Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Aucun Français ne siègera au bureau du Parlement européen

Les Français n’ont obtenu aucun poste de vice-président, ni de questeur. En clair, la gestion du Parlement au quotidien leur échappera (immobilier, règlement intérieur, etc.). «C’est la première fois depuis très, très longtemps que cela se produit», reconnaît atterré un diplomate français.

Partager cet article

10 commentaires

  1. Tiens ils sont naïfs à ce point nos diplomates, croient ils encore que nous sommes les décideurs de l’Europe ?
    Ils ne maîtrisent plus rien et viennent de s’en rendre compte.
    Trop tard messieurs… la partie est finie… Malheureusement pour nous!!!!

  2. Ceci démontre une fois de plus la perte d’influence de notre France décadente et franc maçonne.

  3. Est-ce un mal ?
    Qui pour défendre REELLEMENT les vrais intérêts de la France ?
    Cohn Bendit ? Madame Lepage ? Madame Dati?
    ou d’autres encore qui abhorrent ceux qu’ils désignent avec mépris comme souverainistes et autres populistes?
    Ceux qui ont oeuvré pour la négation des racines chrétiennes de l’Europe?
    Ceux qui ont déclaré la guerre aux nations?
    Ceux qui découpent la France en régions artificielles qui seront raccrochées au-delà des frontières pour faire une Europe des régions.
    Exit la France, pourrait être leur programme.

  4. Il est bien temps d’être aterré…

  5. Ce doit être pour conforter la « Grandeur de la France ». Mon pauvre pays ! où vas-tu ?

  6. Avec des pays de plus en plus nombreux, cela devait bien finir par arriver.Il faut bien partager équitablement les postes à responsabilité.

  7. Très franchement, je ne pense pas que les institutions européennes s’en portent plus mal ni qu’il y ait quelqu’un d’autre qu’un français pour s’en préoccuper. Un peu d’humilité épargnerait à votre « diplomate » bien des aigreurs d’estomac.
    Cordialement,
    L.N.

  8. L’eurodéputé ne représente de toute façon pas sa patrie mais une espèce de peuple européen. Cette absence, si elle était bien médiatisée, pourrait interroger les Français.

  9. qui s’en plaindra ? cela est conforme à l’enthousiasme suscité par nos représentants avec leur taux record d’abstention , si cela peut les aider à réfléchir sur le sens de la légitimité de leur autorité.
    Il faut être « open » nous dit-on eh bien nous le sommes!

  10. Et qui viendra pleurer quand on abandonnera Strasbourg au profit de Bruxelles ?

Publier une réponse