Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Aucune réponse d’Erwann Binet aux questions du Collectif pour l’enfant

Communiqué du Collectif pour l'enfant :

"Le Collectif pour l’enfant a été reçu
mardi 27 novembre 2012, par Erwann Binet, rapporteur du projet de loi sur le
mariage des personnes de même sexe, dans le cadre des auditions privées.

Béatrice Bourges, porte-parole du
Collectif, a interrogé Erwann Binet sur le fait que de nombreuses associations,
dont le Collectif pour l’enfant ont demandé à être reçues par le président de
la République, la ministre de la justice, la ministre déléguée à la famille, et
n’ont jamais reçu de réponse
, alors que l’inter LGBT est reçue dans la journée
lorsqu’elle sollicite le président de la République.
Elle s’est également étonnée de
l’inégalité de traitement entre les partisans du projet de loi et ceux qui y
sont opposés dans l’organisation des auditions devant la commission des lois.
Elle a exposé au rapporteur
l’indignation ressentie par les 80 associations
du collectif devant le mépris
avec lequel sont traitées les demandes répétées émanant de la société civile de
prendre le temps du débat : «Pourquoi
une telle hâte sur un projet si grave ? Pourquoi le gouvernement
refuse-t-il d’associer la société en organisant des états généraux ?
Pourquoi la demande de referendum, relayée par de multiples acteurs, est-elle
restée sans réponse ? ».
M. Erwann Binet n’a apporté aucune réponse
satisfaisante,
refusant fermement l’organisation d’Etats Généraux ou de
référendum, estimant que les Français ont adhéré à ce projet en votant pour
François Hollande : «  C’est en
ce moment qu’a lieu le débat. Les Etats Généraux sont inutiles. Les Français
ont donné leur accord, lors du vote pour François Hollande. Nous resterons sur
notre calendrier » a-t-il dit.
Aude Mirkovic, juriste et membre de
l’association Juristes pour l’enfance, a présenté à Erwann Binet les
inquiétudes du collectif concernant l’adoption de l’enfant du conjoint de même
sexe « La loi doit-elle encourager
les femmes à choisir un mode de conception privant délibérément leur enfant de son
père, en recourant à un donneur anonyme, afin de le rendre adoptable par une
autre femme ? Il s’agit de fabriquer un enfant sans père, pour pouvoir
l’adopter. La loi n’a-t-elle pas mieux à faire pour les enfants ? 
»
  
Elle expose ensuite quelques uns des
conflits de parenté que la notion de parenté sociale va susciter : « Comment trancher le conflit de
parenté  entre l’amante et la conjointe
de la mère par exemple? »
Le rapporteur se déclare optimiste
sans apporter de réponse : « Nous
trouverons des solutions. Il ne faut pas voir ces situations comme des
difficultés mais comme de nouvelles possibilités ».
Elizabeth Montfort, présidente de
l’association pour un nouveau féminisme européen, a fait part à Erwan Binet des
inquiétudes des femmes de voir leur spécificité rayée d’un trait de plume du
Code civil : « Comment assurer
l’égalité homme-femme en droit de la famille lorsque les notions de mari et de
femme, de père et de mère, disparaissent au profit d’une notion indéterminée
d’époux et de parent ?  Nos mères se sont battues pour obtenir
l’égalité ne l’oublions pas. Ce texte ne va pas vers le progrès mais vers
une régression. »
« Nous
sommes de plus en plus inquiets
 »
confie Béatrice Bourges. « Non seulement, le législateur ne prend pas le temps d’un vrai
débat, mais en plus, il laisse de nombreuses questions sans réponse
alors même
qu’il s’agit d’une loi qui va bouleverser la société toute entière et l’avenir
des enfants »"

Partager cet article

5 commentaires

  1. Inquiets, inquiets…
    En fait, éclate de plus en plus au grand jour le fait que nous sommes en dictature…
    A nous de gueuler dans la rue, de vraiment montrer les dents, lors de séances publiques etc.

  2. C’est un cas, Binet. Est ce que les gens qui ont voté (à une majorité faible pour FH(Femme/Homme ?)) lui ont signé un chéque en blanc pour toutes les excentricités possibles et même inimaginables des quels il aurait pu faire etât pour se faire élire par les gogobobos Beau développement d’une république bananiére.

  3. Quand il explique que “les Français ont donné leur accord, lors du vote pour François Hollande”, Erwann Binet n’a pas tord.
    Les “cathos” et/ou les gens de droite, en refusant en mai dernier de voter pour Sarkozy, portent une lourde responsabilité.
    Que croyaient-ils ? Que Hollande renoncerait au pseudo-mariage pour tous et au vote des immigrés aux élections locales alors qu’il a tous les pouvoirs et contre-pouvoirs ?
    Ce qu’il faut c’est qu’en 2017, le candidat de la droite s’engage clairement à abroger ces lois. Les socialistes ne se gênent pas pour abroger celles qui leur déplaisent. La droite devra procéder de même.

  4. Erwann Binet, vous ne me lirez sans doute pas, mais je veux quand même vous le dire :
    1) Non seulement vous ne répondez rien aux arguments qu’on vous oppose, mais vous avez été jusqu’à NIER leur existence (disant que vos opposants n’auraient pas d’arguments) : est-ce seulement un dérapage de votre part ? Je ne sais pas. A ma connaissance, vous n’en avez jamais demandé pardon. En tout cas, il me semble qu’après une pareille bavure, un tel mépris affiché pour vos interlocuteurs, vous n’auriez, décemment, plus qu’une seule chose à faire : démissionner illico de votre poste de rapporteur de la loi. Et démissionner, en même temps, de votre poste de député. Quand on a traité avec une telle goujaterie des milliers de familles françaises, on n’est plus digne d’être représentant du peuple. Comment n’êtes-vous pas mort de honte, comment osez-vous encore vous dire député, après de tels agissements ?
    2) Vous osez prétendre que la seule élection de François Hollande légitimerait le vote de votre loi détruisant le mariage. Votre hypocrisie est vraiment répugnante : lorsqu’il s’agit d’augmenter la TVA, et de racketter toujours davantage les Français, vous trouvez tout à fait normal que François ne tienne pas ses promesses
    2) votre hypocrisie

  5. Le fait pour certains de voter FH ou de ne pas voter pour son opposant (ce qui revient au même quand on ne tient pas compte des suffrages non exprimés) ne veut pas dire carte blanche au “vainqueur” par 25% des votes ! M… alors !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services