Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Avortement : le cardinal Bergoglio défendait aussi la “cohérence eucharistique”

Avortement : le cardinal Bergoglio défendait aussi la “cohérence eucharistique”

Dans la polémique entre les évêques américains et Joe Biden sur la communion eucharistique, il est assez divertissant de voir que certains appuient leur demande de “cohérence eucharistique” pour les politiques sur le Document d’Aparecida de 2007, dont le rapporteur n’était autre que le cardinal Bergoglio, aujourd’hui pape François. Ce document demandait que ceux qui, bien que se réclamant du catholicisme, promeuvent des lois en faveur de l’avortement ou l’euthanasie, ne reçoivent pas la communion. C’est le numéro 436 du document final :

Nous espérons que les législateurs, les gouvernants et les professionnels de la santé, conscients de la dignité de la vie humaine et de l’enracinement de la famille dans nos peuples, la défendent et la protègent contre les crimes abominables de l’avortement et de l’euthanasie ; c’est leur responsabilité. Pour cela, devant des lois et des dispositions gouvernementales qui sont injustes à la lumière de la foi et de la raison, on doit favoriser l’objection de conscience. Nous devons nous tenir à la “cohérence eucharistique”, c’est à dire, être conscients que l’on ne peut pas recevoir la communion sacrée et au même moment, agir en actes et en paroles contre les commandements, en particulier quand on soutient l’avortement, l’euthanasie et d’autres délits graves contre la vie et la famille. Cette responsabilité pèse de manière particulière sur les législateurs, les gouvernants et les professionnels de la santé.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Le Pape François a toujours été très clair dans son opposition à l’avortement. Il a même dit que c’était “une horreur” au congrès des gynécologues catholiques italiens

  2. En fait, le refus de l’eucharistie à un catholique en état de péché ‘mortel’ est un acte de miséricorde: il rajouterait le blasphème à son péché. C’est le cas des promoteurs de l’avortement, excommuniés de facto (latae sentenciae, CEC 2272).
    C’est aussi un acte pédagogique, pour rappeler au pécheur la gravité de sa faute et l’inviter à la repentance et la conversion.
    Question: l’actuel occupant de la Maison Blanche entendra-t-il cette invitation pressante (pour son salut)? Cela peut être difficile et son temps est compté.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]