Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Attaque américaine en Syrie : dans quel but ?

5107231_6_6b90_donald-trump-s-apprete-a-faire-une_41744b74b743133fdd017508b990a168Donald Trump a déclenché jeudi soir des frappes contre la Syrie en riposte à une attaque chimique présumée imputée à Bachar el-Assad. Ces frappes, première opération militaire des États-Unis contre le régime syrien, ont été menées avec 59 missiles de croisière Tomahawk, visant la base aérienne de Shayrat «associée au programme» d'armes chimiques de Damas et «directement liée» aux événements de mardi.

Mardi, un raid (trop ?) rapidement imputé à l'armée syrienne contre la localité de Khan Cheikhoun dans le nord-ouest de la Syrie a fait au moins 86 morts, dont 27 enfants, et provoqué une indignation internationale. Dans une adresse solennelle à la télévision, Donald Trump a affirmé que ces opérations étaient «dans l'intérêt vital de la sécurité nationale» des États-Unis. Le visage grave, le président républicain a affirmé que l'Amérique était «synonyme de justice», appelant les «nations civilisées» à mettre fin au bain de sang en Syrie. Donald Trump a encore accusé «le dictateur syrien Bachar el-Assad (d'avoir) lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents en utilisant un agent neurotoxique mortel».

Washington a prévenu Moscou à l'avance de ces frappes. Mais la Russie avait mis en garde les États-Unis. À l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU qui débattait depuis deux jours d'une résolution de condamnation de l'attaque, l'ambassadeur russe Vladimir Safronkov avait en effet averti des «conséquences négatives» en cas d'intervention militaire. Avec cette frappe, Donald Trump a pris la mesure militaire américaine la plus directe depuis le début de la guerre en Syrie il y a six ans. Barack Obama avait abandonné l’idée des frappes sur la Syrie en 2013. Jusqu’à présent, Donald Trump semblait revenir sur les ardeurs guerrières de l’ère Obama Clinton pour s’entendre avec Poutine. Aujourd’hui il fait prendre à son ambassadrice à l’ONU des postures de défi. 

De fait, on ne sait toujours pas qui a utilisé en 2013 en Syrie le gaz Sarin, bien que l’affaire ait permis à l’Occident de soutenir les rebelles dits modérés, dont Al Nosra. Cette fois encore Bachar el Assad se trouve accusé, unanimement, sans preuves

Sur Europe 1, Frédéric Pichon déclare :

"J'ai vu les chancelleries s'engouffrer avec beaucoup d'empressement dans un narratif qui accusait l'utilisation par Assad d'agents chimiques (…). Avec l'élection de Trump les Etats-Unis convergent sur un narratif russe qui est que Bachar Al-assad peut et doit rester au pouvoir. Donald Trump l'avait rappelé la semaine précédente. Depuis la chute d'Alep le régime avait le vent en poupe, et cet incident renverse totalement la situation, Assad redevient le paria de la communauté internationale, repart un peu à zéro en quelque sorte. On a l'impression que ça fait six ans que ça dure et qu'on ne sortira pas de cette opposition entre Occidentaux et Russes/Chinois de l'autre".

"Il y a toujours la même question de savoir qui on met à la place d'Assad ou, en tout cas, du système politico-militaire en Syrie en cas d'éviction d'Assad. Ce sont toujours les mêmes problèmes qui se posent et ça fait six ans que ça dure"

Cette affaire intervient dans un contexte particulier : la communauté diplomatique internationale, y compris en France et aux Etats-Unis, venait de faire savoir que le retrait de Bachar el Assad n’était plus un préalable au commencement de discussions sérieuses en vue d’un règlement politique. Dans ces circonstances, prendre le risque d’utiliser des armes chimiques était une profonde imbécillité pour le chef de l'Etat syrien… Alors, à qui profite ce crime ? L'attaque chimique a eu lieu la veille de la réunion de Bruxelles consacrée à la reconstruction de la Syrie, où d'aucuns craignaient qu'Assad ne regagne sa légitimité. Cette accusation d'utilisation d'armes chimiques vient ruiner en grande partie les efforts de la Russie pour réintégrer Damas dans la communauté internationale et faire converger les Occidentaux sur la priorité à l'éradication d'Al Qaïda et de l'Etat islamique.

Qu’y a-t-il donc derrière cette attaque américaine qui risque d'aggraver le chaos en Syrie ? S'agit-il de politique internationale ou de politique intérieure ? Une simple esbroufe pour montrer qu’il n’est pas l’ami de Poutine qu’on l’accusait d’être ? Une aventure qui ferait plaisir à la fois aux faucons israéliens, dont il a recherché les faveurs déjà par le choix de l’ambassadeur à Jérusalem, et au complexe militaro-industriel ? 

