Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Assurance-maladie : le débat américain pourrait concerner la France

Le débat aux Etats-Unis sur le possible monopole de l'Etat sur la sécurité sociale devrait crever le tabou français. On lit en effet sous la plume d'Alain Dumait dans Les 4 Vérités :

"Pour sa réforme de l’assurance maladie, le président Barack Obama [a promis] de procurer une couverture santé aux 47 millions d’Américains qui en sont dépourvus […]. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres!… […] Il a d’abord fallu admettre que 25% environ de cette population de 47 millions de personnes n’avaient pas de couverture d’assurance maladie parce qu’elles n’en voulaient pas, et à aucun prix ! D’autres, parce que cette couverture leur paraissait trop chère. D’autres, parce qu’elles attendaient d’entrer comme ayant-droit dans un système public, « medicaid » pour les pauvres, ou « medicare » pour les vieux. D’autres encore, parce qu’elles se font soigner gratuitement par toutes sortes d’associations, souvent émanant des universités [par exemple, les Luthériens ont une caisse de sécurité sociale qui rembourse l'avortement, y compris l'avortement tardif ou "par naissance partielle"…NDMJ] . Bref, le caractère non universel de la sécu américaine n’était donc pas si scandaleux que ça… Il est vrai que pour 60% des Américains, la couverture santé est largement, voire totalement, prise en charge par les entreprises. […]

O Obama avait une deuxième raison pour vendre son projet de réforme de l’assurance santé : globalement les États-Unis consacrent 17% de leur PIB aux dépenses de santé, alors qu’elles ne sont « que » de 11% en France. Pour des résultats très voisins. Tout ça, selon Obama, parce que les compagnies d’assurances, les laboratoires pharmaceutiques et même les professionnels de santé s’en mettent plein les poches ! Le président veut donc créer une concurrence publique à l’offre privée et évidemment cette dernière a des raisons de craindre que les prix subventionnés de la première fassent venir à elle tous les clients. Labos et assureurs sont donc vent debout!… Mais tout ça ne serait rien pour le président si les experts des commissions compétentes du Congrès n’avaient pas fait tourner leurs calculettes et prévenu l’opinion que la réforme allait coûter très cher aux contribuables, quelque 1000 milliards de dollars en quelques années, alors que le Trésor public américain n’a jamais été aussi endetté ! Du coup, les représentants démocrates modérés des États du sud conservateur, dont le mandat vient à renouvellement en novembre 2010, comme tous les deux ans, ne veulent plus voter sans état d’âme la belle promesse du nouveau président. […]

Qu’importent d’ailleurs les modalités et les variantes : il s’agit toujours de transférer de la personne à la collectivité une part essentielle de sa responsabilité naturelle. Et, comme le déjeuner n’est jamais gratuit, il y a, à la clé, toujours plus de redistribution, c’est-à-dire toujours moins de revenus libres pour les individus. L’assurance maladie, la sécurité sociale en général, sont des institutions qui appartiennent à la même famille que l’éducation nationale gratuite et obligatoire, l’emploi garanti à vie, le logement « social », le contrôle général des prix, le monopole des banques centrales et leur monnaie de papier, ou la retraite par répartition…: tout le monde sait parfaitement qu’elles ne peuvent pas fonctionner durablement."

Malgré les mensonges d'Obama, les soins médicaux ne sont pas un droit et ce n'est pas à l'Etat à en assurer le monopole.

Partager cet article

21 commentaires

  1. de toute façon l’assurance médicale “nationale”
    (puisque c’est de cela qu’il s’agit)
    ne devrait concerner:
    – que les nationaux
    – et uniquement pour les cas graves
    (çà supprimerait déjà beaucoup d’abus!)

  2. Sur le sujet français:
    http://quitter_la_secu.blogspot.com/

  3. J’ai passé quelques jours aux US, Obama veut prendre exemple sur la France.
    Je vous garantis que j’ai exprimé clairement mes reserves à ceux qui abordaient le sujet.

  4. Bravo d’oser, et vous êtes vraiment les seuls, braver le tabou : Oui, ce débat américain pourrait concerner la France, car il y a largement de quoi s’interroger lorsque l’on voit le coût de la sécurité sociale, son efficacité et ses déficits chroniques.

