Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Augmentation des taxes sur l’essence : une mesure de bobos parisiens

Augmentation des taxes sur l’essence : une mesure de bobos parisiens

Lu dans Minute :

[…] En un an, le prix du diesel a bondi de 24 % ! Dans certaines stations, il dépasse le prix de l’essence sans plomb. Et ce n’est pas fini puisque, au 1er janvier prochain, les taxes sur le diesel augmenteront encore de 6,5 centimes par litre contre une hausse de 2,9 centimes par litre pour l’essence. Or ce sont bien les taxes qui sont la cause de cette flambée, et de la baisse de pouvoir d’achat que celle-ci entraîne pour l’immense majorité des Français qui ne vivent pas à Paris.

Selon les plus récentes données de l’Union française des industries pétrolières (Ufip), sur un litre de diesel à 1,44 euro, ce qui est déjà difficile à trouver, 85 centimes, soit 59 %, est dû aux taxes ! Sur un litre de SP 95, les taxes se montent à 62 % ! La part la plus importante est constituée par la TICPE, la taxe intérieur de consommation sur les produits énergétiques : 59 centimes par litre de diesel, qui seront 65 centimes en 2019 et 78 centimes en 2022 ! Qui plus est, cette taxe… est taxée ! La TICPE est soumise à la TVA ! Soit 20 % en plus d’impôt sur l’impôt ! Avec une TICPE de 59 centimes, cela fait 12 centimes de TVA. Sans compter la TVA qui est déjà appliquée au départ du calcul sur la matière brute qu’est le pétrole.

Avec le litre de carburant qui va dépasser 1,50 euros le litre – 10 francs ! –, on vous laisse calculer le surcoût mensuel pour celui qui parcourt 80 kilomètres par jour juste pour aller à son travail et en revenir. Même s’il déclare des impôts aux frais réels, puisque la grille tarifaire n’a pas été réévaluée. Le sera-t-elle pour la déclaration 2019 ? Rien n’est moins sûr, puisque le but est de forcer les Français à réaliser la « transition énergétique ». Quelle belle formule !

Or la « transition énergétique », c’est quoi ? Officiellement, cela consiste à passer des énergies fossiles, non renouvelables – et émettrices de gaz à effet de serre, tenues, selon la doxa officielle, pour responsables du réchauffement climatique –, à des énergies « propres » et renouvelables à l’infini. En réalité, c’est la dernière invention et, il faut le dire, l’une des plus géniales du capitalisme. Le problème principal du système capitaliste est que, quand le consommateur dispose de tout, il n’achète plus. D’où l’obsolescence programmée, qui a longtemps assuré un taux de renouvellement des objets anormal mais tout à fait profitable à leurs producteurs. Le procédé ayant été éventé, la nécessité de la « transition énergétique » est venue s’y substituer. En tirant les leçons des méthodes devenues inefficaces.

Primo : puisqu’elle est « écologique », comprendre « morale » et « citoyenne », la « transition énergétique » bénéficie cette fois du soutien de toutes les associations et autorités morales qui, jusque-là, combattaient le capitalisme. Secundo : les Etats ayant été convaincus que tel était le seul moyen de « sauver la planète », ils prennent désormais toutes les mesures coercitives possibles et imaginables pour forcer les citoyens à acquérir de nouveaux matériels, en l’occurrence, ici, des « véhicules propres ».

Nous n’en sommes pas encore à la situation du Danemark, où le premier ministre a annoncé vouloir « interdire la vente de nouvelles voitures essence et diesel » d’ici à 2030 mais nous y venons, puisque, déjà, les maires des principales capitales européennes, dont Paris, n’en voudront plus d’ici à 2025, et que la France songe à les bannir totalement à échéance de 2040 ! Le 17 novembre, ce n’est pas seulement contre l’exorbitant racket étatique qu’il faudra manifester, mais contre le rouleau compresseur capitalistique, qui n’a pas résolu un tout petit problème : pour qu’il puisse nous vendre des voitures électriques, encore faudrait-il qu’il nous laisse les moyens de les lui acheter.

Partager cet article

5 commentaires

  1. L escroquerie du réchauffement anthropique de la planète ….
    il y a des combats écologiques bien plus urgents et sur lesquels nous pouvons avoir une véritable influence. Le premier étant la surnatalité sucidaire des pays d Afrique.

    • Occupons-nous d’abord de notre propre natalité avant de donner encore une fois des conseils aux autres.

      Chaque pays a sa façon de régenter la natalité: aux Indes c’était autrefois la vasectomie récompensée par le don de bassines en plastique etc… ou l’avortement sélectif des filles, en Chine cela a été l’enfant unique, chez nous c’est de nos jours l’égoïsme aveugle malthusien, dans certains pays d’Afrique c’est parfois le retour aux fondamentaux du christianisme, ailleurs c’est autrement???? Chacune de ces pratiques a des conséquences encore très mal connues. On ne résoudra pas cela par des techniques universelles mais par le retour à la responsabilisation des adultes.C’est un avis que je propose.

  2. Analyse étriquée
    Le vrai sujet est que cette hausse pèse plus sur des pauvres que des riches
    D’autre part le vrai enjeu écologique est de sortir de la voiture comme moyen de déplacement quasi obligatoire. Pour cela il faut améliorer les transports collectifs et les infrastructures de mobilité douce. Ce n’est pas un sujet de Bobo.

  3. Il faut allez jusqu’au bout du raisonnement Ecolo-Bobo-Parigo.
    Taxons le Kérosène comme le Gasoil pour obliger Air-France a Voler Electrique !

  4. toujours la même logique des énarques : hausse d’impots, taxer, surtaxer, inventer d’autres moyens (redevance payée par les non possesseur de télévision etc. bientot un impots sur l’air respiré? tout ça pour donner des allocations aux mêmes clients politiques!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services