Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société / Religions : L'Islam

Attentats de Tunis : la Bête progresse

Guillaume Faye, sur son blog, analyse la "progression de la bête" islamiste. Partant de l'attentat de Tunis la semaine dernière, il élargit son analyse à la présence djihadiste en France :

[…]"Complètement aveuglés, nos dirigeants parlent de ”terrorisme”, sans oser nommer ou comprendre ce qu’il y a derrière : une stratégie de conquête et d’instauration de la charia totalitaire islamique. 3.000 combattants musulmans venus des rangs des immigrés en Europe sont partis rejoindre Daech. 600 sont déjà revenus (il y a un sinistre ”turn over”) et vivent comme des poissons dans l’eau ici même, dans un milieu qui épouse leur cause, les protège et leur sert de logistique et de base de recrutement.

Dans une note confidentielle, le Service central de renseignement territorial (SCRT) observe un « repli communautaire plus marqué depuis les attaques contre Charlie Hebdo et l’HyperCacher  ».[…]

Donc les attentats de janvier 2015 ont encore accru l’hostilité envers la France et l’attachement au djihad. On mesure la naïveté sidérante des manifestations ”Je suis Charlie”. Les jeunes musulmans y ont d’ailleurs très peu participé, beaucoup approuvant les attentats. Le SCRT a noté « une faible représentation de la communauté musulmane à Marseille » à ces manifestations. Ils ont moins manifesté que les musulmans à Tunis, après l’attaque du musée ! Preuve que la radicalisation des musulmans issus de l’immigration en France (notamment les jeunes), comme en Belgique, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni est plus forte que celle des musulmans de Tunisie ![…]

Sans mâcher ses mots, Yves de Kerdrel écrit : « Notre démocratie, baignée d’angélisme et gangrénée par des élites qui préfèrent le multiculturalisme à la nation, a bien du mal à s’adapter à cette guerre de religion ». Puis il ose cette comparaison : «  Les jeunes filles qui vont à l’université coiffées d’un voile le font pour revendiquer une identité. Elles le font par soumission aux règles des cités où elles résident et aux lois des ”grands frères ” qui y sèment la terreur. Ce n’est pas seulement un refus d’intégration, c’est une forme de racisme anti-français. Et toutes proportions gardées, il n’y a pas de différence entre ce gamin de 12 ans qui part de son collège à Toulouse pour mener des exécutions de sang-froid et ces jeunes filles qui revendiquent le port du voile à l’université avec l’encouragement de professeurs aveuglés par le démon du multiculturalisme ». (Valeurs Actuelles, 19-25/03/2015).[…]

Le 10 mars, une vidéo diffusée par EI/ Daech sur Internet montrait en effet un garçon de 12 ans en djellaba qui abattait puis achevait au pistolet un Arabe israélien soupçonné d’être un agent du Mossad, au cri de « Allah Akbar ! » Il s’agit de Rayan, un jeune maghrébin de nationalité française, scolarisé à Toulouse et parti en Syrie.[…]

Ces vidéos de propagande ne peuvent que se multiplier et inonder la Toile. Elles sont un puissant facteur de recrutement et de fanatisation, notamment en France. La technique psychologique utilisée contre les ennemis (dans le monde musulman et maintenant en France et en Europe) est celle de la sidération par la terreur, en vue d’obtenir la soumission, si possible sans combattre vraiment, par intimidation. Avec le binôme : attentats et grignotage démographique. […]

Dans deux ou trois ans, en France, en Belgique, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas , en Espagne et dans d’autres pays de l’UE, on vivra peut-être au rythme d’un massacre par jour ou de plusieurs simultanés, alternant bombes, tueurs suicidaires, attaques au fusil d’assaut et à l’arme de guerre. Les forces de sécurité et de renseignement sont déjà débordées.[…]

La guerre est chez nous et c’est là qu’il faut combattre et se défendre. Cette guerre larvée qui commence a déjà un coût, non seulement financier mais surtout psychologique. Cette stratégie de la tension plombe le moral de la nation, en diffusant un sentiment de méfiance, d’insécurité, de pessimisme.  Nous sommes en proie à une invasion par le bas, à une guerre d’un type nouveau, à la fois démographique, criminogène, ethno-culturelle et religieuse, et terroriste. Nous ne la gagnerons qu’en changeant radicalement de méthodes et de paradigme, c’est-à-dire en prenant le problème à  bras-le-corps, en s’attaquant à la cause centrale : l’immigration."

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. La prise de conscience progresse chez les Français.
    Espérons seulement qu elle n arrive pas trop tard….

  2. chacun de nous devrait faire lire “le camp des saints” autour de lui ; à la limite le distribuer gratuitement…..pour “essayer” de faire comprendre…..les Français sont désespérants d’inertie et d’inconcience !

  3. La guerre est chez nous et c’est là qu’il faut combattre et se défendre.
    Ouais il faut d’ abord combattre contre hollande, valls, sarko…

  4. Y de Kerdrel étant sarkozyste, fait juste dans la provoc pour vendre son VA, et s’il croit que son poulain changera quoi que ce soit….Ce mélange de lucidité et d’aveuglement est à psychanaliser….