Partager cet article

20 commentaires

  1. Les faucons tiennent Trump dans leurs serres…

  2. Compte tenu de ce que l’on sait sur la responsabilité de la CIA et du MI6 depuis le debut de l’affaire syrienne il n’est pas difficile de comprendre que les succès de l’armée syrienne et le rapprochement Russie-USA contrariaient fortement les plans destinés à prendre le contrôle des immenses richesses petrolières de la Syrie.
    La rapidité avec laquelle les photos ont été diffusées dans la presse mondiale est dejà un aveu d’un coup monté: il etait assez facile d’attendre un raid de l’aviation syrienne et de faire exploser quelques obus chimiques qui transitent toujours par la Turquie.
    Celà a egalement l’avantage de detourner l’attention d’un massacre d’une toute autre envergure en cours au Yemen où cinq millions de personnes sont victimes d’un veritable genocide delibéré en empêchant toute importation de nourriture dans un pays qui depend à 90% de l’aide exterieure.
    Aucune camera pour filmer la lente agonie de tout un peuple qui presente “l’avantage” de mourir en silence.

  3. Sans preuves et aucun mandat international. Pourquoi ne pas attendre le résultat de l’enquête en cours. Assad doit être complètement fou alors que tout allait mieux pour lui. Trump va faire l’inverse de ce qu’il avait promis. Gendarme du monde et guerre froide avec la Russie.

  4. L’empressement de la riposte montre que c’est encore un coup monté par les ennemis d’Assad. Et nous avons derrière cette affaire les criminels sionistes qui manipulent les USA et l’Europe.
    Quel rôle jouent les Russes? Trempent-ils dans le scénario mondialiste?
    Tout cela finira par une guerre mondiale, d’ailleurs prévue par ces mêmes mondialistes si leurs efforts d’imposition “pacifique” d’un gouvernement mondial échouent.
    Satan jubile, l’humanité s’est mise sous sa bannière!

  5. Je m’étonne de la précipitation de la communauté internationale. On dirait que Trump veut se donner le rôle avantageux de défenseur des innocents pour rétablir son image. Que cette attaque chimique soit abominable, tout le monde en convient. Mais en accuser si vite Assad est léger car il n’a aucun intérêt à agir ainsi et Assad n’est pas un imbécile. L’auteur est peut-être un autre. S’il est avéré (ce qui n’est pas encore prouvé) que l’épandage des produits toxiques provient bien d’avions de l’armée syrienne régulière, ne peut-on pas imaginer qu’un de ses généraux de l’armée de l’air, désireux de prendre sa place, ait donné cet ordre pour discréditer mondialement Assad, avant des conférences décisives?

  6. Un nouveau Katyne ?
    L’attaque de la Syrie par Trump sans aucune preuve préalable ni autorisation de l’ONU est scandaleuse !
    Les USA montrent là leur vrai visage quel que soit leur Président qui, décidemment, dit tout et son contraire et n’a aucun pouvoir. Cela nous fait penser au candidat Emmanuel Hollande-Macron chez nous qui, tel Fabius, petit toutou à son maître s’empresse à faire du suivisme.
    Comme l’UE, il faut bien faire plaisir à la péninsule arabe et à Israël, quitte, au passage, à ne pas désigner le mal sous toutes ses formes, ni à lutter contre la terreur.
    Pour mémoire, Katyne est un village russe où fut massacrée en 1940 l’élite polonaise, souvent chrétienne de l’armée ou de la société civile. En accord avec les vainqueurs, USA et Russie en tête, on fit porter la responsabilité à l’Allemagne alors que c’est la Russie qui était responsable.
    Aujourd’hui, c’est un peu l’inverse ! Il ne s’agit pas de défendre Bachar el-Assad, mais quel intérêt aurait-il à commettre un tel crime monstrueux sachant que le monde entier le regarde et l’espionne ? Il s’agit peut-être d’un coup monté, d’une falsification qui sera prouvée un jour où l’autre… Qui sait ? Attendons les preuves !
    Si on laisse faire, ils viendront bombarder un jour une autre armée en Europe (en France ?) sous prétexte d’une pseudo guerre civile et de crimes réels mais fabriqués de toute pièce.
    Katyne, le Kosovo, … N’est-ce pas assez ?
    Meltoisan
    7 avril 2017

  7. Quel con! J’avais applaudi à son élection, mais c’est définitivement fini. Qu’il se démerde avec son obamacare dont on n’a rien à cirer. Frédéric Pichon a raison : il a voulu s’affranchir de ses amitiés russes supposées. Mais quel gâchis. Al Nosra peut continuer à faire son “bon boulot”. Si ça se trouve, c’est eux qui ont répandu le gaz sarin. Et tant pis pour les chrétiens d’orient. J’aimerais bien entendre Mgr Gollnisch sur le sujet.

