Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Avec Anish Kapoor, revoilà Fabienne Brugère

L'idéologue de service, que certains à la Conférence épiscopale avaient souhaité inviter pour former les délégués diocésains à la famille (!), défend Anish Kapoor dans Libération :

"[…] Je crois qu’au cœur de la lecture proposée par Kapoor, il y a la Révolution française et l’idée de l’installer au cœur de Versailles. Ce n’est pas un hasard si son exposition s’étend jusque dans la salle du serment du jeu de paume, avec une installation articulée autour d’un canon ! […]

"Et je crois que le fait que des groupes constitués puissent ainsi se prêter à des critiques extrêmement violentes, d’œuvres que souvent ils ont à peine ou pas vues, traduit un moment soit de crise d’une civilisation, soit de transition civilisationnelle – ce qui n’est d’ailleurs pas incompatible. Ces groupes sont rivés à l’idée que les identités doivent être figées de toute éternité. Les identités nationales, sexuées et sexuelles, les territoires, les frontières, tout doit demeurer fixe et étanche. Ces représentations butent forcément contre une société qui, dans sa majorité, se défait de cette conception de l’identité au profit de l’idée que les identités sont relationnelles, que l’individu peut aussi avoir plusieurs identités, que l’identité sociale n’est pas forcément confondue avec l’identité professionnelle, sexuelle ou familiale. […]"

La Révolution continue, après avoir détruit les corps politiques, l'éducation, la famille, elle veut détruire toute identité. Révolution, gender, art décadent, tout se tient.

Partager cet article

12 commentaires

  1. elle peut faire son blabla blabla ,le problème c’est que l’oeuvre est nulle

  2. Est-ce le fait d’avoir sa petite part de la gamelle qui rend cette dame si jaccassante ?
    Que voilà peinte de jolies couleurs une juteuse opération faisant grimper la cote d’un tas d’ordures de +XX % parce qu’il a été « vu à Versailles », lancement d’une mécanique type « pyramide de Ponzi » où de la non-valeur renchérit au fil des acheteurs.
    Le « dernier attrapé », c’est celui qui n’arrive pas à revendre.
    Système Madoff.
    Avec complicité d’autorités de l’Etat.

  3. Oui, Fabienne Brugère à qui certains évêques avaient pensé pour la formation des délégués diocésains, qui plus est ceux s’occupant des problèmes des familles !
    Le pire c’est que des artisans de cette volonté incessante de déconstruire et/ou de polluer l’OEuvre du Créateur – dans le Beau, dans le Vrai, dans le Bien – puissent séduire des bergers de l’Église Catholique…
    Les bons bergers protègent leurs brebis, ils n’introduisent pas de loup dans la bergerie…

  4. Il faudrait savoir ce que ces personnes ont vécu pour réfléchir ainsi: conflits avec les parents? Homosexualité latente? Sont-elles tombées amoureuses d’une personne étrangère qu’elles n’ont pas pu épouser? Ont-elles subi une influence?

  5. on peut dire que l’oeuvre de Anish Kappor dans les jardins de Versailles est un acte d’agression fasciste contre les français, leur Histoire, leur culture et leur identité, comparable au mépris nazi pour les cultures tsigane, juive et slave

  6. « une société qui, dans sa majorité, se défait … »
    Cette dame prend ses élucubrations pour la réalité.
    Hélas (pour elle), elle n’ouvrira probablement pas les yeux à temps, et continuera à rester persuadée qu’elle EST la majorité de la société à elle toute seule; c’est caractéristique des dictatures. Comme dit le proverbe: « il n’y a pire sourd … »

  7. C’est comme pour les élections au chacun annonce : « les français ont voulu dire… » en mettant tout à sa propre sauce derrière. Là on désigne ses opposants en donnant d’eux une image bien rance « Ces groupes sont rivés à l’idée que les identités doivent être figées de toute éternité » et ainsi il est facile d’apparaître dans le camp du bien….

