Baisse constante des résultats en orthographe

C'est le ministère de l'éducation nationale qui le reconnait :

" Selon le ministère de l'Education, le nombre d'erreurs en moyenne sur une dizaine de lignes est passé de 10,7 en 1987 à 14,7 en 2007*. Dans le même temps, le pourcentage d'élèves qui faisaient plus de 15 fautes est passé de 26% à 46%. Trop beaucoup, trop pour le gouvernement qui tire la sonnette d'alarme. Mot d'ordre : il faut renforcer l'enseignement de l'orthographe à l'école.

Ainsi, le ministère va adresser une circulaire dans les prochains jours à tous les enseignants des écoles primaires pour définir les principes destinés à favoriser l'apprentissage de l'orthographe. "L'orthographe doit constituer un enseignement spécifique et doit s'apprendre à partir de notions claires ayant leurs propres règles permettant aux élèves de mieux comprendre et de rédiger des écrits", explique la rue de Grenelle dans son communiqué. "Enfin, elle doit s'enseigner de manière complémentaire à la grammaire et au vocabulaire."

Alors que les jours de Luc Chatel sont désormais comptés à la tête du ministère, ne s'agit-il pas encore d'une annonce électoraliste, à quelques jours du premier tour ? Un jour, le Baiser de lune est autorisé pour séduire un certain électorat et, un autre jour, l'orthographe devient un sujet de préoccupation pour en séduire un autre… Et à quand l'abandon réel de la méthode globale pour l'apprentissage de la lecture ?

9 réflexions au sujet de « Baisse constante des résultats en orthographe »

  1. C.B.

    Sachant que lors du concours de recrutement de professeur des écoles il est fréquent de trouver 3 fautes par page…
    Sachant qu’un étudiant en Master 1 (quatrième année d’études supérieures) fait facilement six fautes par page dans un document réalisé en temps libre chez lui [petit échantillon: “avec des régles définis (sic) seulement…”, “L’exercice a était (sic) plutôt bien réussi “] …
    Cette injonction a peu de chance d’être suivie d’effet.

  2. btk

    … de l’efficacite des maitres ou instituteurs… qui sont devenus des ‘professeurs d’ecole’ ; il serait peut-etre interessant de revenir a la bonne ‘Ecole Normale’, formatrice de generations de maitres soucieux de leur mission

  3. rom dyli

    Quand on pratique plusieurs langues, on peut reconnaître les difficultés de chaque langue. Le Français, bien qu’ayant une grammaire “plus facile” que les langues slaves ou germaniques (car elle ne possède pas de déclinaison), a un orthographe bien plus dur. En effet, on écrit des lettres que l’on ne prononce pas à l’oral.
    En voulant faire l’impasse sur l’orthographe, on a retiré au Français sa principale difficulté…

  4. F.A.

    Comment ai-je appris à lire et à aimer l’orthographe ? Alors que je n’avais pas encore l’âge d’aller à l’école maternelle, j’aimais jouer avec mes petites billes sur le tapis du salon, juste à l’heure où mon papa regardait le jeu télévisé «Des chiffres et des lettres». De temps en temps, je jetais un coup d’œil sur l’écran. Un beau jour, mes parents se sont aperçus que je lisais couramment. Un grand merci à Armand Jammot pour sa méthode ludique et efficace, qui n’a strictement rien à voir avec la méthode globale !

  5. joseph

    Pour apprendre à écrire il faut que les enfants lisent . A l’école , il faut revenir à la leçon de grammaire , à la leçon d’orthographe et aux …dictées !
    Il faudrait aussi que les PE (prof. des écoles) y compris les directrices sachent écrire sans faire des fautes !

Laisser un commentaire