Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Au lieu du crime de l’euthanasie, des solutions

Nicolas Sarkozy a demandé à son conseiller pour les questions de recherche et de santé, le professeur Arnold Munnich, chef de service à l’hôpital Necker, "d’entrer en contact" avec Mme Sébire.

"Mme Sébire a écrit au président de la République qui a été très touché par sa lettre. Le président a demandé au professeur Arnold Munnich d’entrer en contact avec elle. [Ils] se sont parlé un certain nombre de fois ces derniers temps. Le professeur a plus parlé en tant que médecin qu’en tant que conseiller du président. Il a proposé à Mme Sébire qu’un nouvel avis soit donné sur son cas par un collège de professionnels de la santé du plus haut niveau pour que l’on s’assure ensemble que toutes les ressources de la médecin sont épuisées. Ce qui reste à prouver. Ce rendez-vous médical multi-disciplinaire aura lieu dans quelques jours si Mme Sébire en accepte le principe".

Si elle refuse, c’est qu’elle est instrumentalisée, comme le pense Christine Boutin :

"On est en train d’instrumentaliser la détresse légitime de cette femme pour pouvoir arriver à légaliser l’euthanasie. Je suis scandalisée qu’on puisse envisager de donner la mort à cette femme parce qu’elle souffre et qu’elle est difforme. Ce qui est en cause c’est la souffrance de cette femme. Elle n’est pas suffisamment entourée de médecins qui l’aident à ne pas souffrir. Aujourd’hui, nous avons les moyens, les médicaments qui peuvent permettre d’atténuer cette souffrance et la supprimer. Il y a un effet médiatique dans cette affaire. Dans l’affaire Humbert cela a été la même chose: on est en train d’instrumentaliser la détresse légitime de cette femme pour pouvoir arriver à légaliser l’euthanasie. La dignité d’une personne va au-delà de l’esthétique, et donner la mort c’est un non-respect de la dignité de toute personne. C’est un échec total de laisser penser que c’est un geste d’amour ou un progrès. Si l’on fait sauter le verrou de donner le droit de donner la mort, nous allons vers une société barbare."

Michel Janva

Partager cet article

2 commentaires

  1. Avec l’avortement, nous sommes déjà dans une société barbare. Sans compter les euthanasies non officiel(le)s.( je ne sais jamais si c’est masculin ou féminin!)

  2. Tout à fait d’accord.
    Cependant je crois me souvenir que cette patiente refuse les analgésiques de crainte de perdre de la conscience, je veux dire de la vivacité intellectuelle.
    Il est exact que la morphine et les dérivés à haute dose, endorment l’esprit aussi bien que la douleur.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services