Bannière Salon Beige

Partager cet article

Religions : L'Islam

Aujourd’hui, Bienheureux Charles de Foucauld

Avant son assassinat le 1er décembre 1916, cet ermite vivant à Tamanrasset avait écrit :

F "Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens. Il ne s'agit pas de les convertir en un jour ni par force, mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, œuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.

Les musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D'une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s'y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l'un, celui du Medhi, il n'y en a pas : tout musulman (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi) croit qu'à l'approche du jugement dernier le Medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non-musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s'il est soumis à une nation non musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l'engage à subir avec calme son épreuve ; "l'oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s'il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération", disent-ils ; ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu'aux Allemands, parce qu'ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger ; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d'honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles, mais, d'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du Medhi, en lequel ils soumettront la France."

Partager cet article

10 commentaires

  1. Il a surtout dit aussi :
    Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les musulmans de notre empire colonial du nord de l’Afrique ne se convertissent pas, il se produira un mouvement nationaliste analogue à. celui de la Turquie : une élite intellectuelle se formera dans les grandes villes, instruite à la française, sans avoir l’esprit ni le cœur français, élite qui aura perdu toute foi islamique, mais qui en gardera l’étiquette pour pouvoir par elle influencer les masses ; d’autre part, la masse des nomades et des campagnards restera ignorante, éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français par sa religion, par ses marabouts, par les contacts qu’elle a avec les Français (représentants de l’autorité, colons, commerçants), contacts qui trop souvent ne sont pas propres à nous faire aimer d’elle. Le sentiment national ou barbaresque s’exaltera dans l’élite instruite : quand elle en trouvera l’occasion, par exemple lors de difficultés de la France au dedans ou au dehors, elle se servira de l’islam comme d’un levier pour soulever la masse ignorante, et cherchera à créer un empire africain musulman indépendant.
    L’empire Nord-Ouest-Africain de la France, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique occidentale française, etc., a 30 millions d’habitants ; il en aura, grâce à la paix, le double dans cinquante ans. Il sera alors en plein progrès matériel, riche, sillonné de chemins de fer, peuplé d’habitants rompus au maniement de nos armes, dont l’élite aura reçu l’instruction dans nos écoles. Si nous n’avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu’ils deviennent Français est qu’ils deviennent chrétiens.
    Bon sens et vision ô combien prophétique de l’avenir…

  2. intéressant à lire à la lumière de l’action de Lyautey et de sa pensée sur l’entreprise coloniale.

  3. On voit qu’il y en a qui ont écouté radio Courtoisie hier soir….

  4. Les maghrébins souhaitaient (re)devenir chrétiens, mais les franc-maçons placèrent des soldats devant les églises pour les empêcher d’y entrer. Ils ne voulaient surtout pas que la colonisation renforce l’Église Catholique.

  5. Heureusement que la censure ne s’applique pas aux écrits du passé (pour l’instant).

  6. 1916-2012 : les remarques du père de Foucauld restent valables.
    Lire ci-dessous, à propos du film 2012 ! (les propos similaires à ceux tenus à RMC ont également été tenus sur France 2 dans l’émission du samedi de Laurent Ruquier “on n’est pas couché”).
    lundi 30 novembre 2009, a 10:21
    Polémiques : on peut détruire le Vatican mais pas la Mecque !
    Dans le feu de l’action et sous le charme des effets spéciaux spectaculaires, certains détails du film 2012 pourraient nous échapper. Pourtant, il en est un, d’ordre politico-religieux, qui m’a personnellement interpellé.
    Tandis que nos héros échappent au chaos général, la caméra nous entraîne au Vatican et à la Mecque pour nous montrer des centaines de milliers de fidèles suppliant Dieu/Allah de les sauver de la fin du monde. Quoi de plus normal quand on sait que plus de la moitié de la population mondiale se reconnaît du Christianisme ou de l’Islam ?
    Cependant, comment expliquer que nous assistons peu de temps après, à la destruction spectaculaire du Vatican et à la chute (lointaine mais douloureuse) du Pape, alors que la caméra ne revient plus à la Mecque ? Le réalisateur a-t-il eu peur de détruire la Mecque alors qu’il n’épargne pas non plus la statue du Christ rédempteur à Rio de Janeiro ?
    Comme on pouvait s’y attendre, Roland Emmerich a choisi de couper au montage la scène de destruction de la Mecque, «pour des raisons de sécurité personnelle», comme il l’explique lui-même. Dans une interview accordée à Sci-Fi-Wire, il raconte que son co-scénariste Harald lui a dit qu’il ne fallait pas prendre le risque d’une fatwa à cause d’un film.
    Une question se pose alors : Les Fatwas régissent-elles le monde ? Une question jamais traitée dans les médias. D’ailleurs, à en croire l’incontournable google, personne n’a encore posée cette question en ces termes.
    Et Roland Emmerich poursuit : «On peut effectivement réduire les symboles chrétiens en pièces, mais si vous voulez faire cela avec un symbole arabe, vous aurez une fatwa, et ça donne une idée de l’état du monde dans lequel nous vivons. C’est une séquence à laquelle je n’attachais pas une grande importance, alors je l’ai supprimée».
    Sur les ondes de RMC, dans l’émission des Grandes Gueules, Jean-Claude Larue a dénoncé «une inégalité de traitement» selon les religions, tout en affirmant comprendre le choix du réalisateur, car «il faut se mettre à la place du gars qui doit être protégé toute sa vie par des gardes du corps et qui doit changer en permanence de lieu».
    Quoi qu’il en soit, après l’affaire «Anges & Démons» de Dan Brown, le Catholicisme n’est pas épargné du grand écran ! De leur côté, les protestants peuvent se réjouir de ne pas posséder de symbole mondial pouvant être profané sans état d’âme, si ce n’est la Bible, bien évidemment.
    Paul OHLOTT