  5. Voici un des arguments des opposants à la Sécu dans lequel les lecteurs du salon beige g=doivent se reconnaître:
    “Une particularité de l’assurance maladie française est celle d’étendre sa couverture à ceux qu’on appelle les « ayants droit » du cotisant (les enfants, le conjoint), qui en bénéficient sans devoir cotiser en contrepartie (ce qui n’est pas le cas avec les assurances privées). Ce système faussement généreux fait donc payer à la collectivité les choix personnels des couples (j’ai le “droit” d’avoir des enfants, et la société “doit” s’occuper d’eux). Il explique une partie du déficit (pour un seul cotisant, il peut y avoir un grand nombre d’ayants droit).”
    source le blog cité plus haut. Le libéralisme est bien l’ennemi, sous toutes ses formes (pas seulement en matière de moeurs)
    [Vous avez mal lu le SB : opposant au monopole de l’Etat à la sécu. Comme l’a dit l’évêque de Sioux City : “l’Église catholique n’enseigne pas que l’État devrait directement fournir les soins médicaux. […] les soins médicaux ne devraient pas être l’objet d’un monopole fédéral. MJ]

  6. Je vis aux USA et j’aimerai mieux expliquer le “regime” Francais, que certains ici pensent etre le paradis.
    Je suis partie apres l’universite donc je ne sais pas trop les details.
    ici sous Obamacare, on n’aura plus le droit de choisir son medecin, ou bien les procedures. Par ex. pour l’instant on peut faire du shopping pour choisir un plan accouchement avec les Hopitaux, pour le dentiste, il nous fait des prix quand on n’a pas d’assurances ( la pluspart du temps quand on est jeune, on va une fois par an pour un brossage complet et check-up et on n’a pas besoin de soins intensifs) On peut choisir aussi l’option de ne pas vacciner nos enfants pour des raisons religieuses ( rubella vaccin fait a partir de cellules de bebes avorte) Avec Obama, il y aura un death panel qui choisira si on vaut la peine pour une procedure comme pace maker ou remplacement de la hanche pour les anciens.
    est-ce la meme chose en France? doit on attendre pour des soins medicaux importants.
    Moi ce que je me rapelle c’est que l’accueil etait assez deplaisant, tres fonctionnaires, ici on est traite beaucoup mieux, il y a toujours une infirmiere avec le docteur pour les occultations, on peut discuter des procedures.
    C’est une idiotie de croire que les gens meurent devant les Hopitaux en Amerique faute de pouvoir payer.( une amie m’avait raconter cela) Les associations charitable aident les gens ici, et il y a toujours des facons de faire pour payer.
    merci de m’aider.
    le tout est de savoir si on a le “droit” de faire faire payer par les autres les soins medicaux. ben non.
    le systeme ici est parfois cher a cause des law suit, les avocats qui se font de l’argent sur des erreurs medicales, les docteurs doivent se proteger outrageusement contre ses gens sans scrupules et ca monte le coup des assurances. Ce sont les avocats qu’il faut limiter, pas nos assurances.
    merci pour cet articles.

  7. Votre post m’étonne, Michel Janva. Venez séjourner aux Etats-Unis… et je crois que votre angélisme pourrait connaître bien des évolutions.
    Quant il faut se battre pendant des semaines et des mois pour trouver le seul nom d’un médecin qui, peut-être, soignera enfin correctement un problème de santé qui eût été une plaisanterie en France, je vous assure que vous tombez des nues. Là-bas, l’état de votre portefeuille est la priorité. Quand vous avez un accident, et que face à un handicap qui pourrait se révéler durable, il vous faut passer par une série de médecins pour avoir enfin la personne compétente et peut-être un peu moins obsédée par les assurances, qui va prendre le risque de donner un conseil (auparavant “c’est à vous de choisir” – en fonction de votre portefeuille, mais aussi, c’est votre “responsabilité”).
    Il est vrai que quand vous avez finalement trouvé la bonne personne, elle PEUT être remarquable, mais avant…
    Le système américain est COMPLETEMENT IRRESPONSABLE (que l’on ne me parle plus de leur sens de la responsabilité – j’ai découvert, durant un très long séjour, aux antipodes de ce que je croyais, une CARICATURE ! Et je pèse mes mots). Les sommes d’argent englouties par les assurances, qui peuvent vous obliger à voir tel ou tel type de médecin, prendre à répétition d’inutiles radios (toujours l’obsession des assurances !), ces sommes d’argent peuvent être astronomiques, quand en France, un ponte aurait pris le temps de vous voir, de travailler (réellement) sur le problème, pour une facture en comparaison ni plus ni moins que ridicule. Mais au-delà des finances, le médecin français, lui, si bien sûr vous le choisissez avec la prudence d’usage, règlera votre problème.
    Non, le système américain actuel est tout sauf chrétien. Et c’est pour moi une preuve de plus que le protestantisme n’est pas réellement chrétien. Le discours des Américains conservateurs à la Palin ne peut être le nôtre. Et je crains que les Républicains se préparent une nouvelle défaite.
    Ceci dit, je suis d’accord avec Bébert : l’assurance maladie ne devrait couvrir que les dépenses excédant les soins ordinaires… parce que nos médecins sont encore des êtres humains, à la différence des pompes à sous américaines.
    Le secteur de la santé aux Etats-Unis a D’ABORD besoin que soit porté un coup d’arrêt à la manie d’envoyer son médecin devant les tribunaux PARCE QU’IL N’A PU REPONDRE A VOS CAPRICES (voilà qui est très politiquement incorrect et déjà de quoi déclencher un raz-de-marée). Alors, si l’ensemble de la population américaine s’y met aussi, les médecins pourront alléger leurs tarifs. Encore que… je me demande si la profession médicale est encore là-bas une profession honorable… On a encore ceci de bon en France, que c’est difficilement pour l’argent que l’on choisit ce métier…
    [analyse à mettre en comparaison avec le commentaire précédent… MJ]