  8. Tout cela était prévu et écrit d’avance !!!!
    https://www.youtube.com/watch?v=VIXdL1ZZmJg

  9. Bas les masques !
    “Le président américain, Donald Trump, a proposé lundi une hausse de 54 milliards de dollars (environ 49 milliards d’euros) du budget de la Défense. Cette «hausse historique» revient à une augmentation de 9%, qui serait compensée par une réduction de l’aide internationale.”
    https://www.henrymakow.com/2015/12/Donald-Drumpf-Illuminati%20Jew.html

  10. 59 missiles Tomahawk à remplacer! Le lobby militaro-industriel est ravi.
    Trump a fait ce que la Clinton aurait fait: il a donc cessé ses rodomontades et s’est plié au Système.
    Pas question pour lui de finir comme Kennedy à Dallas!

  11. Trump commence son mandat avec un crime de guerre. Trump montre qui il est : un caniche des démocrates, de l’Arabie séoudite et de la Turquie. Pas un commencement de preuve, pas d’enquête, pas d’inspecteurs car Trump et l’administration américaine n’en ont pas besoin : il y a un présumé coupable : et des frappes massives ! La stratégie du bombardement du marché de Sarajevo, pour des gens qui méprisent toutes vies humaines, a de beaux jours devant elle. Il y a eu Bush l’abruti, puis Obama le salaud, et maintenant Trump l’abruti, l’Obama bis, devient l’ami de Soros et d’Hillary Clinton auxquels il donne finalement raison. Beaucoup d’électeurs américains doivent être très déçus, et réalisent qu’ils ont élu un narcissique inculte. Elu sur un énorme mensonge : ne redevient-il pas ce qu’il a toujours été, un démocrate ? Les midterms vont être difficiles pour les républicains.
    Les abrutis américains sont dangereux car ils sont armés. Au moins, la Russie sait à quoi s’en tenir sur les USA dont l’objectif de la détruire n’a pas changé. Poutine devrait donner plus de travail à l’industrie de défense russe, il y a urgence.
    Si Trump voulait séparer la Russie de la Chine, c’est terminé. En fait, c’est toute sa politique étrangère qui s’écroule. Cela va être la poursuite de la politique étrangère d’Obama, en pire. Le 1er acte de la 3eme guerre mondiale ?

  12. Une explication intéressante :
    “Coup d’État à Washington : Trump tente de sauver sa peau”
    http://www.bvoltaire.fr/coup-detat-a-washington-trump-tente-de-sauver-peau/

  13. D.Trump est tombé dans le panneau que B.obama, politicien experimenté, avait su eviter en septembre 2013; en poussant le president elu à attaquer un pays souverain sans l’autorisation du Congres il s’est placé tout seul en position d”impeachment” ce qui etait sans doute le but recherché.
    M.Trump commence à mesurer le prix de son inexperience des pratiques politiques devoyées.
    Apres JFK qui a commis l’erreur d’affronter la CIA, BHO avait louvoyé pendant huit ans en evitant l’affrontement, maintenant D.Trump a compris qui commande réellement son pays et qu’il est leur otage.

  14. Autre sujet de réflexion. Nous sommes à J-17 de l’élection présidentielle en France. Et Hollande, Ayrault, Hamon, continuent à baver sur Assad, bourreau de son peuple. Macron emboîte mollement le pas. Surprise : Mélenchon manifeste clairement sa réprobation anti-Trump. Je veux bien admettre que Trump est dans une sorte d’impasse politique dont il ne sait comment se sortir. Fallait y songer avant, mon pote. Il va nous faire regretter Obama le pacifiste.

  15. “un responsable américain a dit jeudi que la Maison Blanche examinait des options militaires fournies par le Pentagone pour réagir à l’attaque, dont des frappes permettant de clouer au sol l’aviation syrienne.
    «Ces actes odieux par le régime d’Assad ne peuvent pas être tolérés», a martelé mercredi le président Donald Trump, qui a reconnu que son «attitude vis-à-vis de la Syrie et d’Assad avait nettement changé».”
    Menteur menteur
    http://m.20min.ch/ro/news/monde/story/18196143

  16. On retrouve le scénario libyen

  17. Prétendre que ces frappes sont les premières des USA est une triste plaisanterie.
    ça fait 5 ans que l’OTAN aide DAESH à prospérer.

  18. D’après l’expert militaire tv Servent, Trump veut avoir les mains libres pour prendre Raqqa. Attendons la suite…

  19. Le pantin Macron voudrait bien faire des Français des nomades déracinés.
    A nous tous de le vomir !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services