Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Baisse du nombre d’adoptions en France

A Plus de 20 000 familles sont en attente d'un enfant et seulement 726 enfants ont été adoptés en 2008. Le rapport de l'Académie de médecine constate : entre 1985 et 2008, le nombre d'adoptions nationales a chuté de 1749 à 726, tandis que, dans le même temps, l'adoption internationale passait de 960 à 3160, avec un pic de 4136 en 2005.

A quand l'adoption comme alternative à l'avortement ?

Partager cet article

10 commentaires

  1. Très sincèrement, Michel, je suis très hostile au concept même de l’adoption. Surtout lorsque je sais que 75% des enfants adoptés ne sont pas européens. C’est une immigration extra-européenne qui se rajoute à la présence déjà bien trop important de populations allogènes en Europe. Cela ne me choquera pas qu’on interdise par la loi ce genre de choses.
    En revanche, mettre en place une forme de tutorat citoyen afin de prendre en charge des enfants européens non désirés, aider financièrement les femmes européens qui souhaiteraient avorter à choisir de ne pas le faire, cela ne me choquerait pas. Il faut que le natalité européenne remonte au moins jusqu’à 2.1 enfants/femme.
    Je précise que cette politique démographique, je ne la conçois pas comme vous sur un plan moral (ou spirituel).
    Bien cordialement.

  2. Surtout qu’une députée PS de Bretagne a dit que ce n’était pas la filiation biologique qui importait, mais bien la filiation sociale (à propos des dons de gamètes…).
    Il faudrait donc la prendre au mot et lui dire : alors ? que faites-vous pour développer l’adoption ?

  3. C’est l’occasion ou jamais d’illustrer cet article avec ce fameux dessin de Konk :
    http://dessins.de.konk.free.fr/calibrage/calibrage665.jpg

  4. @ Monsieur FERRIER
    Comment écarter l’aspect moral de cette garve question? Comment ne pas favoriser l’adoption comme réelle alternative à l’avortement. J’avoue être totalement choqué de vos propos, même si venant du PSUNE cela n’est guère surprenant.
    Au-delà de l’aspect démographique, ou de la crainte de voir se créer une immigration extra-européenne (vous n’avez pas peur d’exagérer…), l’adoption permet de donner à un enfant la possibilité de s’épanouir dans uen famille, avec la sécurité que cela implique.
    Il est cliar que la famille reste le lieu le plus favorable à l’épanouissement de l’individu, et l’idée d’un tutorat citoyen paraît pour le moins suspect.
    Certes l’adoption n’est pas une option facile, et elle apporte son lot de difficultés, mais elle est une chance pour un enfant de pouvoir vivre, et c’est bien là l’essentiel

  5. @ Thomas Ferrier : vous rendez-vous compte de ce que vous dites ???
    Désolé de vous le dire mais ceci est totalement contraire à la foi catholique…
    Pour vous un petit Chinois, un petit africain, un petit Russe, un petit Colombien élevés dans la foi catholique ne vous plaisent pas ???
    Et un petit Français de souche musulman trouve-t-il grâce à vos yeux ?
    L’adoption est un don de parents à un enfant qui n’en a pas ou plus. C’est la rencontre de l’amour d’un couple généralement privés d’enfants et de l’amour d’un enfant privé de parents.
    Rappele-vous l’exemple de Joseph et de Notre Seigneur Jésus-Christ…

  6. Je suis pour que le principe d’ascendance soit respecté de manière absolue, car on ne devient pas ce que l’on n’est pas. Cette pratique “romaine” d’adoption, que les Grecs ignoraient fort heureusement, me choque, surtout qu’elle a comme conséquence fâcheuse qu’on confère à de jeunes étrangers notre nationalité. Je considère que la citoyenneté doit reposer sur un strict ius sanguinis, et je dis bien strict, ce qui signifie que ses deux parents biologiques doivent être eux-mêmes citoyens. L’adoption ne respecte pas ce principe fondamental, d’où mon opposition totale à ce concept.
    En revanche, il est normal de prendre en charge les orphelins de notre peuple. Dans ce cadre, je préfère le terme de “tutorat”.
    Par ailleurs, cher PE, je ne me suis pas présenté sous des traits hypocrites. Je n’ai pas caché mes convictions personnelles sous un faux nez.
    Cordialement