  8. Je vous trouve un peu court dans vos analyses. Il suffit d’ailleurs de lire la rpéonse à Marie où vous vous contentez de renvoyer au post précédent : un peu “cause toujours, d’autres disent le contraire”.
    “Le monde est plein d’idée chrétienne devenue folle”, et la sécu en est une illustration. D’une mise en commun des risques liés à la maladie (principe assurantiel au passage) on en est arrivé à un droit de tirage indéfini, par tout un chacun résidant légalement ou non en France.
    Qui pourrait se payer les soins d’un cancer, d’un AVC…?
    Un peu comme les impôts, je veux bien payer, mais j’attends que certains ne s’en mettent pas plein le poches, que le système repose sur des règles saines et justes. Pour celà, au-delà d’une organisation des soins et de la retraite, c’est encore et toujours une affaire de mentalité : l’individu roi.
    [Ce qui est dénoncé ici c’est le monopole de l’Etat, pas le principe de l’assurance. Quant à la citation de Chesterton, c’est plutôt de “vertus” chrétiennes devenues folles. MJ]

  9. Marie,
    je ne dis pas qu’il n’y a pas de problemes, je dis que le gouvernment n’a pas a mettre son nez dans nos affaires.
    Moi.j’ai eu une intervention medicale rapide, il n’a jamais ete question de savoir si je pouvais payer.
    les radios. vous pouvez les refuser! qd on va chez le medecin, c’est comme qd on va acheter un produit, il faut poser les questions de cout, et refuser une panoplie inutile de procedures que les medecins se doivent de faire a cause de regles stupides enforcees par le gouvernement.
    L’article est right on target.

  10. Palin a raison qd elle parle de death panel: un bureau de la mort.
    Le systeme americain n’est pas parfait mais il est plus equitable, on cotise si on veut, avec qui on veut.
    Je ne sais pas si vous regardez youtube, mais vous verrez que c’est le peuple americain qui ne veut pas que l’on touche a notre sante, pas le GOP. (qui inexistant pour l’instant.) Palin est la seule qui a les tripes d’appeler un chat un chat.
    Si les americains trouvaient l’idee d’O si superbe, pourquoi croyez vous que le gouvernement repousse le vote de ce plan!!!
    Si le systeme de la securite sociale en france marche si bien, pourquoi le deficit?
    Aux USA nous avons pas mal de gens a venir d’autres pays pour recevoir les soins medicaux…je n’ai pas encore entendu un seul americains se vanter d’etre venu en France pour etre soigner. Nous avons parcontre nombre d’autre nationalite qui viennent pour des procedures compliquees. C’est parce que le systeme est prive et de competition. les gens travailllent pour financer les soins, leur soins. Il faut faire les maths, combien cotiser combien depensez vous en soin au long de votre vie, et faites le calcul?
    Nous ne voulons pas que nos enfants naissent avec une dette pour payer pour nos soins, nous voulons le faire nous meme. Merci