  5. à ce propos :
    “A Saint-Denis, des enseignants refusent de témoigner devant des sénateurs sur l’après-Charlie
    Le Monde.fr | 25.03.2015 à 20h42 • Mis à jour le 26.03.2015 à 08h01 | Par Sylvia Zappi
    Les sénateurs ne s’attendaient pas à cet accueil. Venus en visite, lundi 23 mars, dans le lycée Paul-Eluard à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour prendre le pouls des enseignants après les attentats de janvier, les représentants de la commission d’enquête ad hoc ont dû faire face à une véritable fronde des professeurs de ce grand lycée de banlieue. Parce qu’ils ne voulaient pas « cautionner un jeu de dupes et une entreprise idéologiquement réactionnaire », ces derniers ont refusé de jouer le jeu.
    (…) la visite se tenait dans le cadre des consultations de la commission d’enquête sur « le fonctionnement du service public de l’éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l’exercice de leur profession ». L’intitulé a fait tiquer dans la salle des profs.
    « La tonalité des auditions est très conservatrice »
    Les professeurs ont découvert sur Internet que cette commission avait été formée à l’initiative du groupe UMP du Sénat. « J’ai lu les comptes rendus des auditions précédentes, les propos tenus et ça m’a énervée », raconte Servane Marzin, enseignante d’histoire géographie. La liste des personnes auditionnées l’a aussi hérissée : trois anciens ministres − Luc Ferry, Luc Chatel, Jean-Pierre Chevènement −, Jean-Pierre Obin (auteur d’un rapport contesté sur les signes religieux à l’école), le philosophe Alain Finkielkraut, François-Xavier Bellamy (maire adjoint de Versailles très impliqué dans la Manif pour tous), Alain-Gérard Slama, journaliste au Figaro… « Malgré l’audition de Jean Baubérot [sociologue de la laïcité], la tonalité est très conservatrice, tenant l’islam comme un problème », ajoute la jeune femme.
    Le préambule de la proposition de création est en effet sans nuances, faisant référence à une minute de silence « très peu respectée », qui aurait généré « beaucoup d’incidents dans les établissements scolaires ». Et conclut qu’il serait urgent de répondre aux « menaces qui pèsent sur l’école républicaine ». Le ministère avait recensé 200 incidents sur près de 64 000 écoles, collèges et lycées.
    Une première réunion, un texte qui circule, une consultation des collègues par l’intermédiaire d’une liste de diffusion interne et la décision est prise : les représentants des professeurs iront dire pourquoi ils ne témoigneront pas. Ce lundi matin, dans l’amphithéâtre du lycée, ils font face à la sénatrice radicale de gauche Françoise Laborde et du sénateur UMP Jacques Grosperrin, accompagnés de la rectrice Béatrice Gilles et son cabinet, ainsi que d’un inspecteur général de l’éducation nationale. La déclaration des professeurs n’y va pas par quatre chemins. N’ayant « aucune garantie quant à la forme et l’usage qui seront donnés à [leurs] propos », ils disent « refuser d’être entendus ».
    Refus d’instrumentalisation
    Leur texte explique ainsi que les difficultés d’enseignement dans l’établissement sont dues « au chômage de masse » qui touche les familles, aux discriminations, à l’insuffisance de médecins et de logements décents… autant de freins qu’ils refusent de voir « instrumentalisés au profit d’un discours visant à stigmatiser la jeunesse de Seine-Saint-Denis ».
    Devant les élus médusés, les enseignants, restés debout, insistent : « Nous n’entendons pas confondre la formation des esprits, émaillée de questionnements et de remises en cause, avec les symptômes d’une soi-disant désaffection républicaine généralisée. » (…)”
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/03/25/les-enseignants-d-un-lycee-de-saint-denis-refusent-de-temoigner-devant-une-commission-senatoriale-sur-l-apres-charlie_4601313_3224.html#i6OgfITGUTisofMA.99

  6. La seule politique réaliste pour éviter la Grande Catastrophe est celle d’Isabelle la Catholique mais ce n’est pas du tout politiquement correct, nous y viendrons forcément le couteau dans les reins, c’est à dire après bien des malheurs dans notre pays, enfin c’est l’hypothèse optimiste car cela implique que nous serions encore en mesure de changer le cours des choses.

  7. Une guerre d’un type nouveau: pas si nouveau que cela (sauf évidemment les moyens techniques) car pratiquée en Europe (péninsule ibérique, Balkans) et bien sûr en Afrique et Orient depuis le début.

  8. La prise de conscience ne progresse pas très vite. Témoin le crash de l’A320. Immédiatement “la thèse de l’attentat n’est pas privilégiée”. Et on gobe ça !
    Ensuite il s’agit d’un suicide par déception amoureuse… et on continue de gober.
    Maintenant on ne cesse de vanter les mérites du suicidé.
    Plus c.. tu meurs. Et soyons persuadés qu’on va en mourir.

  9. Voter fn est donc la seule option restante pour éviter une hyper sanglante confrontation contre le peuple francais de souche par l’invasion migratoire organisée sciemment par l’umps …..
    Le baratin républicain n’est qu’une coquille vide n’ayant qu’un seul but ultime :empecher les francais d’agir alors qu’ils sont envahis et menacés ,ce qui convient aux prébendiers de l”hydre mondialiste sans frontières avide de se maintenir dans les ors et palais et sinécures au détriment des contribuables et par n’importe quelles trahisons .

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services