ne faudrait pas que ce soit pour ne  »parler » ensuite qu’à un électorat ayant éjecté les classes moyennes.
    [Le lien vers Reuters est plus complet que celui vers Le Monde. Le propos de MLP laisse quand même beaucoup d’ambigüités sur sa position étatiste, telle qu’elle a déjà été analysée. MJ]

  15. @ MJ
    Il est de fait que les mots ont un poids et que le vocabulaire est une arme à double tranchant, qui souvent finit par masquer les vraies propositions programmatiques, beaucoup moins étatistes sur le plan des entreprises que ne peut le laisser croire qq citations médiatiques de M LP : mais le danger de certaines expressions est qu’elles peuvent séduire une partie de l’électorat et en faire fuir une autre.
    Je constate autour de moi que les classes moyennes (hautes ou basses) sont qq peu effrayées par la proposition de quitter l’Euro sans délai et par l’affirmation d’un Etat demeurant dans le cadre socialo-communiste de 1945. Mais une impression personnelle n’est pas toute la réalité.

  16. @domi
    Relisez vos livres d’histoire : n’est-ce pas De Gaulle qui a fait rentrer les communistes au gouvernement ?

  17.  » Montebourg est le plus proche, dans les socialistes, de la vision que nous avons « .
    Le propos de Marine Le Pen est très clair. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Marine Le Pen fait un appel du pied en direction des jeunes loups socialistes. Il y a quelque temps, c’était Manuel Valls au sujet de la polémique suscité par F. Mitterand, ou bien celle plus récente de E. Joly (il suffit d’ailleurs de consulter les blogs favorables à Marine Le Pen pour retrouver tous ces éléments).
    Idéologiquement, cette tentative est une erreur. En tout cas du point de vue national et catholique. En effet, la gauche véhicule les pires théories politiques et sociologiques. Entre autres, je nommerais l’antiracisme, machine de guerre contre l’identité française et les Français. Comment Marine Le Pen peut-elle être crédible en adversaire résolue de l’immigration dont souffrent les Français quand elle flirte avec les socialistes ? (Je ne parle pas des points non-négociables car Marine Le Pen ne définit pas son action politique par rapport à eux et ne se différencie pas des autres politiciens actuels).
    Stratégiquement, cette tentative est une erreur, en conséquence. Il est évident, et cela a déjà été écrit par les rédacteurs et les commentateurs de ce blog, que Nicolas Sarkozy va refaire le coup de 2007. Le président de la République va droitiser son discours pour motiver l’électorat de droite classique et capter les voix de l’électorat populaire national. Le peuple, ou les « classes populaires », pour parler comme les gauchistes, a quasiment déserté les partis de gauche qui s’appuient sur les syndicats, les immigrés réguliers (se rappeler que 80% des musulmans ont voté socialiste en 2007), sa clientèle électorale de ses différents bastions, et sur les bobos. Il ne s’agit donc pas du même électorat. L’électeur de base du Front National tient en horreur les milliardaires et les idéologues du PS, tout comme ses électeurs emblématiques (immigrés, bobos, syndicalistes affairistes). Les discours et les affiches électorales mis au point par la direction de campagne de 2007 ont eu un effet désastreux sur le scrutin comme cela a été largement expliqué ici comme ailleurs.
    La posture de Nicolas Sarkozy, aussi artificielle et mensongère soit-elle, résonnera donc beaucoup plus clairement dans l’électorat populaire national que les salamalecs de Marine Le Pen à l’égard des dirigeants du Parti socialiste. Cela a déjà commencé (voir le Figaro d’hier). Marine Le Pen n’a donc pas tiré les leçons de ses échecs passés. A moins que sa stratégie tienne à des convictions personnelles qu’elle veut mener jusqu’au bout. Dans ce cas, comme dit MJ, le FN n’a plus de raison d’être.

  18. Deux points rapides mais graves:
    De Gaulle a passé une alliance de fond et de long terme avec le communisme international, la complicité des deux a été catastrophique pour le pays( un Yalta intérieur pour faire court, pas moins que cela)
    La mère Le Pen n’aura plus les suffrages des citoyens de droite informés et connaissant l’histoire…et l’économie
    La démagogie vulgaire n’ouvre pas les portes d’un parcours politique glorieux ou même simplement honnête.

Publier une réponse