  11. @ Marie-Madeleine,
    Même si quelques cas n’ont jamais fait une généralité, j’ai cotoyé pour ma part plusieurs américains installés en France (scientifiques embauchés dans des labos de recherche français) qui n’échangeraient pour rien au monde notre système contre le leur : ayant eu chacun une maladie grave (cancer pour l’un), ils ont été étonnés (le mot est faible) que l’on ne leur demande rien, ou si peu, en échange de tous les actes médicaux auxquels ils ont dû se plier.
    A l’inverse, un physicien français en poste de visiteur dans une université américaine est maintenant interdit sur le territoire américain à la suite de sa “fuite” avec sa femme qui a eu un AVC et a passé 3 semaines en soins intensifs là bas. Elle n’était pas couverte par l’assurance que la fac payait à son mari. On leur demandait plusieurs centaines de milliers de dollars (je n’ai plus la somme exacte en tête) pour les soins suivis. ils ne pouvaient pas payer, ils sont partis (sa femme est maintenant tétraplégique).

  12. Aux “pro” Obamacare
    Faut qd meme pas idéaliser le système frçais.
    La sécu française est très confortable pour le patient mais c’est un gouffre financier pour la collectivité.
    Une 3ème voie ?

  13. Qui paie pour les soins de ces Americains: vos enfants ou ceux des autres…
    ce physicien francais n’est pas citoyen Americain, et je dois payer pour les soins donner a sa femme pour 3 semaines!!! Merci.
    Ici, on verifie ce que l’assurance couvre avec un coup de telephone, et ensuite on voit le plan qui nous aidera a payer.
    L’attitude francaise est d’assumer que quelqu’un d’autre essyera les depenses.
    that’s called milking the system.
    Il y a des moyens de s’en sortir financierement, le probleme c’est la dependance gouvernementale que l’on rejette ici. On ne veut pas etre des assistes. On veut avoir le choix de nos medecins, de ce que l’on veut faire pt de vue procedures, et ne pas avoir l’etat a nous dicter ce qui nous est permi ou pas. Ensuite, nous ne faisons pas confiance au gouvernement pour assumer les responsabilites d’une entreprise privee. La sncf fait-elle profit,
    la securite sociale n’est pas en deficit en france?
    Quand le gouvernement prend quelque chose en charge, la qualite descent, les prix montent, et la dette augmente. Pourquoi pensez vous que le gouvernement veut vous faire travailler apres 60 ans et le dimanche??? LE gouvernement ne fait pas d’argent, il le prend.
    Les soins medicaux coutent pas de doute, il faut trouver une solution qui n’enleve pas la liberte des gens, et apporte les meilleurs soins.

  14. j’oubliai, je ne veux pas payer pour les avortements , l’euthanasie des anciens, les botox, les contraceptifs, les bills medicaux de gens qui ne veulent pas travailler.

  15. @ Marie Madeleine
    Pardonnez-moi mais ce que vous dites représente tout ce que je déteste de l’esprit américain. Autant l’esprit d’entreprendre est génial autant cet individualisme “jusquauboutiste”, ce chacun pour soi est horripilant. Je veux pas payer pour les autres, je veux choisir mon médecin (en France vous n’avez pas le droit de choisir??)
    , je veux choisir les procédures (en France, on vous propose les soins, vous n’êtes pas obligé de suivre leur avis!), je veux, je veux…
    Je comprends le point de vue de ceux qui regrettent le monopole d’Etat sur ce problème mais j’ai toujours le sentiment que des assurances privées ne règleront pas le problème (de la dette publique peut-être mais pas de la santé publique). Tant qu’il ne s’agit de grippe ou d’angine, pas de problème. Mais quand on voit combien il est difficile de faire assurer son emprunt immobilier dès qu’un problème de santé intervient ! Soit c’est la surprime soit le refus total ! Si vous avez un cancer et que vous souhaitez changer d’assurance, laquelle acceptera de vous prendre en charge ??
    D’accord avec cosaque, il doit y avoir une troisième voie.
    PS : la sncf fait des bénéfices depuis des années. elle connait son premier semestre négatif depuis longtemps à cause de la baisse du fret.

  16. Le problème du système français est qu’il est batard, l’état impose depuis le plan Juppé, des objectifs économiques dans le cadre des lois de finance de la SS et instaure des systèmes pour les démunis (CMU,aide à l’acquisition d’une complémentaire santé…), de l’autre les grandes négociations (notamment sur les tarifs des professionnels de santé) relèvent du paritarisme et donc du privé, hors la dérive du coût des actes médicaux est une des causes du déficit de la SS. L’avenir est certainement à un plus grands contrôles des médecins (fin du secteur 2 par exemple, engagements sur les tarifs pour bénéficier des remboursements des mutuelles) et au “bouclier sanitaire”, c’est à dire que la SS ne prendra en charge que les gros risques et laissera les complémentaires gérer la médecine de ville (avec mise en place de parcours de soins plus contraignants que ceux d’aujourd’hui). En tout état de cause, le principe de solidarité nationale qui ouvre le code de la SS me semble d’inspiration catholique (il résulte d’ailleurs des travaux de l’école d’Uriage), aux antipodes de l’individualisme protestant américains qui voit dans le pauvre ou le malade un rejeté de Dieu.