  7. Ayant, avec mon épouse, adopté 3 petits Vietnamiens (âgés de 15 ans pour nos jumeaux et de 12,5 ans pour notre fille), certains de vos propos me font frémir. Plus français que nos enfants, tu meurs comme dirait l’autre!
    Au delà de ça, il y a que le conseil général de Metz ne nous a pas donner le choix en arguant du fait que nous étions trop vieux, et que la proposition de tutorat que nous avions faite auprès des Orphelins Apprentis d’Auteuil nous a été catégoriquement refusée.
    Le problème français est que notre société privilégie le lien biologique ce qui a pour conséquence de rendre les adoptions plénières très difficiles. Et il faut savoir que l’adoption simple ne confère absolument pas les mêmes droits que ceux des enfants naturels.

  8. —Comment écarter l’aspect moral de cette grave question?—
    Parce que, selon mon humble avis, le bien commun, auquel les hommes politiques doivent (devraient) se soumettre peut nécessiter des actions dépassant les normes traditionnelles.
    —Comment ne pas favoriser l’adoption comme réelle alternative à l’avortement. —
    Remplacez “adoption” par “tutorat”, réservez ce dernier aux européens, et je serai plutôt d’accord avec vous.
    Sur la question plus que polémique de l’avortement, pratique vieille comme Hérode, il faut proposer des alternatives à cet acte qui est tout sauf anodin, des aides d’état par exemple. On ne pourra pas l’empêcher et la prohibition ne le supprimerait pas et aurait selon moi des effets hétérotéliques.
    Le seul avortement que je trouve légitime, même si je me doute que vous ne serez sans doute pas d’accord, avec l’avortement thérapeutique. Mes convictions personnelles, qui convergent avec les lois romaines des douze tables en ce domaine, sont compatibles avec ce dernier cas.
    Ce n’est que mon avis, je ne me prétends nullement un moralisateur, mais je le défends.
    Sur ces questions, je m’efforce d’être nuancé et ouvert aux arguments d’autrui.
    Bien cordialement
    J’avoue être totalement choqué de vos propos, même si venant du PSUNE cela n’est guère surprenant.
    Au-delà de l’aspect démographique, ou de la crainte de voir se créer une immigration extra-européenne (vous n’avez pas peur d’exagérer…), l’adoption permet de donner à un enfant la possibilité de s’épanouir dans uen famille, avec la sécurité que cela implique.
    Il est clair que la famille reste le lieu le plus favorable à l’épanouissement de l’individu, et l’idée d’un tutorat citoyen paraît pour le moins suspect.
    Certes l’adoption n’est pas une option facile, et elle apporte son lot de difficultés, mais elle est une chance pour un enfant de pouvoir vivre, et c’est bien là l’essentiel

  9. @ Jacques de Metz
    Vous avez votre avis et j’ai le mien. Mon “sacerdoce” c’est de défendre les Européens et mon combat c’est que l’Europe demeure ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être. Vous avez pleinement le droit de ne pas partager cette vision des choses.
    Croyez bien qu’aux affaires vous auriez eu votre autorisation de tutorat. En revanche, vous n’auriez pas eu d’alternative.
    J’ai choisi de défendre une vision strictement eurocentrée des choses et je l’assume. Je défends le principe d’ascendance de manière absolue. Comme dans l’Athènes classique où seuls les enfants nés de deux parents citoyens dûment mariés en conformité avec les lois de la cité étaient citoyens. Qui est le véritable principe républicain et démocratique en matière d’accès à la citoyenneté.
    Pour moi, c’est un principe intangible. Nul ne peut devenir ce qu’il n’est pas et seuls les ayant droits naturels (patris matrisque) devraient pouvoir être citoyens.

  10. Juste une légère petite remarque pour Jacques …
    —que notre société privilégie le lien biologique—
    Justement, là où nous divergeons également est sur ce point. Vous déplorez que notre société le privilégie. Je déplore qu’il ne le soit pas assez, justement. Si ce lien avait été intangible, nous serions encore dans une Europe européenne… ce qui n’est pas le cas, comme le déplorent il me semble une majorité des lecteurs de cet excellent blog, certes d’une autre “confession” que le mien.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]