Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Australie : un mourant contre le projet de loi sur l’euthanasie

Il écrit à son Premier ministre. Extrait :

A "Faire face à la maladie et au handicap exige du courage, et nous n'avons pas du besoin que ces promoteurs de l'euthanasie nous expliquent que nous manquons à ce point de dignité et que nous avons une si piètre qualité de vie que nos vies ne valent pas d'être vécues. […]

Pendant plusieurs années, jusqu'au moment où j'ai protesté, je recevais de mon assurance maladie une lettre m'expliquant combien il en coûtait au fonds de maintenir mes soins de santé. Je redoutais de recevoir cette lettre, et le raisonnement psychologique qui semblait l'avoir motivée. Chaque année, on me rappelait combien je représente une charge pour ma communauté. La crainte d'être à charge constitue un risque majeur pour la survie de ceux qui sont malades chroniques. Si l'euthanasie était légale, ce sentiment d'être à charge serait encore bien augmenté car il y aurait une pression morale encore plus forte pour lâcher prise par rapport à une vie pesante. Les personnes gravement malades n'ont pas besoin d'euthanasie. Nous avons besoin de meilleurs soins palliatifs qui régulent les symptômes et permettent de maximiser notre fonctionnement, particulièrement lorsque nous nous approchons de la mort. Plutôt que d'aider à mourir, la cause de la dignité serait mieux aidée si l'on faisait davantage pour aider les gens à vivre plus pleinement le processus mortel. […]

Si l'euthanasie est légale, alors la question de savoir si nos vies représentent une charge trop lourde ne sera pas seulement sans nos esprits, mais dans les esprits des professionnels de santé et des membres de nos familles dont le soutien et l'encouragement nous est nécessaire pour continuer. La simple existence de cette option affectera les attitudes à l'égard des soins qui nous sont nécessaires, et donc notre propre volonté de continuer."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

5 commentaires

  1. Ce malade a beaucoup de bon sens. Qui peut “évaluer” la valeur d’une vie ? Surement pas une caisse d’assurance maladie ! Quant à la valeur de la souffrance offerte…

  2. Sur le thème et commentant ceci, un jeune site militant qui me semble intéressant et pertinent : http://euthanasier-c-tuer.org/blog/ ou “regard catho sur l’euthanasie”, qui pourrait être placer dans les liens du précieux Salon Beige?

  3. Paroles d’or

  4. “Pendant plusieurs années, jusqu’au moment où j’ai protesté, je recevais de mon assurance maladie une lettre m’expliquant combien il en coûtait au fonds de maintenir mes soins de santé. Je redoutais de recevoir cette lettre, et le raisonnement psychologique qui semblait l’avoir motivée. ”
    Et cet organisme n’a pas eu l’idée de reprocher aux sportifs du dimanche le coût de leurs accidents? aux skieurs hors-piste le coût des recherches quand ils déclenchent des avalanches?
    Dans le même ordre d’idée, on pourrait aussi reprocher aux familles le coût des (rares) redoublements!
    Aux habitants des “cités” le coût des incendies de véhicules qui s’y produisent de manière répétée…

  5. très belles paroles, tellement vrai!
    courage à ce monsieur

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services