  17. @ Matthieu
    Cela fait 20 à 25 ans que la SNCF ne fait plus de bénéfices. La raison en est simple : la construction de toutes les lignes de TGV a conduit à des dépassements des budgets initiaux de 15 à 20 % pour chaque tronçon. La SNCF avait pourtant bénéficié de subventions publiques, de l’Etat et des régions, pour financer ses infrastructures, et malgré cela elle était en déficit. M. Julienne (“SNCF-Le rapport interdit”) a démontré qu’aucune ligne de TGV ne sera jamais rentable. On a alors créé pour la SNCF une structure juridique de gestion de sa dette (comme on l’avait fait lors de la faillite du Crédit lyonnais), puis on a scindé la gestion des lignes, le réseau, de leur exploitation, la SNCF : ce qui a permis de redonner à ses comptes une apparence de bénéfices. Mais c’est par un tour de passe-passe comptable et juridique qui a fait de cette dette artificiellement sortie de la SNCF une charge nouvelle pour l’Etat et donc pour nous contribuables.
    Il en est de même pour la protection sociale : en apparence, elle ne coûte”rien”. Mais en réalité elle plombe l’économie française, avec un budget de la Sécurité Sociale supérieur au budget de l’Etat, et en déficit permanent et croissant. Aucun système d’assurance monopolistique n’est rentable, aucun système de retraite par répartition n’est viable.
    Et l’idée d’Obama de susciter une concurrence publique au secteur privé rappelle celle de Roosevelt en matière de crédit immobilier, que Clinton a déréglé totalement durant ses deux mandats, et qui est à l’origine de la crise des subprime : quand on dépense plus que ce qu’on peut payer, on le paie par une faillite.
    C’est le cas de tous les systèmes publics de protection sociale, et de tous les monopoles publics en général.
    Votre physicien américain s’était-il assuré correctement aux USA ?

  18. (MJ : désolé si vous avez reçu plusieurs contributions mais un message d’erreur est apparu lors de mes précédents envois…) [Votre message ne m’est apparu qu’une fois. MJ]
    @PG
    D’accord avec vous pour la séparation réseau (RFF, déficitaire) et exploitation (SNCF) imposée bien souvent par l’Europe comme pour RTE/EDF par exemple. On laisse à l’état ce qui coûte cher (entretien du réseau) et on laisse au privé ce qui rapporte, l’exploitation de ce réseau. Mais si vous dites qu’aucune ligne de TGV ne sera jamais rentable alors on ne risque pas de voir débarquer des entreprises privées de transport de voyageurs par le rail…
    Pour en revenir à la sécurité sociale, je n’arrive pas à me persuader qu’une entreprise privée dont le but est de faire le plus d’argent possible assurera les personnes dont elle sait qu’elles leur coûteront bien plus que ce qu’elles leur rapporteront. Et quelquechose me choque dans l’idée que, pour une même maladie, les soins puissent être différents selon ce que le budget de chacun aura pu consacrer à son assurance privée. Si le traitement requiert une opération chère et que l’assurance ne la prend pas en charge ou très peu, qu’est-ce qui se passera ? On laissera mourir qqn parce qu’il n’aura pas les moyens de payer ? Ou on se reposera sur l’Etat à ce moment là (perpétuant le fait que tout ce qui n’est pas ‘rentable’ lui revient une fois que le fric a été récupéré par les assurances privées).
    En un mot, je ne vois pas la santé comme un bien ‘marchandable’ qui dépendrait du revenu des cotisants.

