Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Aujourd’hui, la parole politique n’a plus de crédit

Philippe de Villiers raconte son parcours politique au Figarovox :

"J'ai commencé ma vie politique dans la partitocratique classique. Où j'ai fait très vite entendre ma différence. Marie-France Garaud m'avait prévenu très tôt: «Méfiez-vous, car ce système est une sorte de manège avec des forces centripètes et des forces centrifuges. Quand on s'éloigne du centre, on est irrémédiablement aspiré à l'extérieur, dans les marges.» J'en suis sorti au bout de deux ans seulement à la suite de mon combat contre la corruption et le traité de Maastricht. J'ai alors guerroyé de l'extérieur pendant des années. En 1995, je me suis présenté à l'élection présidentielle contre Jacques Chirac et Edouard Balladur. En 1999, avec Charles Pasqua, nous avons affronté le RPR aux Européennes. En 2007, je me suis porté candidat contre Nicolas Sarkozy. A un moment donné, je me suis dit qu'en concluant une paix des braves avec lui, je serais peut-être plus efficace. Mais quand j'ai vu de près durant quelques mois ce qu'était le cloaque Sarkozy-Fillon, j'ai pris les jambes à mon cou et me suis éloigné de la piscine sanguinolente où les caïmans se mangent entre eux.

Peu d'hommes politiques quittent la scène. Je suis parti car, à force de croiser le mensonge, on finit par se sentir contaminé, on a l'âme blessée, et on devient, à son corps défendant, une sorte de mensonge ambulant par omission. Dans la tradition française, immémoriale, le pouvoir est un service, pas une consommation. Du premier au dernier jour, la politique ne peut être que sacrificielle. Quand on sert son pays, à quelque époque que ce soit, on fait le sacrifice de sa vie. Ma famille a payé l'impôt du sang depuis 1066. C'est avec cette idée que je suis entré en politique et que j'en suis sorti. Aujourd'hui, la parole politique n'a plus de crédit, à l'inverse de la parole métapolitique, guettée, sollicitée."

Partager cet article

16 commentaires

  1. Villiers, le compagnon de Pasqua, a été pendant 30 ans le paravent du RPR pour écarter du FN le vote « catho-BCBG ». Cela n’enlève rien à ses nombreuses qualités mais
    rester dans le système pour le combattre de l’intérieur est un pis-aller !
    Comme son frère, le CEMA, il a reçu les honneurs de la république.
    Les véritables dissidents s’appellent Soral, Ryssen,le Lay, Dieudonné, Conversano et quelques autres. Bien entendu, ils ne sont pas fréquentables et je n’aurais même pas du les citer …

  2. Les épreuves de la vie ont ouvert les yeux de M de Villiers.
    En tant qu’homme politique, il a été aussi mauvais que les autres, mais en tant qu’écrivain et entrepreneur, il est autrement efficace.
    Qu’il reste dans ses activités d’excellence mais qu’il abandonne, y compris dans l’écriture, la politique où il a montré son insuffisance.

  3. Pour que la parole « métapolitique » soit audible il faudrait aborder le vrai problème : l’apostasie officielle du pays.

  4. C’est toujours facile de « cracher » dans la soupe qui vous a fait vivre. Comme le dit le commentaire de Duplessix Mr de V. a AUSSI crié avec les ennemis du FN empêchant, c’est certain, nombre de cathos de soutenir MrLP lorsqu’il était attaqué par ceux qui voulaient absolument le ranger dans l’extrême droite. On ne peut oublier cela venant d’un catho !!!!

  5. Aujourd’hui Ph de V affirme être sorti du marigot politicard. Très bien. Mais je comprends pas sa position politique actuelle. Il a toujours craché sur le FN et continue encore, lui reprochant de ne pas défendre les « points non négociables », et dans le même temps, il soutient « debout la république » qui est ouvertement pro-avortement. Pour moi, il n’est pas complètement clair, malgré ses beaux discours actuels.

