Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Bafweb calomnié par un député suisse

L’intrépide Adrien de Riedmatten, de Bafweb, est allé chatouiller des députés ("conseillers nationaux") du parti des Verts, auquel il demandait des comptes pour leur participation à une manifestation "où flottaient les bannières du Hezbollah."

L’un des intéressés s’est fendu, en représailles, d’une tribune dans le grand quotidien alémanique Tages Anzeiger, qui peut se résumer ainsi : "Bafweb n’a pas de leçon à donner. Pourquoi ? Parce qu’il est antisémite. Comment je sais qu’il est antisémite ? Parce qu’il est de droite."

Toute l’affaire ici.

Henri Védas

Partager cet article

5 commentaires

  1. c’est vrai qu’il y a beaucoup de juifs qui s’enfuient quand ils apprennent que vous êtes de droite. Seraient-ils donc tous de gauche?

  2. Loin de là! S’il ne fallait en citer qu’un seul, voyez Jakob Talmon, qui, dans “la démocratie totalitaire” (Paris, Calmann-Levy 1966), a lumineusement montré comment la pensée de Jean-jacques Rousseau contenait en germe nazisme et communisme.
    Cependant, nos “naintellectuels” de gauche n’ont d’autre secours, une fois qu’ils rencontrent une contradiction véritable, que d’accuser leur opposant d’hostilité au peuple d’Israel.

  3. Staline et les communistes russes étaient notoirement antisémites.
    Donc Staline et ses communistes sont de droite, et moi je suis à l’extrême gauche puisque que je ne suis pas antisémite (ma religion me l’interdit…)
    C.Q.F.D.
    Ca fait partie de la “dialectique” grâce à laquelle nos bonnes consciences (de gauche, bien sûr) peuvent démontrer tout et le contraire de tout.

  4. Bafweb n’est pas antisémite! comment peut-on énoncer une telle stupidité?

  5. antisémite, c’est le mot qui tue. Ca ne recouvre rien, et ça suffit. C’est devenu une insulte comme une autre. Mais punie gravement, elle. Pas comme “idiot” ou “imbécile” qui sont des mots “défouloirs” (pas gentils, mais “défouloirs”).
    Comme une bombe, ça tue avant qu’on ait compris de quoi il s’agissait. Comme après une bombe, on ne s’en relève jamais.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services