  19. Je viens de trouver cet article sur les différences entre le systeme Francais et Americain.
    C’est interressant, surtout la partie sur la mortalite infantine. En france les enfants nes avant 26 semaines ne sont pas enregistre “vivant” alors qu’ils le sont en Americains, ce qui expliquerait les chiffres errones sur la mortalite infantine qui serait moindre en France qu’en Amerique.
    http://www.ibdeditorials.com/IBDArticles.aspx?id=336178343967257
    Un point qui etait developper par une personne hier sur un radio talk show, etait que si une personne veut cotiser pour le systeme gouvernemtale c’est son choix, ce que les Americains ne veulent pas, c’est etre oblige de le faire, et ne plus avoir acces a une assurance privee. Par ex. les jeunes, peuvent s’assurer uniquement a une assurance catastrophe, qui les aidera en cas grave, comme cela ils n’ont pas a cotiser des sommes exhorbitantes pour rien chaque mois.
    Il faut aussi considerer les immigres illegaux qui beneficient des cotisations des immigres legaux, ce n’est pas juste. Le plan des democrates rationalisent les soins medicaux ( ration). Ceux qui sont “valuable” pour la societe seront soignes, les vieux euthanasies.(Ils coutent trop )
    Dans l’article sur le systeme Francais, l’auteur releve le fait que les problemes rencontre par les corps medicals Francais lors de la canicule n’aurait pas pu se passer aux USA.

  20. @ Matthieu
    La question se pose surtout de savoir pourquoi au Km/ferré exploité, la SNCF et ses sociétés dérivées ont besoin de 25 à 30 % de plus de salariés que ses homologues allemandes ou britanniques. Exception française : le fameux ”service public”…….
    La santé n’est pas un bien marchand : mais l’assurance évidemment oui. D’où la nécessité de la mixité, qui concilie solidarité collective et charité individuelle, avec responsabilité personnelle.
    Le système américain est mixte contrairement à ce qu’on raconte faussement en France : il mêle assistance publique aux plus nécessiteux et âgés, et assurance privée, ainsi qu’assistance privée de dizaines de milliers de fondations privées, qui assument un travail sanitaire et social remarquable, financé par les dons, ainsi qu’il en était dans la société d’ancien régime.
    Notez bien qu’en France, les mutuelles privées sont indispensables pour être correctement couvert. Progressivement, il en est de même pour les retraites. Alors que les cotisations sociales sont parmi les plus élevées du monde, pour le rendement le plus bas de tous les pays riches. Mas la vantardise française et l’hypocrisie du débat public escamotent cette réalité.
    En France, l’Etat s’est arrogé, sous influence communiste en 1945, lorsque le PC dirigeait le ministère de la Santé, le monopole de la sécurité sociale, maladie et retraites, sous gestion paritaire, c’est à dire syndicale. Ce n’était pas un hasard, et cela s’est traduit par un gaspillage constant, une fuite en avant continue des prélèvements et l’impasse actuelle : santé en déficit permanent, retraites de moins en moins élevées, voire non financées dans le cadre actuel, natalité française en chute libre, et socialisme redistributeur. Cela n’a fonctionné qu’en apparence et en projetant la dette sur les générations futures : en droit privé, on appelle cela une faillite, car seul l’Etat peut se permettre de décréter que SA faillite n’est qu’une dette. Essayez d’en faire autant avec votre banquier ou votre fournisseur…..
    Ce système était le programme de la Résistance, nous serine-t- on depuis 1945, ce qui justifierait son caractère sacré, défini par l’expression ”modèle français”. Lequel modèle se révèle au bout de 50 ans n’avoir été qu’une escroquerie sur le long terme : le socialisme à l’état pur.

  21. Aux U.S. tout individu peut (et en a le droit si il a une ID avec son numéro de SS dessus)recevoir une assistance médicale.
    Ils ont des hôpitaux publics appelés Charity Hospitals.
    Le problème est : où habitez-vous.
    Si vous habitez la Nlle Orleans LA (comme moi pendant 10 ans), Gary IN, Washington DC, le Bronx, Atlanta GA, Oakland CA, etc… vaut mieux éviter…
    Si vous habitez des comtés à grosse majorité blanche, en général c’ est correcte et bien suivi.
    Il reste alors l’ assurance privée : Health Insurance qui me coûtait $ 400 par mois pour moi et mon épouse. Le jour où j ai dû passer au billard pour une intervention de tumeur maligne (qui a duré 3 jours) le mois suivant ma prime avait augmenté jusqu’ à prés de $ 700 par mois !…
    Entre la gabegie à la Française et le système américain actuel, il doit bien y avoir une solution pour qu’ un pays dit civilisé apporte un soutien médical raisonnable à ses plus démunis.
    Sinon, il n’ y a plus besoin d’ avoir un État.
    Sans parler de l’ aspect chrétien de la chose que certains ont l’ air d’ oublier.. d’autant plus regrettable que ce forum me semble dévoué à nos valeurs..

Publier une réponse