Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / France : Politique en France / L'Eglise : François

Avortement en Andorre : bras de fer entre la France et le Saint-Siège ?

Avortement en Andorre : bras de fer entre la France et le Saint-Siège ?

Le régime de l’Andorre est la coprincipauté parlementaire, entre l’évêché d’Urgell et le comte de Foix. D’après la constitution, les coprinces sont l’évêque d’Urgell et le président de la République française. Leurs pouvoirs sont égaux et procèdent de la Constitution. Le coprince espagnol est actuellement Mgr Joan-Enric Vives i Sicília et le coprince français est actuellement Emmanuel Macron. Le pouvoir exécutif est assuré par le chef du gouvernement, actuellement Antoni Martí.

Depuis quelques semaines, le débat sur l’avortement fait rage en Andorre. Des manifestations se sont déroulées pour la première fois fin septembre.

Le Saint-Siège a adressé une mise en garde aux autorités andorranes. Le souverain pontife a téléphoné au chef du gouvernement Antoni Martí : si l’avortement est légalisé, le Vatican ordonnera l’abdication de l’un des deux co-princes d’Andorre, l’évêque de la Seu d’Urgell.

Une solution a été imaginée par certains élus : que l’on fasse comme dans les années 90 où seul le co-prince français avait  signé la légalisation du divorce. L’évêque d’Urgell s’était en quelque sorte abstenu. Mais sur l’avortement, pas question de répéter ce scénario a prévenu le pape François. L’évêque de la Seu d’Urgell a confirmé en déclarant que l’avortement était un poison pour la principauté.

Le député LREM des Pyrénées Orientales Laurence Gayte a posé une question écrite, à l’assemblée nationale, au ministre des affaires étrangères :

En tant que membre de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale et en tant que députée d’un département ayant une frontière commune avec la Principauté d’Andorre, Mme Laurence Gayte appelle l’attention de M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la pénalisation de l’avortement en Andorre. En effet, l’Andorre est l’un des derniers États d’Europe – avec Malte, Saint-Marin et le Vatican – à interdire l’avortement, y compris en cas de viol, d’inceste, de maladie ou malformation du fœtus, ou de danger pour la vie de la mère. L’avortement y constitue un délit passible de six mois d’emprisonnement pour la femme enceinte, et de trois ans de prison et cinq ans d’interdiction d’exercice pour le médecin qui pratique l’intervention. Chaque année, des andorranes souhaitant avorter se rendent en Espagne ou en France, pour un coût variant de 600 à 1 000 euros. Certaines d’entre elles ne pouvant payer cette somme, recourent à des méthodes d’avortement peu sûres ou clandestines. Le 28 septembre 2018 (journée mondiale du droit à l’avortement), de nombreuses andorranes ont défilé dans les rues d’Andorre-la-Vieille afin de demander la dépénalisation de l’avortement dans leur pays. Elle souhaiterait savoir la position de la France sur cette question.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Que vaut la vie d’un petit dans le ventre de sa mère ?
    Entre le zéro et l’infini selon les coeurs des parents !
    La punition juridique est donc extrêmement difficile à évaluer.
    Mais une interdiction est souvent source de paix intérieure car donner le pouvoir de vie ou de mort aux adultes c’est un fardeau qui dure au delà de la vie
    Le roi David avait compris cela !

  2. Combien de temps la principauté va t-elle pouvoir tenir, face aux moyens colossaux dont disposent les mondialistes destructeurs ? Je ne me fais aucune illusion sur les conséquence du débat sur la question, si débat il y a, parce que les gauchistes ne veulent pas de débat ni de dialogue, mais seulement une tribune ?

  3. toujours les mêmes arguments, viol ou manque de moyen pour avorter en Espagne

    combien d’avortements suite à un Viol?
    combien d’avortements clandestins?

    et pour désinformée encore plus on refuse de traiter des conséquences des avortements pour la femme, pour la famille!!!!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique