Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme

Après un siècle de crimes communistes, un candidat communiste à l’élection présidentielle

Après un siècle de crimes communistes, un candidat communiste à l’élection présidentielle

Bernard Antony communique :

Cent millions de morts dans le monde : c’était le chiffre présenté il y a un quart de siècle comme une estimation minimale par les historiens du Livre noir du communisme sous la direction de Stéphane Courtois.

Le grand Soljenitsyne établissait en effet pour sa part un bilan de 150 millions de victimes des régimes des Lénine, Staline, Mao, Pol Pot et des dizaines de leurs émules sur tous les continents. En France, le parti communiste a tout approuvé des abominations, des tortures et liquidations lénino-staliniennes par la Tchéka, des hécatombes dans les goulags.

Ce parti s’est réjoui du pacte Hitler-Staline du 23 août 1939, de leur alliance massacreuse, en Pologne et ailleurs jusqu’en juin 1941.

Pendant toute cette période, au long de près de deux années, il a été non pas le parti de la résistance mais celui de la collaboration avec l’Allemagne, approuvant ensuite inconditionnellement tout, des années durant, de la monstruosité stalinienne tant encensée par un Aragon et autres et autres intellectuels serviles. Il a ensuite systématiquement défendu les occupations et répressions soviétiques en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Allemagne de l’Est, en Pologne, dans les Pays Baltes, en Afghanistan…

Trahissant aussi par ses œuvres de sabotage l’armée française en Indochine.

Le parti communiste français a été ainsi le parti le plus criminellement « collabo » de toute l’histoire de France. Que dirait-on aujourd’hui d’un quidam qui se présenterait comme le candidat nazi présenté par un parti nazi français, aux élections présidentielles ?

C’est pourtant la même chose que va faire le camarade communiste Fabien Roussel. Car, selon l’expression du grand historien Pierre Chaunu, le communisme et le nazisme ont été « les monstrueux jumeaux hétérozygotes » accouchés de la même perversion totalitaire.

À ce qu’il puisse encore y avoir en France un candidat explicitement communiste, on peut mesurer les effets de l’immense et odieux déséquilibre mémoriel sans cesse entretenu par une mémorisation culturelle, universitaire, médiatique, et propagandiste qui consacre cent fois plus de temps et de moyens pour évoquer la perversion et les horreurs du nazisme que pour rappeler celles du communisme.

Car, comme le rappelait Soljenitsyne, « le communisme tuait avant que le nazisme ne tue, il tuait pendant que le nazisme tuait, il a continué à tuer après que le nazisme ait été heureusement vaincu ».

Il y aura donc un Fabien Roussel pour être lors des prochaines élections présidentielles le candidat porteur de l’étiquette d’un parti communiste traînant derrière lui la mémoire d’un siècle de collaboration avec « le bolchevisme moderne, la plus gigantesque entreprise de dépravation de l’homme qui ait jamais existé », ainsi que le qualifiait le 16 novembre 1948, devant l’Assemblée Nationale, le grand ministre de l’Intérieur, le socialiste Jules Moch.

Ce dernier, juif, grand résistant, père d’un fils tué par la Gestapo, pesait bien ses mots. Et pourtant, alors, le communisme n’en était qu’à la 28° année de ses œuvres de mal et de mort. Qu’aurait-il dit depuis ?

Nous appelons donc à faire de la candidature du communiste Fabien Roussel une grande occasion de rappel de la vérité sur cent ans de communisme.

Partager cet article

8 commentaires

  1. Et pourquoi pas un candidat du NSDAP tant qu’on y est ?

  2. Ca va etre du grand n’importe quoi cette election…
    Et apres on va dissoudre generation identitaire mais surtout pas l’UNEF, eux c’est nos copains…

  3. Déjà en Espagne, les Communistes sont revenus dans le gouvernement.

  4. Ah la nostalgie du socialisme… Ses despotes, ses goulags, ses morts, ses destructions… Le rêve… Pour demain…

  5. Le communisme se porte bien et à bien plus d’adeptes que ne laisse supposer son infime nombre de voix. Le socialiste Christian Clergeau, chef du groupe socialiste au conseil régional des Pays de la Loire n’a pas hésité à me diffamer dans la presse locale comme « quasi-révisionniste » pour avoir évoqué en commission les crimes communistes, notamment l’holodomor ukrainien et le massacre de Katyn, et souhaité que les actions éducatives de la région auprès des lycéens les évoquent, comme les crimes du nazisme. Ce qui est d’ailleurs le cas dans les programmes d’histoire des lycées, et est aussi conforme à la « Résolution sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe (2019/2819- RSP) du Parlement européen votée le 19 septembre 2019 ». Le socialiste Clergeau s’est violemment opposé à cette évocation et a publiquement nié les crimes communistes, soutenu en cela par ses collègues EELV. Logique, si l’ont considère que le PS des Pays de la Loire envisage une liste commune aux prochaines élections régionales avec le PC, et souhaite ainsi faire entrer dans l’hémicycle régional, des communistes. Les socialistes et EELV ne sont que des crypto-communistes. B.N. Conseillère régionale RN.

  6. patience, ils retireront cette candidature qui n’aurait fait que 1% !
    les derniers soubresauts de la bête immonde

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services