  7. Plutôt que le diagnostic (qui n’est pas difficile à faire !), pourquoi ne mettez-vous pas en gras, la solution proposée par ce même bienheureux ?
    N’est-ce pas l’unique voie possible ?
    Mieux vaut allumer la lumière que de maudire l’obscurité…

  8. Ci-dessous la recommandation du père de Foucauld, à notre intention :
    “Il ne s’agit pas de les convertir en un jour ni par force, mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, œuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.”
    Pour ma part, c’est une jeune stagiaire musulmane – qui était donc avec moi pour se former – qui a voulu me parler, au bureau, des bienfaits de l’islam. C’est dire si elle était loin de l’idée de se convertir !

  9. “tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, œuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime”, c’est mal barré :
    tous les musulmans que je connais même les modérés font du prosélytisme comme leurs imams le leur demandent, chose strictement interdite par les évêques de France qui préfèrent “le dialogue dans un respect mutuel” tout en parlant de “nouvelle évangélisation”. Par contre, face à quelqu’un qui connaît bien l’Islam, généralement ils refusent de continuer la discussion, d’où l’intérêt de bien connaître cette religion.
    Beaucoup d’entre eux la connaissent très mal, et refusent même de croire dans certaines vérités islamiques que l’on peut leur apprendre (par exemple, Mahomet épousa Aïcha quand elle avait six ans, contre l’avis du père de la fillette, et eu sa première relation sexuelle complète avec elle quand elle atteignit les neuf ans. Avant cette date, il pratiqua avec elle la “satisfaction entre les cuisses” de la jeune fille. Désolé pour le détail trivial. Mais à terme, ce genre de découverte facilement vérifiable réussira je pense à en ébranler quelques-uns. De même que Mahomet déclara “le musulman qui quitte sa religion tuez-le” hadith (parole de Mahomet) auquel les musulmans doivent obéir (“obéissez à Allah et à son envoyé” : le Coran), ce qui peut servir à prouver que l’Islam n’est pas une religion tolérante envers les autres religions, en dehors du fait que juifs et chrétiens furent expulsés de la péninsule arabique, et que les polythéistes arabes eurent le choix entre devenir musulmans ou mourir. Comme les kabyles au XIVe siècle.
    De toute façon, la plupart des catholiques seraient incapables de faire comprendre leur foi, que suite à un catéchisme creux ils ne connaissent pas.
    J’ai ainsi expliqué aujourd’hui à une brave dame élevée dans le catholicisme mais hésitant à devenir protestante évangéliste le sens des statues dans les églises catholiques ainsi que la différence entre adoration et vénération à propos des saints. J’ai dû faire cet exercice plusieurs dizaines de fois depuis 10 ans.

  10. La France ,plus que toute autre nation ,a eu des hommes exceptionnels, tels le Père Charles De Foucauld , Lyautey etc… ce qui rends notre situation actuelle encore plus difficile à admettre . Au lieu de s’inspirer du savoir ,de l’experience et des idées de ces patriotes de valeur , grands humanistes de surcroit , bien des politicards n’ont eu de cesse que de promouvoir des idées fumeuses , en opposition même avec celles de ceux qui connaissaient parfaitement les problèmes posés et les solutions afférentes !
    Le minimum serait que ces turlupins aient la pudeur de se faire petits (ce qu’ils sont ) Hélas comme le disait Audiard “les C… ne s’arrêtent jamais ,c’est même à cela qu’on les reconnait” !
    Il y a eu du “progrés” là aussi ,non seulement “ils ne s’arrêtent pas ” mais ils accélèrent !!!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services