  6. Quand de guerre lasse, Philippe de Villiers (souvent aveuglé par la prééminence de son antisocialisme excessif) a remis les pieds dans le système, le dernier carré de ses fidèles du MPF est parti ailleurs, à DLR (devenu DEBOUT LA FRANCE) au FN au PCD ou encore nul part.Souvent, je me suis fait la réflexion que si tous celles et ceux qui, à un moment de leur existence ont suivi Philippe de Villiers se retrouvaient tous ensemble au même moment, cela ferait une belle armée capable de damer le pion à n’importe quelle formation politique.Très logiquement, les anciens MPF les plus motivés se sont retrouvés dans les valeurs défendues par Nicolas Dupont-Aignan dans son parti DEBOUT LA FRANCE. Avis aux anciens MPF qui ne se sont pas encore réveillés.

  7. Le bon apôtre est saisi par le courage de dire la vérité. Mais seulement une fois que la politique l’a rejeté du système UMP qui faisait ses délices.
    « Ne faîtes pas ce que je ne regrette guère d’avoir fait »

  8. « Dans la tradition française, immémoriale, le pouvoir est un service, pas une consommation. »
    Malheureusement, combien d’hommes (ou femmes) politiques en sont encore convaincus aujourd’hui?

  9. Je ne saurai trop conseiller à Duplessix la lecture du dernier livre de Villiers, il y apprendra de son auteur les circonstances de son rapprochement avec Pasqua … amusantes !
    Notre héros a tenté de prendre le contrôle du système de l’intérieur, il a échoué certes ! Car le système sait fort bien se défendre. Mais les « dissidents » que cite Duplessix ne prendront jamais le contrôle de quoi que ce soit.
    Il y aurait par ailleurs beaucoup de choses à dire sur les relations FN/MPF sans doute, sans se polariser sur les « cathos-BCBG » qui restent maître de leur vote – lequel semble se disperser de Marisol à JMLP, sans oublier l’abstention…

  10. « le paravent du RPR pour écarter du FN le vote « catho-BCBG »
    Qui vous dit que le FN n’est pas lui aussi noyauté par les anglo-sionistes ? Dans tous les pays de l’U.E., les trois principaux partis le sont ! Regardez Podemos ou Syriza ! Alexis Tsipras n’est-il pas l’exemple même de la traîtrise ?

  11. Moi, j’ai une question à Monsieur De Villier
    puisqu’il est (apparemment) catholique : est-il pour le règne sociale de Notre seigneur Jésus Christ ?
    ou
    trouve t-il que le république est un système convenable qu’il conviendrait seulement de nettoyer ?

  12. Justement un aristocrate ne prend pas les jambes à son cou devant une bagarre de caïmans, il sort son épée et pourfends les belligérants !
    Lorsque l’on porte un nom, on l’assume !

  13. Habituellement j’aime les commentaires du Salon beige, ils sont pleins d’esprit (vous savez l’esprit français) mais là pouah c’est à qui ira de son venin . Quel procès vous lui faites, enfin bientôt l’année de la Miséricorde tout va s’arranger.
    Quant à moi je raffole de son livre et quelle plume.

  14. Soyons pragmatiques: cette démocratie ne nous offre qu’un bulletin de vote .Alors servons nous en sans oublier d’autres moyens d’action (lire à ce sujet les écrits du colonel Château-Jobert),l’éducation doctrinale autour de nous et le combat spirituel !
    Quelle est l’urgence du moment ?
    Arrêter l’invasion qui nous mène irrémédiablement à la désagrégation de notre pays dans les délais les plus brefs.
    Quel parti est le mieux placé pour le faire , à votre avis ?
    Évidemment, Marine est divorcée, n’a pas participé à la MPT, a un adjoint gaulliste et homo, a exclu son père…. Et alors !!
    Faut il voter pour autant Sarkozy ou Dupont Aignan ?

  15. En accord total avec Duplessix.
    Le FN est loin d’être la réponse, mais il faut procéder par palier.
    Lors des élections régionales, il est indispensable, voire vital que le FN s’empare de plusieurs régions.
    Pour la suite, on verra.

  16. Duplessix et volodia : Le 3ème Reich a été vaincu par plusieurs armées et plusieurs mouvements de résistances. Aujourd’hui, pour vaincre le 4ème Reich, il faut plusieurs armées et plusieurs mouvements. A noter que dans certaines régions, vu le niveau d’impopularité du PS qui a ouvertement rejoint l’ultra libéralisme le plus absolu, une Victoire de LR dès le premier tour serait à craindre s’il n’y avait que 3 listes.

Publier une réponse