  8. Ces personnes soutiennent un curieux paradoxe:
    l’art a vocation a choquer dans un esprit revolutionnaire mais il faut denoncer la minorite reac qui, justement, est choquee.
    Pour resoudre ce paradoxe, les solutions possibles sont:
    1 – soit l’art n’a pas vocation a choquer
    2 – soit Anish Kapoor a rate son oeuvre qui n’est capable que de choquer une minorite marginale de la population
    3 – soit la minorite reac est seule a etre encore pourvue de sensibilite artistique
    Pour ma part, je pense que c’est le point 2 qui fait defaut.
    L’etat semble ainsi heureux de manifester sa puissance en permettant a un de ses artistes officiels de se soulager sur une pelouse sur laquelle le plebeien moyen n’a pas meme le droit de poser le pied. Dans ce registre, Anish Kapoor ne rivalise que de tres loin avec le dirigeant nord koreen, qui fait devorer son oncle par des chiens ou tue son ministre a la batterie anti-aerienne et qui parvient ainsi a choquer le monde entier par ses idees « revolutionnaires ».

  9. On ne dit pas le « vagin de la reine », car nous sommes en république, mais le « con de la gueuse ».

  10. Depuis le début du XX avec Dada, l’art qui n’est plus capable de beauté, car définalisé, se contente de provoquer, de déconstruire de Picasso à Koons, tout est dans la provocation la laideur, l’insignifiance, la vacuité, le monochrome, le conceptuel, l’homme déchu n’en finit pas d’étaler sa déchéance et les plus malins en font même un business.

  11. Un seul objectif : DECONSTRUIRE
    C’est signé…

  12. Merci à @LB d’évoquer ce mouvement « Dada »!
    Il est à la racine de tant de déchéances actuelles! Voici (pour l’édification des jeunes) quelques paroles de certains de ses adeptes ou sympathisants:
    Tristan TZARA (1896-1963, »Poète »):
    – « On envisage l’anéantissement (toujours prochain) de l’art. »
    – « …il y a un grand travail destructif, négatif, à accomplir. Balayer, nettoyer […] Abolition de la mémoire: DADA ; abolition des prophètes: DADA; abolition du futur: DADA… »
    – « Je détruis les tiroirs du cerveau et de l’organisation sociale. »
    André BRETON (1896-1966, écrivain):
    – « Tuer l’art est ce qui paraît aussi le plus urgent, mais nous ne pouvons guère opérer en plein jour. »
    – « Tout est à faire, tous les moyens doivent être bons à employer pour ruiner les notions de famille, de patrie, et de religion. »
    – « Je souhaite le triomphe prochain et définitif d’une poésie […] qui ne tire son pouvoir sur les hommes que de sa seule vertu de subversion. »
    Francis PICABIA (1879-1953. peintre, écrivain):
    – « L’art est un produit pharmaceutique pour imbéciles. »
    – « Un esprit libre prend des libertés même à l’égard de la liberté.. »
    – « Il est plus dangereux de faire le bien que le mal. »
    Antonin ARTAUD (1896-1948, Poète, écrivain)
    – « Ton Dieu catholique et chrétien qui, comme tous les autres dieux, a pensé tout le mal … ».
    – « J’abomine toute réalité. Je sens l’appétit de ne pas être. »
    – « …moi, c’est-à-dire tout simplement Antonin Artaud un incrédule irréligieux de nature et d’âme qui n’a jamais rien haï plus que Dieu et ses religions ».
    Paul ELUARD (1895-1952, poète):
    – « Tout ce qu’il y a de chancelant, de louche, d’infâme, de souillant et de grotesque passe dans ce mot : Dieu. »
    –  » Staline dissipe aujourd’hui le malheur. La confiance est le fruit de son cerveau d’amour ».
    – « Frères, l’URSS est le seul chemin libre par où nous passerons pour atteindre la paix ».
    Louis ARAGON (1897-1982, poète, écrivain):
    – « Achetez, achetez la damnation de votre âme, vous allez enfin vous perdre ».
    – « Tout ce qui est français me répugne à proportion que c’est français ».
    – « Monde occidental, tu es condamné à mort ! Nous sommes ceux-là qui donnons toujours la main à l’ennemi… ».
    Enfin, dans une lettre collective adressée à Paul; Claudel : « Nous souhaitons de toutes nos forces que les révolutions coloniales viennent anéantir cette civilisation occidentale dont vous défendez la vermine. »(01.07.1925)
    Et dire qu’après cela, des aveugles (ou des complices) qualifient d’imbéciles ceux qui croient à « la théorie du complot »!

Publier une réponse